StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
[EXCLU] Rogue One : la critique de SWU !
 
[Critique] Nos staffeurs Lain-Anksoo et Bobby Wan ont vu le film
13/12/2016

Bonsoir à tous !
Comme vous le savez sans doute Star Wars Universe a été convié à la projection presse de Rogue One : A Star Wars Story, lundi 12 décembre à 10h30. Retrouvez donc ci-dessous l'avis à chaud de notre reporter Bobby Wan ainsi que celui un peu plus détaillé et analytique de Lain-Anksoo, qui préfère critiquer des livres car sur les films il y a trop de choses à dire !

Petite mise en garde, ce sont des crtiques qui se veulent sans spoiler mais il est difficile d'analyser certains éléments du film sans faire de sous-entendus qui peuvent vous gâcher le plaisir de la découverte, lisez donc ces critiques en connaissance de cause.

https://www.starwars-universe.com/images/actualites/rogueone/affiche_imax.jpg


La critique sans spoiler de Bobby Wan



Wow. Qu’est-ce que j’ai pris mon pied ! Je suis ressorti euphorique de cette projection matinale de Rogue One, je l’avoue. Pas de faux suspense, j'ai aimé ce film. À la fois différent des épisodes numérotés (normal c’est un spin-off) mais aussi clairement Star Warsien, il apporte une alchimie parfaite entre éléments connus et nouveautés. Et ça fait plaisir !

Une histoire bien menée

On connaît tous le pitch mais on ignore l'histoire qui va nous y mener. Et là, tout au long du chemin vers le final attendu du vol des plans de l’Étoile de la Mort, on est constamment surpris.

Ayant lu le roman Catalyst, j’étais déjà familier avec l’histoire de la famille de Jyn Erso, et je reconnais que ça m’a bien aidé pour me plonger dans le film car les premières minutes (après le prologue) sont chargées d’informations. Eh oui, il faut aller vite et il y a beaucoup de nouveaux personnages et lieux à introduire ! D’ailleurs, Lucasfilm a dû en avoir bien conscience puisque, pour la toute première fois en 8 films, les noms des planètes (à quelques exceptions près) sont mentionnés en sous-titre.

La première partie du film est parfois difficile à suivre : les scènes s’enchaînent de façon un peu abrupte et il peut manquer de liant entre l’histoire des héros et celle des méchants. La partie sur Jedha est assez sombre et tristement contemporaine, avec une intrigue rappelant le terrorisme religieux. Sentiment étrange d’être davantage devant une scène d’actualité plutôt que devant un Star Wars. À partir de la scène sur Yavin 4 (le brief autour de la table de commandement, qui m’a donné des frissons) et l’attaque de Scarif, c’est énorme ! Tout se fait de façon très fluide et naturelle.

De façon générale, la motivation de chaque personnage dans le récit et la façon dont ils se retrouvent est remarquablement fluide et ne paraît jamais forcée. Bref, l’équipe Rogue One, on y croit ! Et on croit en leurs chances.

Des personnages réussis

L'histoire de Jyn est la plus complète de tous, logiquement puisque c’est le personnage principal. Suffisamment attachante pour que l'on suive son histoire, mais je dois avouer que je l’imaginais plus tête brûlée que ça avec l'aperçu offert par les bandes-annonces.

Chaque autre personnage (surtout pour les humains car les aliens sont bien moins mis en avant, il faut le dire) a sa propre psychologie et ses motivations. Le destin de chacun est très bien mis en valeur avec de l’émotion dans tous les sens (y compris pour K-2SO). Chapeau. La plupart des personnages ne savent pas où se situer entre le bien et le mal, ce qui parfois frise à la paranoïa. Mention spéciale à Bodhi Rook et Saw Gerrera. C'est rare dans un Star Wars, mais certainement plus en adéquation avec les attentes du public d'aujourd'hui. En revanche, des personnages sont quasi absents, comme Bistan et Pao qui n'ont aucun dialogue. Un peu surpris de ce côté-là, alors que je pensais qu’ils faisaient partie de l’équipe de premier plan. K-2SO est en revanche une grande réussite. Humour décapant garanti.

