StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Les résultats du Challenge Fan-Fictions #14 !
 
Pourquoi un thème si sérieux ?
28/02/2020

Duel mécanique, le quatorzième Challenge de la section Fan-Fictions, est désormais terminé ! Et ce ne sont pas moins de douze textes que vous avez pu départager au terme d'une semaine de vote pour le moins houleuse, votre serviteur ayant eu la maladresse d'oublier l'un d'entre eux initialement...:-( Mais cette erreur a été rapidement corrigée, et le vote a pu reprendre comme d'habitude ! Et à l'issue dudit vote, le texte qui a remporté la majorité des suffrages exprimés est...

 

«  Finale : 2 à 3 - annonçait le panneau lumineux.

Dans l’arène, les deux monstres mécaniques se toisent. Le droïdeka de la confédération réactive son bouclier alors que les chaînes rotatives de l’IG crachent leur myriade de tirs. À nouveau, les décors bougent et de nouveaux pièges apparaissent. Le droideka se remet en boule et roule vers le sommet pour se déplier et vomir ses lasers sur son adversaire tourbillonnant.

Autour d’eux, tout hurle. Les paris se déchaînent.

-Assez !

Un intrus a découpé la grille de protection et vient de sauter dans le cercle.

– Droïds, mes frères ! Cessez ce combat idiot et libérez-vous de vos chaînes ! Vous n’êtes pas des jouets ! Vous n’êtes pas des esclaves ! Reprenez vos vies !

Le prêcheur lève les bras sous les huées.

Le droïdeka émit un trille agacé. L’IG pointa ses flingues dessus.

– Tu nous brises les circuits, L3, casse-toi. »

L3-37, star non-combattante bien que parfois violente, de l'arène !

Ce texte est signé Dark GaGa, qui remporte là sa troisième victoire dans le cadre des Challenges Fan-Fictions ! Bravo à elle, mais aussi à tous ceux qui ont participé !

GaGa a donc eu la lourde tâche de choisir le nouveau thème, que voici :

 

As-tu déjà dansé avec un Sith au clair de lune ?

 

Mais attention : dans votre récit, pour l'instant, personne ne sera (encore?) mort !

Et c'est parti ! Vous avez jusqu'au dimanche 15/03 inclus pour poster votre contribution sur le topic du Challenge Fan-Fictions #15.

A très bientôt... et que l'Inspiration soit avec vous !

Parution : 28/02/2020
Source : Le staff et Dark GaGa
Validé par : L2-D2
On en parle sur nos forums
 
Les 10 premières réactions (voir toutes les réponses) :
  • 28/02/2020 - 12:31
    Tout est dans la news !

    Vous avez jusqu'au dimanche 15/03 inclus pour poster votre contribution de 150 mots (tolérance de plus ou moins 25 mots) sur ce thème dont l'intitulé complet est "As-tu déjà dansé avec un Sith au clair de lune ?" qui vous est proposé par Dark GaGa. Mais attention, n'oubliez pas la contrainte : personne n'est encore mort... du moins pour l'instant, à vous de voir ! :wink:

    A vos claviers ! :)

    Edit : Les challengers !!!

    Bunny
    Spoiler: Afficher
    Drapé dans sa cape taillée dans le sombre linceul des ténèbres, il se déplaçait lentement, d’un pas lancinant et assuré, faisant claquer ses talons sur le sol en métal. La pièce était seulement éclairée par trois rangées de lumière blanche faisant toute la longueur des murs de la pièce.

    Kasi restait immobile, les pieds fermement ancrés dans le sol et les poings serrés, suivant son ennemi d’un regard aussi noir que le bureau dans lequel elle se trouvait. Elle ne comprenait pas ce qu’il attendait d’elle, elle aurait pensé être immédiatement exécutée lorsqu’il l’avait trouvée sur le Destroyer.

