StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Critique du roman L'Escadron Alphabet
 
[Critique] Donnez-moi un A ! Donnez-moi un B ! Donnez-moi un X !
13/03/2020

Le 27 février dernier, les éditions Pocket ont publié dans nos vertes contrées le roman L'Escadron Alphabet de l'auteur Alexander Freed, premier volet d'une nouvelle trilogie se déroulant très peu de temps après les événements du Retour du Jedi. Comme toujours, mes camarades Lain-Anksoo et Link vous en ont proposé une critique basée sur l'édition originale le jour-même de la sortie de la VF. La critique que je vous propose ci-dessous est quant à elle basée sur l'exemplaire VF offert par les éditions Pocket, que j'en profite pour remercier chaleureusement au passage.

Mais d'abord, un rappel de la couverture et du synopsis !

Alors qu'une guerre brutale est sur le point de s'achever, un escadron hétéroclite de Rebelles passe du statut de proie à celui de chasseur...

L'Empereur est mort. Son arme ultime a été détruite. La Flotte Impériale est en déroute. Au milieu du chaos, Yrica Quell déserte l'Empire comme des milliers d'autres. Alors qu'elle vit dans un camp de renégats tenu par la Nouvelle République, l'ancienne pilote de TIE commence à perdre tout espoir de rédemption... jusqu'au jour où elle est sélectionnée pour rejoindre l'Escadron Alphabet.

Formant un assortiment éclectique de pilotes de chasseurs stellaires, les cinq membres de l'Escadron Alphabet reçoivent leurs ordres de la Générale Hera Syndulla. Comme Yrica, tous sont des pilotes d'exception cherchant leur place dans une galaxie en plein bouleversement. Leur mission : traquer et détruire la mystérieuse Escadre de l'Ombre, un groupe de chasseurs TIE exerçant une vengeance sanglante et impitoyable au crépuscule de leur règle.

 

La critique de L2-D2

 

L'Escadron Alphabet est le troisième roman d'Alexander Freed dans la licence. Battlefront – Twilight Company n'a pas spécialement bonne réputation et, à titre personnel, l'auteur ne m'avait guère convaincu à la lecture de la novélisation de Rogue One – a Star Wars story. Autant dire que j'ai abordé ces presque 600 pages en VF (belle bête!) avec un certain scepticisme...

 

Des doutes vite balayés

Et très vite, on sent qu'on a affaire à un excellent roman, avec des personnages qui vont être extrêmement bien caractérisés et un style très percutant, qui nous fait bien retranscrire les batailles spatiales entre escadrons de chasseurs. Alexander Freed livre une superbe composition, sans aucune longueur, sans aucun élément superflu, et parvient à accomplir l'exploit de partir de cinq individus qui ne se connaissent pas et d'en faire un véritable petit groupe, peut-être pas parfaitement uni, non, mais complémentaires et qui fonctionnent bien ensembles. En ayant refermé le livre, c'est bien simple, j'ai deux envies : lire la suite, dont le synopsis vient d'être récemment dévoilé en VO et me plonger finalement dans Battlefront – Twilight Company, le style de l'auteur m'ayant convaincu !

 

Un Alphabet de cinq lettres ?

Vous avez des doutes sur la pertinence d'un tel escadron et son fonctionnement ? Moi aussi... et les personnages eux-mêmes aussi. Vous trouvez ce nom d'Escadron Alphabet un peu « bête » ? Ça tombe bien, c'est un surnom donné pour se moquer de la part des autres escadrons qui ne prennent pas nos protagonistes au sérieux. Et au final, les événements vont bien sûr leur donner tort, au point qu'à la fin, ce nom sera comme un signe de ralliement. Une belle évolution, rendue parfaitement crédible grâce au faible nombre de pilotes de cet Escadron : cinq, un par vaisseau. On aurait pu craindre que les personnages ne soient pas développés, il n'en est rien : chacun à son histoire, son passé, son développement, et achève son parcours dans un état psychologique très différent de celui dans lequel nous l'avons rencontré. Les personnages évoluent, et étant donné qu'ils sont tous inédits – sauf Hera – et bien on se prend au jeu, on les suit, on n'est pas forcément d'accord avec eux mais on a envie de voir jusqu'où ils vont aller ensembles.

 

La comparaison avec le Légendes

C'est vrai, ça : dans le Légendes, le lecteur pouvait suivre sur des tomes entiers les aventures des Escadrons Rogue ou Spectre. Notre Escadron Alphabet tient-il la comparaison ? Pour moi, la réponse est un grand OUI.

Alors attention : les militaires de Freed ne sont pas ceux de Stackpole ou d'Allston. Chez ces deux-là, l'esprit est plutôt au bon mot, et aux caractérisations parfois un peu survolées. Les pilotes de Freed, eux, sont des écorchés, des blessés, des soldats : ils se racontent des histoires, parfois vraies, parfois déformées, on se prend de sympathie pour eux et puis ils disparaissent, comme ça, violemment. Lors du premier acte, le sort réservé aux Escadrons Riot et Hound est à ce titre terriblement prenant.

