Le Traître
  • Titre original Traitor
  • Genre Roman
  • Série Le Nouvel Ordre Jedi (Vol. 13)
  • Univers Legends
  • Année et période +27 (Nouvel Ordre Jedi)
  • Auteur(s) Matthew Stover
  • Couverture Steven D. Anderson
  • Traducteur(s) Rosalie Guillaume
  • Synopsis : Au moment le plus tragique de l'Histoire de la Nouvelle République, une lueur d'espoir brille dans les ténèbres. Après la chute de Coruscant, il semble que rien n'arrêtera plus les Yuuzhan Vong. Pourtant, un petit miracle pourrait redonner le moral aux défenseurs de la galaxie : Jacen Solo est bien vivant, mais tous l’ignorent, parmi les siens. Il est prisonnier des Vong, sous l’oeil attentif de Vergere, une créature pleine de mystères, qui veut pourtant lui enseigner la vraie nature de la Force, lui ouvrant un état de compréhension plus dangereux, et probablement mortel. L’exercice se révèle périlleux car Jacen se rend compte que cette douloureuse initiation le change à petit feu. A la fin, qui sait ce qu’il restera de lui... et dans quel camp il luttera.
  • Note du staff SWU
     (94 % - 4 commentaires)
  • Note des internautes
     (91 % - 12 commentaires)
     (97 %)
    Ce roman est véritablement un ovni. Le Nouvel Ordre Jedi a tendance à sortir du rang au sein de l’Univers Etendu, mais Le Traître parvient à se distinguer au sein du NOJ ! L’histoire se focalise sur le sort de Jacen suite aux évènements d’Etoiles après Etoiles. Capturé par les Vongs, présumé mort par sa famille et ses amis, on découvre enfin après des mois et des mois d’attente ce qu’il en est. Et le résultat est pour ainsi dire… décontenançant.

    Ce roman nous amène à suivre le parcours de Jacen, torturé et manipulé par l’intermédiaire de Vergere qui joue un double, voire un triple jeu assez incroyable mais on y reviendra en conclusion. Il s’agit ni plus ni moins d’une déconstruction puis une reconstruction de la psychologie de Jacen, avec une approche de la Force assez radicale. La démarche de Stover, la philosophie de la Force qu’il transmet par l’intermédiaire du personnage de Vergere, est extrêmement intéressante, très progressiste par rapport à ce qui se faisait à l’époque. Elle est également très proche de ce qu’on désigne traditionnellement par le Côté Obscur, il faut le reconnaître. Mais dans le même temps, chose intéressante, elle n’est pas totalement opposée à ce que développe Lucas dans les films de la prélogie puisque la compréhension de la Force est par nature quelque chose de subjectif. L’approche de Stover/Vergere offre probablement plus de possibilité dans l’utilisation de la Force, mais elle est aussi plus risquée, plus propice au glissement vers le Côté Obscur.

    Le personnage de Jacen change fondamentalement durant le roman, on le suit pas à pas au fil de ses expériences, principalement des tortures physiques et psychologiques. C’est probablement l’approfondissement d’un personnage le plus poussé et le plus intéressant qui ait été proposé dans un roman Star Wars. Les interactions avec le personnage hyper-ambigu de Vergere ajoutent encore un niveau de subtilité à l’ensemble. Hormis ce duo, il n’y a que trois autres personnages notables dans le roman. Tout d’abord Nom Anor, dans son rôle traditionnel de maître manipulateur qui parvient à échafauder des plans aux dépends de la plupart des personnes (vongs ou humains) mais qui se fait toujours surprendre en sous-estimant l’ingéniosité et les capacités à se dépasser de nos héros. Ganner, qui bénéficie de son moment de gloire. La manière dont il est utilisé dans ce roman capitalise largement sur le passé du personnage, met à profit son comportement au début de la série et nous offre une belle évolution et un final plein de panache. Enfin, le troisième est plus incongru, il s’agit du cerveau-monde de Coruscant, personnage à part entière de ce roman et d’autres moments clés d’ici à la fin du NOJ. Son comportement et sa relation avec Jacen sont un des moteurs de l’évolution du héros, mais également un symbole de la nature vong dominée par la violence et qui découvre l’humanité petit à petit. Cette découverte d’une autre manière de concevoir la « vie » appliquée à grande échelle sera au final la porte de sortie du conflit.