    Il s’arrêta soudain, pivota pour se trouver face à elle et avança de deux pas jusqu’à sa proie. Il approcha sa main gantée de cuir ébène vers le visage de la jeune femme et l’interrogea d’une voix caverneuse :
    « As-tu déjà dansé avec un sith au clair de lune ? »

    (150)


    Alionouchka
    Spoiler: Afficher
    « Un combat au sabre, c'est comme une danse » lui avait appris son maître. Appréhender l'espace et y mouvoir son corps. Ressentir le tempo et imposer son propre rythme.

    Durant ces longues séances d’entraînement lors desquelles elle brillait plus que tout autre padawan, ils reproduisaient en effet des chorégraphies millimétrées à l'infini. Mais tout cela n'était que de la théorie, une façon de parler, pensait-elle.

    Pourtant, alors qu'elle combattait au côté de ce terrible zabrak sur cette lune lointaine, il lui sembla qu'elle dansait. Désormais, Eldra avait l'impression de comprendre ce que son maître avait voulu dire.

    Mais bientôt, le sith au visage rouge et noir tournerait son regard avide et résolu vers elle. Une crainte aiguë, un pressentiment funeste s'emparèrent d'Eldra et pénétrèrent douloureusement son cœur.

    « Je vais peut-être mourir ici, songea-t-elle, mais maître, je vous promets que je danserai jusqu'au bout. »


    (157)


    Dark GaGa
    Spoiler: Afficher
    - Je ne suis qu’un simple homme d’affaires venu tenter sa chance dans l’espace républicain.
    La padawan frémit devant les yeux jaunes et le sourire acéré. Danger, hurle sa conscience alors qu’elle se sent attirée par l’interdit. Elle, la ratée, alors que sa jumelle est déjà chevalier. L’Ordre, ravagé après le sac de Coruscant, a diminué ses critères, elle aurait dû finir au Corps Agricole.
    Tourne, tourne. Ils ne sont plus que deux dans la salle de bal éclairée par les lunes.
    – J’ai conscience des préjugés républicains. Des meurtres et on accuse les Sith. Nous ne sommes pas tous des brutes sanguinaires.
    Les paroles sont douces, contrastant avec sa bestialité : un géant aux muscles tendus, les griffes, les plaques cartilagineuses piquantes sous ses doigts. Et ce bouillonnement dans la Force.
    – La liberté, loin de l’Empire.
    Elle sourit, elle cherche la même chose : fuir.

    Bling.
    Encore une heure et les perles de sa tresse rebondiront sur les dalles tachées de sang.

    (162)


    xximus
    Spoiler: Afficher
    (Texte à chanter sur un petit air connu…)

    Au clair de la lune,
    Mon ami le Sith,
    Prête-moi tes runes
    Pour écrire un rite
    L’holocron est mort
    Je n´ai plus de jus,
    Montre-moi donc tes sorts,
    Sinon je te tue.

    Au clair de la lune
    Le Sith dit ces mots :
    « Je n´ai point de runes,
    Serai bientôt au tombeau.
    Va chez Palpatine,
    Je crois qu´il y est,
    Dans son officine
    S’y trouvent nos secrets. »

    Au clair de la lune
    Le sombre apprenti
    Suit sa bonne fortune,
    Soudain on répondit :
    « Qui frappe de la sorte ? »
    Il dit à son tour :
    « Montrez-moi vos sorts,
    Avant que vienne le jour. »

    Au clair de la lune,
    Dansent les enluminures
    On chercha les runes,
    Du Côté Obscur
    En cherchant d´la sorte
    Je n´sais c´qu´on trouva,
    Mais j´sais que la porte
    Sur eux Deux se ferma.

    (150)


    Jenos Idanian
    Spoiler: Afficher
    Une petite planète, perdue aux confins de la Bordure Extérieure. Inaccueillante, inhospitalière, non répertoriée dans les atlas galactiques. Formant dans la noirceur de cette région isolée de l'espace, avec l'ersatz rocailleux lui servant de seul satellite et compagnon lugubre, le vestige d'un système aujourd'hui anéanti, circonvolant autour d'une naine brune, dernier témoin d'un antique cataclysme oublié de tous. Ou plutôt de presque tous...