Mettre de côté les codes de la saga

Visuellement le film est extrêmement réussi. Du premier plan au dernier je ne vois pas d'élément qui m'ait déplu ou gêné. À plusieurs moments, le plaisir procuré par le film est grand. Le combat spatial est pour moi l’un des meilleurs de la saga.

Sur la forme, Rogue One ressemble moins aux autres films de la saga, mais peu importe. Car il y en a de la nouveauté avec ce premier spin-off : l’absence de déroulant au début, l’existence d’un prologue, les noms des planètes qui apparaissent en sous-titres, l’absence de fondus entre les scènes, l’absence de final 100% musical… Mais bizarrement ça n’est pas gênant. C’est comme s’il y avait un contrat tacite avec le spectateur disant « ok, vous connaissez les films Star Wars, vous en connaissez les codes, mais avec Rogue One on s’amuse avec, voire on s’en affranchit totalement ». Lucasfilm a voulu marquer la différence avec l'héritage de la saga et c’est réussi.


De la nouveauté !

Tout ce qui m’avait frustré avec Le Réveil de la Force est absent ici : on y trouve de nouvelles planètes vraiment originales, des nouveaux vaisseaux, des nouveaux designs (armes, stormtroopers, bâtiments…), moins de jeunisme chez les acteurs… On revient d’ailleurs aux plans larges présentant les environnements, ce qui m’a fait voyager comme au temps de la prélogie (Eadu, Scarif, Jedha et même Yavin IV sous plein de nouveaux angles).

Enfin, la partition musicale innove et se démarque de la saga principale, tout en restant bien dans l'univers. Je n'ai pas un thème particulier en tête, mais plusieurs morceaux que j'ai bien appréciés sur le moment. Je n'ai par contre pas retenu le thème de Jyn ou celui d'autres personnages. Un nouveau visionnage permettra clairement de le faire.


Les plus

- Des personnages différents de ceux du reste de la saga (Bodhi Rook, Saw Gerrera, K-2SO)
- Tout le final sur Scarif très émouvant
- Le combat spatial au-dessus de Scarif (!!!)
- Les multiples caméos, voire plus que des caméos pour certains, toujours bien intégrés dans l'histoire
- Le destin de chacun des personnages est une réussite (avec de l’inattendu).

Les moins

- Le côté épique propre à la saga moins présent
- Pas d’alien de premier plan au sein de l’équipe Rogue One

Bref, pour un premier spin-off Rogue One est une réussite et prouve que cet univers peut vivre et briller en dehors de la famille Skywalker. Rogue One standing by ! ^^


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La (longue) critique sans poiler de Lain-Anksoo, avec une note !


Rogue One : A Star Wars Story... Je ne sais pas si c’est utile mais je précise que mon visionnage du film s’est fait en IMAX 3D VOSTFR.

Préambule

Je ne sais jamais vraiment comment critiquer un film, enfin si je sais mais si je voulais le faire j’écrirais littéralement un petit roman. Il faut parler de l’histoire, des acteurs, des décors, des costumes, des effets spéciaux, des CGI, de la réalisation et donc du réalisateur, et de la musique. Je vais donc éluder rapidement les quelques domaines que je ne maîtrise pas.

Les acteurs sont tous très bons dans leur rôle, ils apportent tous un petit quelque chose. On a pour une fois l’impression que la galaxie est vaste et que même les humains qui y vivent sont différents les uns des autres, ils ont tous un accent particulier car finalement ils viennent de planètes différentes. J’ai toujours du mal à faire attention à la musique, mais de ce que j’ai retenu ce n’est pas la musique d’un Star Wars, ce qui tombe très bien car ce n’est pas un épisode numéroté de Star Wars. Il y a des échos aux grands thèmes mais aucun n’est repris dans son ensemble ou de manière trop bruyante : ils sont là mais en fond sonore très diffus. Les décors, costumes et effets spéciaux en tous genres sont excellents et ils le sont pour une bonne raison : ils donnent un côté « sale » au film ce qui colle parfaitement à son ambiance sombre, chaotique, triste et tragique. C’est même encore plus sale que dans la trilogie originale qui avait déjà un côté propre (encore plus présent dans la prélogie), Disney, bon enfant. On ne s’inquiétait jamais pour nos héros naïfs, courageux, idéalistes... Quand on fait la même chose, avec des héros tourmentés, ça change tout.