 

Un crossover ?

Lorsque le projet a été annoncé, il était censé être un crossover avec la mini-série TIE Fighter nous narrant les aventures de cinq pilotes de la fameuse Escadre de l'Ombre antagoniste de nos héros. Cette mini-série, récemment publiée par Panini en France, apporte un véritable plus à la lecture de ce roman sans jamais se révéler nécessaire pour comprendre quoi que ce soit, chacune des deux œuvres se suffisant amplement à elle-même. Si on peut reprocher au projet une certaine forme de publicité mensongère, si on peut avec le recul se dire qu'Yrica Quell aurait pu y être davantage développée, l'initiative éditoriale est tout de même à saluer et j'espère qu'elle sera amenée à se reproduire.

 

BILAN

L'Escadron Alphabet est donc un excellent roman, assurément l'un des meilleurs depuis la nouvelle chronologie. Le meilleur ? J'ai envie de répondre oui. Une lecture à ne pas louper et qui, je l'espère, vous fera vivre les mêmes émotions qu'à moi !

NOTE  : 100 %

 

A noter que le roman porte le numéro 167 !

N'hésitez pas à nous dire ce que vous avez pensé du roman en vous rendant sur sa fiche ou bien sur le topic du forum !

Encore merci aux éditions Pocket pour l'exemplaire offert pour la critique, et je vous rappelle à tous que le prochain roman à venir de ce côté de l'Atlantique sera le roman Chevalier Errant, un roman Légendes situé à l'époque de l'Ancienne République, disponible dans toutes les bonnes librairies le jeudi 26 mars ! Pour l'Univers Officiel, il faudra attendre un petit mois de plus pour le roman Ahsoka !

Parution : 13/03/2020
Source : Le staff et les éditions Pocket
Validé par : L2-D2
Section : Littérature > Romans
Type : Critique
On en parle sur nos forums
 
Les 10 premières réactions (voir toutes les réponses) :
  • 13/03/2020 - 14:40
  • 13/03/2020 - 15:51
    le style de freed a toujours été son point fort j'ai trouvé
    même si dans ce roman quand on aborde l'entrainement de l'équipe on sent que c'est pas sa narration de prédilection, il gère quand sa pulse, moins quand ça se pose amha :neutre:
    ou alors c'est juste un effet qui apparaît car le roman à sans doute été rallongé pour faire une trilogie :oui:
  • 13/03/2020 - 20:12
    Et bien, s'il a été rallongé, ça ne se voit pas beaucoup ! Tout au plus, les quelques passages consacrés au mystérieux Devon dont j'ai assez vite soupçonné l'identité réelle... au contraire de Kairos, d'ailleurs ! J'ai passé le premier acte du roman à me dire que c'était en réalité Hera ! :lol:
  • 14/03/2020 - 18:48
    S'il vous plaît dites-moi que ce livre est bon... J'ai lu tous les romans VF sortis jusque-là, j'en suis à la page 118 de celui-ci et c'est la première fois que je veux abandonner si tôt... :roll:

    Est-ce que c'est juste le début qui ne démarre pas bien ou c'est juste que j'ai acheté une version où les pages ont été mises dans le désordre?
  • 14/03/2020 - 18:52
    Le début est très long, c'est le point faible du livre. Quand t'as atteint le premier tiers, ça va beaucoup mieux et le livre devient très bon.

    L2-D2 a écrit:Et bien, s'il a été rallongé, ça ne se voit pas beaucoup !


    Si, il y a énormément de longueurs lors du premier tiers, c'est très visible. C'est pile le syndrome "Aucune intrigue - que du zimbampouf" propre à Freed, que l'on a malheureusement vu dans Twilight Company :neutre:
  • 14/03/2020 - 20:59
    Ayant abandonné Twilight Company, vous ne me motivez pas à commencer !! Sinon, un détail sur la fiche du livre, dans l'onglet édition, vous avez mis Del Rey au lieu de Pocket pour la VF :)
  • 14/03/2020 - 21:04
    link224 a écrit:Le début est très long, c'est le point faible du livre. Quand t'as atteint le premier tiers, ça va beaucoup mieux et le livre devient très bon.

    Ah tant mieux, parce que je suis pas loin du tiers et je trouvais pas ça ouf jusqu'à maintenant. Surtout l'intrigue de Quell que je trouve un peu longue.
  • 15/03/2020 - 19:46
    Non mais je ne suis pas du tout d'accord avec vous ! Je n'ai perçu aucune longueur, c'est nécessaire pour la construction des personnages !
  • 15/03/2020 - 21:09
    Idem aucune longueur pour ma part. Je n'ai lu que 200 pages pour l'instant mais j'ai trouvé ce début passionnant et même haletant. Excellente surprise de mon coté.
  • 16/03/2020 - 11:40
    Je suis arrivé à la deuxième partie du livre et ça va, ça commence à me plaire là ^^ Le seul hic, c'est qu'on est trop dans l'espace et ça me donne une image trop vide niveau décors, j'aimerais quelques planètes !
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !
Publicité