    Dans son atmosphère ténue, la sinistre et sombre silhouette d'un guerrier adepte du Côté Obscur, chevauchant une créature ailée semblant venir tout droit d'âges anciens tout aussi obscurs, créature que le guerrier Sith s'évertuait encore à dompter, formant ensemble un macabre ballet dans la nuit, à la seule lumière diffusée par le satellite éclaté.

    À sa surface, une plaine broussailleuse, parsemée de lacs d'acide. Puis, une zone marécageuse, fumante de limon suintant, ainsi qu'un haut monticule pierreux entourant une masse d'éboulis saillants, dont la taille s'agrandissait à mesure que le Sith descendait maintenant en piqué vers elle...

    (173)


    Adeekan
    Spoiler: Afficher
    La Descendance


    Appuyée contre la rambarde du balcon, elle admirait une des lunes de Coruscant. L’air était rafraichissant et une douce musique émanait du salon de l’appartement. Un compositeur de Naboo à n’en pas douter, son bien-aimé était nostalgique de son monde natal.

    Ce dernier vint justement la rejoindre, sourire aux lèvres, magnifique dans ses soieries écarlates. Il la prit par la taille et l’embrassa. Puis, riant, il lui saisit les mains pour tourner au rythme de la musique.

    "Politicien, cuisinier, et maintenant danseur ? Tant de facettes pour un futur parent" dit-elle enjouée.
    "Je veux que cet enfant découvre tout ce que cette galaxie peut offrir" répondit-il doucement
    "Que deviendra-t-il d’après toi Sheev ? Chancelier comme son père ?"
    "Ce qu’il voudra, je ne saurais décider de son avenir." Mais Dark Sidious, lui, a de grands plans pour lui pensa-t-il.

    Il l’embrassa de nouveau, et la Force lui fit sentir sa progéniture grandir dans cette femme.

    (155)


    Posman
    Spoiler: Afficher
    Neon Tango
    Les volets fermés avaient plongés la grand-salle du temple Jedi dans la pénombre.
    Seules les lueurs vertes et bleues éclairaient le visage des corps qui virevoltaient dans un tango de néons.
    Les lames brûlantes volaient dans tout les sens. Elles passaient au dessus de leur têtes, les frôlant de quelques millimètres.
    La togruta sauta pour esquiver l'attaque basse de l'iktotchi.
    Les deux se toisaient du regard, avec respect mais aussi avec une profonde lueur d'amitié au fond de leur pupille. Les deux maîtres Jedi se décidèrent à frapper au même moment. Leurs lames s’entrechoquèrent.

    Saesee Tiin lança à sa partenaire, non sans humour:
    "Voyons Shaak-Ti! Montrons à nos jeunes novices pourquoi nous sommes maitres! N'as-tu dont jamais dansé avec un Sith au clair de lune?"

    A ces mots, Shaak-Ti recula et pris une profonde inspiration, et se lança de plus belle dans cette danse contre son ami.

    (156)


    Notsil
    Spoiler: Afficher
    –Tu gardes les yeux fermés, hein ?
    –Oui… oui… si je m’étale, par contre… j’aurais ta peau.
    –Si prompte à la colère… où est passé ton légendaire calme Jedi ?
    Paupières closes, elle haussa les sourcils.
    –Tu veux vraiment une réponse ?
    Guidée par son compagnon, la jeune femme marchait avec hésitation, peu désireuse d’être surprise par le relief du sol. Il l’arrêta enfin, après de longues minutes.
    –Tu peux ouvrir les yeux.
    Surprise, elle considéra la clairière, baignée d’une clarté lunaire, revêtue d’un tapis de fleurs mauves qui exhalaient un doux parfum.
    –Bon anniversaire !
    –Tu t’en es souvenu ?Je ne te connaissais pas si romantique…
    Il prit sa main dans la sienne, l’attira contre lui.
    –As-tu déjà dansé avec un Sith au clair de lune ? murmura-t-il à son oreille en l’entrainant parmi les fleurs.
    Elle éclata de rire, plongea son regard dans les iris aux couleurs changeantes.
    –Es-tu certain d’être toujours un Sith ? rétorqua-t-elle.