La réalisation Gareth Edwards

Depuis Monsters je suis un fervent défenseur et adorateur de Gareth Edwards. Lors de l’interview que nous avons faite de lui, il nous a parlé des décors à 360°, de la caméra à l’épaule, du côté documentaire et film de guerre ; aucun doute, son pari est réussi. Ce n’est pas un Star Wars classique qu’il nous livre, et c’est tant mieux : grâce à ça, on a le temps de se reposer entre deux productions aseptisées Disney, ce qui nous permettra d’aimer davantage l’Episode VIII. Edwards va au-devant de ses acteurs, on voit littéralement la caméra bouger, et on ne décèle presque jamais l’utilisation de trépied ou de grue. Bien qu'il utilise des décors grandioses, la réalisation est très intimiste, presque intrusive par moment. Il nous file la chair de poule et nous donne une empathie impressionnante pour certains personnages. Le tour de force c’est qu’on réalise qu’on éprouvait cette empathie alors qu’il est déjà trop tard.

En allant au-devant de ses acteurs il nous signe donc un film documentaire de survie intimiste comme il l’avait fait pour Monsters pour finalement bifurquer sur le film de guerre comme il l’a fait pour Godzilla. D’ailleurs il faut noter que comme pour Godzilla et Monsters, on voit toujours la menace, la destruction et la mort de loin. Parfois, elles ne nous sont carrément pas montrées directement. Sur le coup, j'ai pensé que c’était le côté Disney, pour ne pas choquer, mais en y repensant je me rends compte que j’avais tort : ça peut aussi être ça, une approche plus subtile. Il nous montre ces événements à la fois du point de vue impérial, qui est indifférent et n’a cure des tueries de masse, mais aussi du point de vue d'un film de guerre et d’histoire. Dans les livres, il n’y a pas de photo de la destruction d’Hiroshima du point de vue d’Hiroshima, de la mort d’Hitler ou des chasseurs de Pearl Harbor. Cela nous a été relaté, ou cela a été vu de loin c’est donc reproduit ici. Pas pour éviter de suciter des sentiments chez nous, mais au contraire pour les accentuer en montrant que c’est un jour comme les autres au sein de l’Empire et que la petite bande de rebelles est insignifiante à leurs yeux. Les deux seules fois où il nous montrera de tels éléments de près, c’est parce qu’un autre personnage les vit et sera changé en les vivants ; c'est donc pour servir l’histoire.

C’est un tour de force audacieux auquel on adhère ou pas. Si vous aimez le film, parce qu'il est différent des autres Star Wars, sans doute apprécierez-vous cette technique. Le reste de votre approbation venant bien évidement de l’histoire …

Rogue One, THE Star Wars Story

Ne cherchez pas, vous ne devinerez pas comment se finit le film. Pour être franc, j’avais imaginé une fin légèrement comme celle-ci, avant de me dire « Non, y a aucun moyen que ça marche et que ce soit raccord avec l’Épisode IV »... Eh bien si ! Et pourtant on le savait :

It is a period of civil war. Rebel spaceships, striking from a hidden base, have won their first victory against the evil Galactic Empire. During the battle, Rebel spies managed to steal secret plans to the Empire's ultimate weapon, the Death Star.

Les mots-clés étaient là, mais on a refusé de le voir. Mais Lucasfilm, lui, les a vus et suit cette directive prophétique à la lettre ! Bon, avant d’arriver à la fin, il faut parler du thème du film qui est finalement le même que celui de la trilogie et de, je pense, la postlogie : la rédemption. Pour ça, aucun doute, nous sommes dans un Star Wars. Mais là où la saga principale s’attarde sur la rédemption de membres de la famille Skywalker/Solo, ici, chaque personnage, figurant ou non, doit racheter ses fautes ou ceux de son père. C’est en ça que le film est très sombre et tragique car chaque héros, du pilote impérial qui regrette sa loyauté à l’Empire au rebelle qui regrette ce qu’il a dû faire en tant qu’espion est tourmenté. Donc oui, avant le film, malgré le texte de l’Épisode IV, nous ne savions pas comment il finirait, et pendant le film, malgré le thème de celui-ci, on ne le devinait pas forcément plus, ou on le refusait.