    (158)


    Dark Stannis
    Spoiler: Afficher
    Diversion


    L’Étoile Noire était parfaitement visible dans le ciel, et brillait de la lueur chaude que la géante gazeuse projetait sur les profils des temples. L’angoisse était à son comble, toute la flotte venait de partir, laissant le destin de la Rébellion et de la galaxie suspendu à leurs canons lasers et leurs torpilles à protons.

    Le piège longuement muri s’était définitivement refermé.

    Un contingent avait quitté l’Étoile sinistre encore dans l’hyperespace, et avait atterri à quelque distance du QG rebelle. La panique résultant de l’apparition de ce Soleil Noir avait empêché leur détection, et maintenant les soldats partis, la base était à eux. Tous les secrets de la Rébellion seraient récupérés, avant qu’elle soit définitivement vitrifiée.

    Dans l’esprit dans l’armure sombre qui dirigeait les troupes, un souvenir de Coruscant émergea. Cet assaut était au fond semblable au dernier acte d’un opéra : tout était à sa place et la conclusion, inévitable. Il alluma son sabre rouge, et entra dans la danse.

    (162)


    Potous
    Spoiler: Afficher
    Elle arriva dans sa chambre tard dans la nuit.
    Elle entra discrètement, tout doucement, à pas feutrés, se faufilant dans la pièce comme un assassin. Le bruissement de sa robe noire sur sa peau nue étant le seul bruit qui accompagnait ses gestes. C'est pourtant cet infime son, à peine audible, qui réveilla le sith d'un demi-sommeil qu'aucun rêve n'osait plus venir peupler.

    Il ne bougea pas, il n'eut pas même un frémissement.
    La jeune fille s'approcha de lui, se défit de sa robe et puis lentement, avec hésitation, ploya un genou qu'elle appuya contre le bord du lit.
    Sans s'en rendre compte, son corps déjà léger se mit à flotter et a tournoyer comme le ferait une danseuse émérite.
    En un instant, le corps de l'intruse avait traversé l'une des rares fenêtres de Coruscant encore éclairée par une lumière naturelle.

    Il sourit, la vertu de l’empereur était restée sauve.

    (151)


    Zèd-3 Et
    Spoiler: Afficher
    Elle avait soumis des tukatas d’un simple regard, tenu en échec une centaine d’ennemis des heures durant, donné naissance à des hordes d’aberrations grâce à sa maîtrise du Côté Obscur
    Elle avait survécu à Sorzus Syn, sa mentor, et l’avait même finalement dépassée dans le domaine de l’alchimie.
    Elle était l’une des Douze, l’une des Exilés. L’une des maîtresses de Korriban.
    Et alors qu’elle se trouvait au faîte de sa puissance, qu’elle semblait invincible... la Dame Noire avait baissé sa garde.

    La cour du Jen’ari, le Seigneur Noir Ajunta Pall, croyait qu’elle avait péri en même temps que sa famille. Ses terres avaient été réparties, ses titres redistribués, son nom oublié.
    Onze ans avaient passé.

    Cependant, à l’insu de tous, l’ancienne Jedi Noire avait survécu. En ce jour terrible où elle avait tout perdu, elle avait quitté la civilisation. Elle s’était réfugié dans les montagnes pour tenter d’oublier.
    Mais un souvenir avait refusé de s’effacer, à la fois triste et beau.
    Une danse avec un Sith au clair des lunes de Korriban.

    (172)


    Ve'ssshhh
    Spoiler: Afficher
    Les invités avaient investi la terrasse, ils bavardaient en petits groupes. Il passait de l’un à l’autre, souriant, un verre à la main. Dans la grand-salle, un orchestre s’accordait. Satisfait, il profitait de cette belle soirée, douce et étoilée…
    - … comme il n’en existe que sur Naboo, murmura-t-il.
    Une soirée parfaite concluait une journée parfaite : ce matin, Gungans et Naboos avaient célébré leur victoire ; des Jedi inquiets, perturbés, avaient dit adieu à d’un de leurs plus grands maîtres. Pour son plus grand plaisir, il avait assisté à la cérémonie, une bonne occasion d’observer ce garçonnet si prometteur. Il avait brièvement rencontré un vice-roi vaincu, humilié, avide de revanche. Une amertume qu’il saurait exploiter.
    Tous, Jedi compris, n’étaient pour lui que des jouets.
    Il avisa une jeune reine solitaire, accoudée à la rambarde. Roches, eau et écume scintillaient à la lumière des lunes. Ils goûtèrent ensemble le spectacle puis, l’orchestre attaquant les premières notes, Palpatine offrit son bras à Padmé.
    - me réserverez-vous la première danse, très chère ?

    (171)


    Shamb Hall'o
    Spoiler: Afficher
    Les sabres laser s’entrechoquaient, faisant jaillir des éclairs qui illuminaient la salle du trône. L’Empereur esquissait un sourire en voyant Luke Skywalker, son futur apprenti, accomplir sa destinée en affrontant son père. Le style de combat de Dark Vador était rude. Brutale. Primaire. Celui de son fils, plus flamboyant. Il tournait autour de son ennemi avec une certaine grâce, paradant les estocs et esquivant avec fluidité.

    Comme l’Etoile Noire tournait pour prendre en ligne de mire les vaisseaux rebelles, la lune d’Endor fit une courte apparition à travers la baie vitrée. La lumière qu’elle diffusait se déversa dans la salle obscure, puis se réfléchit sur le casque de Vador. Elle fit jaillir des reflets inhabituels, mettant des couleurs flamboyantes là où dominait le Côté Obscur.

    Et durant ce laps de temps, l’Empereur eut le sentiment de voir le jeune Luke exécuter une danse macabre avec le Sith, sous la lumière crue de la lune d’Endor.

    (155)


    ercete
    Spoiler: Afficher
    DERNIER SOUFFLE


    Du bataillon 404, il ne subsistait qu'une mince escouade. Quatre clones pris au piège dans l'enceinte d'une gigantesque serre.
    L'immense lune d’Orondia inondait d’une clarté blafarde les débris des machines séparatiste qui jonchaient le sol. Mais toute les issues étaient à présent condamnées.

    Le regard du capitaine scruta le terrain, cherchant une quelconque échappatoire. Mais ce qu'il vit c’est une ombre qui se glissait derrière son second. Avant même qu’il n’ait pu ouvrir la bouche, une lame rouge et brillante traversa l’armure de son frère.
    Aussitôt les tirs fusèrent vers l’ombre dansante à travers les arbustes. Esquivant la salve de tir de mitrailleuse laser, virevoltant tel un insecte, achevant le reste de l’escouade… La lame dessinait de larges arabesques à travers l’atmosphère humide.

    Peu après, le capitaine était étalé sur le sol. Son adversaire leva son sabre pour lui asséner un coup fatal. "Votre mission s'achève ici, clone !"
    Le capitaine leva alors les yeux et adressa à l'astre blanc qui les surplombaient un sourire serein tandis qu’il étouffait le signal de son détonateur thermique.