Dans son ensemble, le film est long à démarrer, mais c’est nécessaire vu le grand nombre de personnages à introduire. Edwards, comme il l’avait dit dans l’interview, a essayé de caser le plus de choses possible de ses films Star Wars préférés et ça se voit, il y a des allusions et des clins d’œil partout ! Des personnages qui reviennent juste en figurant, d’autre qui sont mentionnés dans un haut-parleur (Je ne sais pas encore ce que je dois penser de la grosse référence à Rebels…). Ça peut être lourd par moment, mais en réalité on ne peut pas lui en vouloir : à sa place on ferait exactement la même chose, on en ferait peut-être même plus. Et puis ici c’est fait de manière directe pas comme avec le Réveil de la Force qui le faisait de manière indirecte en copiant le schéma narratif de l’Épisode IV. Le seul problème étant : cela cause-t-il des incohérences ?

Les défauts

Il y en a peu, très peu. Personnellement j’ai noté deux incohérences, une avec le roman Tarkin qui peut trouver sans problème une explication et une autre liée au fait qu’Edwards a voulu mettre trop de clins d’œil. J’attends de revoir le film mais je vois déjà les haters s’appuyer sur ce problème pour critiquer le film alors qu’il s’agit de cinq secondes de film absolument pas représentatives de l’ensemble. Finalement, on apprécie davantage le roman Catalyst après visionnage. Je serais même tenté de réhausser ma note. J’avais raison dans ma critique dudit livre : des fois, en voyant des éléments dans le film, on pense : « ça je le savais déjà » ! Un dernier défaut, Edwards a décidé, comme dans tous les films de guerre, d’écrire le nom de la base et de la planète à chaque fois qu’il en introduit une nouvelle. À chaque fois ? Non, il y en a une dont on aimerait vraiment voir le nom pour être sûr que c’est celle à laquelle on pense mais il n’est pas renseigné… C’est frustrant car je crois qu’en plus c’est un bâtiment présent dans The Clone Wars, on attendra la novélisation vendredi pour en savoir plus.

On pourrait dire que ces noms de planètes remplacent le texte défilant, bien que la petite phrase « Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine » soit présente. D’ailleurs, même là le film se démarque en jouant magnifiquement sur les codes, la scène d’ouverture du film se fait bien dans l’espace avec un triangle crevant l’écran, mais on est dans un spin-off donc il ne faut pas que ce soit le copycat des ouvertures des autres films. Le triangle n’en est pas un, bref vous verrez ;)

Une fin : WHAOU !

Je sais le paragraphe du dessus s’appelle défauts mais le plus gros défaut du film a sa place ici : un très grands nombre de scènes, et surtout des scènes finales, présentes dans le trailers, bande annonces, making-of ne sont pas présentes dans le film. C’est très frustrant car vu comment le film se déroule, en se souvenant de ces scènes, on a une idée de la fin, mais je vous rappelle que des reshots ont eu lieu et je pense que ces reshots ont radicalement changé la fin car deux scènes très marquantes des teasers sont absentes du film mais surtout ne peuvent s’y dérouler. Encore une fois les pistes sont brouillées pour pas qu’on ne devine rien, mais mon Dieu que c’est frustrant, moi qui voulait voir cette scène de Jyn courant au ralenti sur la plage ou celle de Krennic et des stomtroopers les pieds dans l’eau des Maldives je suis déçu ! Mais grâce à ça, on a un final auquel on ne s’attendait pas, grâce à ça on a LA bataille spatiale de Star Wars (bon Endor reste ma préférée), grâce à ça on assiste à l’acte stratégique le plus fou des films Star Wars et mon Dieu que c’est jouissif juste qu’à la dernière seconde sur Scarif (Que j'ai aimé la symbolique, résumant entièrement le film, de la dernière scène où apparaît Krennic !).
Et quand c’est fini et que la poussière et l’eau retombent, Rogue One passent le flambeau symbolique. La rédemption des uns devient celle déjà bien connue d'un autre dans les épisodes numérotés de Star Wars. Les dernières minutes du film n'appartiennent plus à Rogue One, mais au personnage masqué qui en fera la suite.