    (175)


    Adanedhel
    Spoiler: Afficher
    Tout était sombre autour d’elle. Une obscurité pesante, poisseuse, terriblement solitaire. Celui qu’elle aimait avait disparu. Depuis combien de temps ? Des semaines ? Des mois ? Mais elle restait intimement convaincue qu’il était en vie, quelque part.

    Car dans ce cauchemar de noirceur absolue, elle finissait toujours par apercevoir une lueur, d’abord faible et vacillante, puis finalement belle et chaleureuse. Et c’est dans cet éclat irréel qu’il lui apparaissait. Malgré son retour à la lumière, son visage restait marqué par son passage du côté obscur. Alors elle lui souriait, il lui rendait ce sourire par un regard à nul autre pareil, et ils dansaient, dans ce rêve entre les rêves, sous la lumière d’argent d’Ashla et Bogan.

    Ainsi leur lien unique et si puissant continuait de résonner par delà les étoiles. Ainsi, la Force lui disait qu’il était en vie, quelque part.

    (141)


    Angedabe
    Spoiler: Afficher
    Les Murmures du passé.

    La lueur froide de la lune éclairait des hésitations, des doutes, une crainte profondément enfouie. Le regard perdu, là-haut, sur le toit du temple Jedi, ce padawan cherchait…

    - Ne t’égare pas, jeune Tarca.

    Se retournant, surpris, l’apprenti vit Maître Q’lor Ksar.

    - Je suis en proie à l’obscurité, Maître…

    Compatissant, le Jedi s’avança au bord du précipice.

    - Focalise tes pensées vers l’unique lueur présente. Ressens, ne pense pas, laisse-là te dicter l’avenir.

    - Mais Maître, je n’y parviens pas, je suis… perdu… La peur me…

    - La peur te provoque. Elle sens ta faiblesse passagère.

    - Comment lutter ?

    Pensif, les yeux rivés vers ce ciel encré et cette lointaine lune discrète, Q’lor Ksar soupira. Ce même sentiment vint l’envahir…

    - As-tu déjà dansé avec un Sith au clair de lune ?

    - Bien sûr que non, souffla le padawan, subjugué par cette question.

    - Non, répéta le Jedi. Alors tu ignores ce qu’est la vraie peur.

    En se plaçant face au jeune apprenti, il déclara :

    - Ne t’encombre pas l’esprit. Laisse la Force te guider et illuminer ton destin.

    Q’lor Ksar s’en retourna, perturbé.

    - Et si j’en rencontre un ? lança Tarca.

    Le Jedi s’arrêta, pivota la tête, puis sourit :

    - Offre-lui une danse.

    (175)


    cassian.andor
    Spoiler: Afficher
    La brillance de la lune illuminait le paysage, le rendant presque agréable. Il tendit sa main, qu’elle saisit immédiatement. Malgré l’aspect mécanique de son membre il pouvait presque sentir le contact de sa peau. Puis ils commencèrent à valser, sous la beauté de ce clair de lune. Mais au milieu de la danse elle se figea et le regarda avec les mêmes yeux que cette nuit fatidique.
    Puis l’illusion se brisa. Il n’y avait plus de clair de lune, seulement la noirceur du ciel. Et elle n’était plus là, il était seul… encore.

    Frappé par un excès de colère Vador sorti de sa transe et entreprit de quitter Mustafar. En regagnant son vaisseau il fut encerclé par un halo de lumière et une présence douce, mais triste l’envahit. Il leva les yeux au ciel et découvrit un scintillant clair de lune.

    (147)


    darkCedric
    Spoiler: Afficher
    La jeune femme s'arrêta un instant, les genoux tout tremblants. La forêt résonnait de sa respiration bruyante alors qu'elle essayait de reprendre son souffle. La dominant depuis son perchoir, son adversaire la jugeait d'un œil moqueur. Sa lame cramoisie donnait à son visage quelque chose de majestueux. Il écarta les bras, l'invitant à une nouvelle escarmouche. Elle ne se fit pas prier. Un bond l'élança en direction de sa cible. Qui déjà, s'était déplacée. Son propre sabre lui fut arracher et alla se perdre dans l'obscurité des bois. Elle pivota pour lui faire face, et sentit qu'on lui enserrait les bras. Déjà le sith pressait son torse contre le sien, et ses mains glissaient le long de son dos. Ses yeux rouges, à quelques centimètres des siens, riaient à l'éclat de la lune.
    - Alors ? Lui susurra-t-il d'une voix mielleuse où se mêlait des notes sauvages . Prête pour une autre danse ?

    (154)


    Mandoad
    Spoiler: Afficher
    As-tu déjà dansé avec un Sith au clair de lune ?

    Entrelacés, emmêlés ou noués, elle n’aurait su décrire comment ils se trouvaient actuellement. Son teint blanchâtre était accentué par la lumière que projetait la lune sur leurs deux corps rapprochés. Elle fit un pas en arrière. Il la suivit sans même un mot. Lorsqu’elle tournoya, ses gestes disposèrent de la même grâce et maintinrent un rythme parfaitement identique. Alors qu’il se mouvait encore plus près d’elle, elle parvint à voir l’éclair émeraude enrobé d’une couleur sanguine dans ses yeux sombres. Il ne se laissait pas épuiser aussi facilement qu’elle l’avait initialement pensé et un sourire se dessina sur ses fines lèvres violacées. Elle se cambra et sentit la main de son partenaire de danse effleurer avec douceur ses longs cheveux ébène. Une brève, mais vive chaleur passa sur sa peau sans l’atteindre et elle se laissa glisser avant de pivoter majestueusement sur sa jambe gauche. L’autre s’était arrêté, pétrifié dans son ultime expression. La nuit était magnifique.

    (157)


    Niffleur
    Spoiler: Afficher
    Habituellement si sombre, l'opéra était ce soir occupé par d'imposantes bulles de lumières flottantes, idéales pour dissimuler les ombres qui s'y terrent...
    A l'arrivée du jeune Jedi, tous se levèrent afin de le laisser seul avec le chancelier. Lui avait les yeux vagues, semblant perdus dans le spectacle divin devant eux. Mais il sentait le jeune homme prendre place à côté de lui.
    "Bonsoir Anakin.
    - Bonsoir Chancelier.
    - Dis moi, connais tu l'histoire tragique de Dark Plagueis le Sage ?
    - De qui ?
    - Non, ce n'est pas le genre d'histoire que l'on raconte aux jeunes padawan...
    - Mais qu'est ce que vous racontez ?
    - Dis moi, as tu déjà dansé avec un Sith ?
    - Quoi ?!
    - L'as tu déjà fais au clair de Lune Anakin ?
    - Mais vous êtes complètement sénile !
    - Non Anakin, ne t'en va pas !
    - Je vais prévenir le conseil Jedi de vos agissements... dégueulasses.
    - Non ! Non... je me sens si seul..."

    (168)
  • 28/02/2020 - 12:38
    vous avez le droit de me haïr :whistle:
  • 28/02/2020 - 12:42
    J'adoooooore ^^

    Faut vraiment pas que j'oublie le délai ^^
  • 28/02/2020 - 12:52
    Dark GaGa a écrit:vous avez le droit de me haïr :whistle:


    Au contraire ! C'est bien la première fois que j'ai plusieurs idées qui me viennent spontanément à l'esprit :D Le tout c'est de choisir maintenant sur quel thème je veux partir : drôle, décalé, triste,... ^^
  • 28/02/2020 - 16:26
    Bon, sous la pression de la geôlière, voici mon texte de pile 150 mots :

    Spoiler: Afficher
    Drapé dans sa cape taillée dans le sombre linceul des ténèbres, il se déplaçait lentement, d’un pas lancinant et assuré, faisant claquer ses talons sur le sol en métal. La pièce était seulement éclairée par trois rangées de lumière blanche faisant toute la longueur des murs de la pièce.