Finalement, dans la course haletante de fin de film, on est estomaqué en découvrant où l'on est, on se dit que la boucle est parfaitement bouclée et on vole après le chaos et la tragédie de ce film en direction d’Un Nouvel Espoir pour la galaxie.

Note : 91% (Pour rappel, j'avais noté le Réveil de la Force 75%)


On en parle sur le forum !

Parution : 13/12/2016
Source : Star Wars Universe
Validé par : Bobby Wan
Type : Critique
On en parle sur nos forums
 
Les 10 premières réactions (voir toutes les réponses) :
  • 13/12/2016 - 18:08
    Je sens que ça va être une bombe qui va enterrer totalement TFA :diable:
  • 13/12/2016 - 18:09
    Je viens de lire la critique de SWU. Je remercie bien chaleureusement Laink pour me mettre la hype au plus au point avec juste une phrase :

    Spoiler: Afficher
    À chaque fois ? Non, il y en a une dont on aimerait vraiment voir le nom pour être sûr que c’est celle à laquelle on pense mais il n’est pas renseigné… C’est frustrant car je crois qu’en plus c’est un bâtiment présent dans The Clone Wars, on attendra la novélisation vendredi pour en savoir plus.


    Mais de quoi il parle ? :cry: Je veux savoir :cry:
  • 13/12/2016 - 18:12
    Les premières critiques et celles de SWU me donnent la hype à 1138%...

    L'attente va être très difficile jusqu'à demain soir my god !
  • 13/12/2016 - 18:36
    Faut que j'arrête de poignarder mon cœur à répétition :cry:
  • 13/12/2016 - 18:39
    J'aaiiii hâte!!!!!
  • 13/12/2016 - 18:45
    Moi c'est vendredi soir alors c'est encore plus chaud ! :D
  • 13/12/2016 - 19:06
    Du coup, Lain, c'était bien ? :lol:

    Bien content de lire que Catalyst lie bien à Rogue One en tout cas ! Je l'ai fini dimanche et j'ai plutôt aimé au final. Mais je vais attendre d'avoir vu le film pour aller en parler sur le topic en question.
  • 13/12/2016 - 19:52
    Je remets les critiques ici pour ceux qui n'ont pas vu :

    http://www.starwars-universe.com/actu-1 ... -swu-.html
  • 13/12/2016 - 21:46
    Vos deux critiques et celles publiées sur Twitter et autres me paraissent nettement plus positive que pour TFA à l'époque, s'il divise moins les fans dans la logique ça devrait en faire un film encore meilleur (moi qui ai plus qu'apprécié TFA ça me Hype à fond).
    Sinon Lain (et autres qui auraient eu l'occasion de le voir), son classement par rapport aux autres, il arriverait à quelle position selon toi ?

    Et un truc que je retiens particulièrement dans ta critique c'est le coté sombre et tragique qui semble émaner du film, ça c'est une chose qu'on a jamais vraiment eu dans les épisodes numérotés, si ce n'est la fin de ROTS, mais je pense que là on est pas mal de crans au dessus en lisant ton avis. Si ça en a l'aspect que je suis entrain de m'imaginer je sens que ce sera peut-être le plus fort et le plus marquant des Star Wars pour moi. (à ce rythme là je vais chialer en plein ciné quoi :cry: )

    Bref vivement demain ce bon visionnage et la pluie d'avis qui en suivront, en espérant que ce sera moins "mauvaise foi" que le débat TFA (et par là je l'entend des deux cotés, ce n'est pas parce que j'ai aimé que je pense que ce n'est que ceux qui n'ont pas aimé qui sont de mauvaises fois, certains avaient de bonnes raisons).
  • 13/12/2016 - 22:05
    j'ai toujours eu un classement anti système des SW mais bon le voila :

    Ep 6
    RO
    Ep 4
    Ep 5
    Ep 3
    Ep 7
    Ep 1 et 2
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir poster un commentaire.
Merci de votre compréhension.
Proposer une actu
 
 Vous avez une information concernant l'Univers Star Wars que vous voulez partager avec d'autres internautes ?

Vous pouvez nous la proposer facilement : cliquez ici !
Publicité