    Kasi restait immobile, les pieds fermement ancrés dans le sol et les poings serrés, suivant son ennemi d’un regard aussi noir que le bureau dans lequel elle se trouvait. Elle ne comprenait pas ce qu’il attendait d’elle, elle aurait pensé être immédiatement exécutée lorsqu’il l’avait trouvée sur le Destroyer.

    Il s’arrêta soudain, pivota pour se trouver face à elle et avança de deux pas jusqu’à sa proie. Il approcha sa main gantée de cuir ébène vers le visage de la jeune femme et l’interrogea d’une voix caverneuse :
    « As-tu déjà dansé avec un sith au clair de lune ? »
  • 28/02/2020 - 16:34
    Quoi ???????????
  • 28/02/2020 - 16:39
    Joysstar a écrit:Quoi ???????????

    :transpire:
    Dark GaGa a écrit:vous avez le droit de me haïr :whistle:

    :diable:

    javéprevenukeceserécon
  • 28/02/2020 - 17:48
    Dark GaGa a écrit:javéprevenukeceserécon

    Le terme exact employé était 'débile' il me semble, et non pas 'con' :whistle: Légère nuance qui laissait plutôt augurer quelque chose de plus...; enfin, de moins...; bref un peu de tout mais pas vraiment ça :transpire:

    À voir donc, si je participerai ou non à celui-ci. Le temps de laisser un peu maturer l'idée entre mes 2 neurones avant que de me décider là-dessus.
  • 29/02/2020 - 8:55
    Voilà mon texte qui fait 157 mots.

    Spoiler: Afficher
    « Un combat au sabre, c'est comme une danse » lui avait appris son maître. Appréhender l'espace et y mouvoir son corps. Ressentir le tempo et imposer son propre rythme.

    Durant ces longues séances d’entraînement lors desquelles elle brillait plus que tout autre padawan, ils reproduisaient en effet des chorégraphies millimétrées à l'infini. Mais tout cela n'était que de la théorie, une façon de parler, pensait-elle.

    Pourtant, alors qu'elle combattait au côté de ce terrible zabrak sur cette lune lointaine, il lui sembla qu'elle dansait. Désormais, Eldra avait l'impression de comprendre ce que son maître avait voulu dire.

    Mais bientôt, le sith au visage rouge et noir tournerait son regard avide et résolu vers elle. Une crainte aiguë, un pressentiment funeste s'emparèrent d'Eldra et pénétrèrent douloureusement son cœur.

    « Je vais peut-être mourir ici, songea-t-elle, mais maître, je vous promets que je danserai jusqu'au bout. »
  • 01/03/2020 - 11:28
    Spoiler: Afficher
    - Je ne suis qu’un simple homme d’affaires venu tenter sa chance dans l’espace républicain.
    La padawan frémit devant les yeux jaunes et le sourire acéré. Danger, hurle sa conscience alors qu’elle se sent attirée par l’interdit. Elle, la ratée, alors que sa jumelle est déjà chevalier. L’Ordre, ravagé après le sac de Coruscant, a diminué ses critères, elle aurait dû finir au Corps Agricole.
    Tourne, tourne. Ils ne sont plus que deux dans la salle de bal éclairée par les lunes.
    – J’ai conscience des préjugés républicains. Des meurtres et on accuse les Sith. Nous ne sommes pas tous des brutes sanguinaires.
    Les paroles sont douces, contrastant avec sa bestialité : un géant aux muscles tendus, les griffes, les plaques cartilagineuses piquantes sous ses doigts. Et ce bouillonnement dans la Force.
    – La liberté, loin de l’Empire.
    Elle sourit, elle cherche la même chose : fuir.

    Bling.
    Encore une heure et les perles de sa tresse rebondiront sur les dalles tachées de sang.


    162 (et double référence... :whistle: )
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !
Publicité