    N’oublions pas de préciser que malgré l’approfondissement psychologique et le centrage total sur le personnage de Jacen, ce roman n’est pas dénué d’action. C’est tout de même un des points forts de Stover. Même si l’auteur est capable d’une mise en scène de l’action beaucoup plus croustillante (et violente) que ce qu’on a ici, ce qu’il nous offre dans ce roman est déjà largement une réussite. Le lecteur est parfaitement immergé dans les trois ou quatre grosses scènes d’action du livre.

    Au final, Le Traître est une des réussites majeures du NOJ. En qualité d’écriture pure, il est même fort probable que ce soit le meilleur roman de la série. Certains autres bénéficient d’évènements bouleversants mais Le Traître, avec une histoire largement moins ambitieuse, reste un incontournable du NOJ et de Star Wars tout court. C’est d’ailleurs le roman qui a produit le plus de conséquences sur l’Univers Etendu à travers les séries L’Héritage de la Force (romans) et Legacy (comics). Ainsi, on revient à la remarque sur le personnage de Vergere et son double jeu. A certains moments elle paraît servir les intérêts des Vongs, à d’autres les intérêts de la République. Tout ceci n’étant finalement que part intégrante de sa méthode et aussi un moyen pour elle et Jacen de survivre le temps que ce dernier finisse son apprentissage. Depuis, on a découvert qu’elle servait également ses propres intérêts et que son enseignement avait un objectif a beaucoup plus long terme (on ne s’étendra pas là-dessus, référez vous aux séries citées et aux dossiers SWU si vous voulez en savoir plus). C’est ce qu’on appelle techniquement un retcon de la part des auteurs et éditeurs qui se sont servis de ces évènements et malheureusement, force est de constater qu’il déprécie le travail d’écriture de haute volée de Matthew Stover. C’est regrettable mais cela ne doit pas empêcher les lecteurs d’apprécier ce roman pour lui-même, indépendamment de la récupération qui a pu en être faite ultérieurement.
  • 28/11/2002
     (80 %)
    Ahhh, le fameux Traitor, mascotte de Kano le sage (jeu de mots avec Crao le sage... bon c pas grave).

    Il y a pas mal à dire sur ce bouquin et les autres critiques en ont déjà dit beaucoup.

    On a donc ici un bouquin centré essentiellement sur Jacen. Jacen, Jacen, Jacen. Le dramatis Personae donne le ton, puisque contrairement aux bouquins d'Allston comportant une pléthore de persos, celui en comporte cinq ou six, donc la fameuse, la mystérieuse Vergere.

    Personnage ultra prépondérant de ce bouquin, on se rend compte finalement qu'on n'en sait pas plus sur elle à l'arrivée. A coup de petites phrases énigmatiques, de comparaisons et de métaphores bizarres (si d'ailleurs Kk1 a une traduction plus ou moins exacte pour "Shadowmoth" qu'il me fasse signe), elle va finir par intriguer le lecteur. Traitor est donc, vous l'aurez compris, un autre de ces livres où on va disserter pendant des pages et des pages de la nature même de la Force, etc... etc... Evidemment sur le coup ça rebute un peu, mais au final ça reste passionnant.

    Les deux scènes d'actions (si, il y en a), dans la Nursery et sur Coruscant sont tout simplement superbes. Je n'en dit pas plus, mais sachez que Jacen fait un maxi carnage, aidé par un autre Jedi qui va finir réhabilité, héhé ! Bon y'a plus de suspense, le nom a été lâché dans l'autre critique.

    A noter le style bizarre parfois de Stower... Jacen revient introspectivement sur une action qu'il a fait, majeure... et c'est en lisant ce qu'il pense qu'on se rend compte de ce qu'il a fait. Ce n'est pas super clair dit comme ça... disons que ce n'est pas écrit "en temps réel". Bon c encore moins clair alors j'arrête là.

    Finalement dans ma hiérarchie des bouquins SW il est quand même loin derrière SbS. Désolé Kano ! :-)
  • 11/10/2004
     (90 %)
    Tout le monde avait aimé le volume NJO traitant uniquement de Anakin Solo chez les Vongs, alors que le récit demeurait simple et orienté "action".

    "Traitor" surpasse le tout grâce à son auteur (qu'on retrouve dans Point de Rupture avec Mace Windu) qui sent la psychologie du personnage, Jacen Solo. Les discussions autours de la Force sont fameuses et la relation de Solo et des Vongs renvoie à la dimension mystique de la saga que l'on a un peu perdu en banalisant la Force et en découvrant des milliers de Jedis au lieu d'un vieil obiwan et d'un Yoda.

    Ce bouquin est en cristal jedi massif. On ne peut en dire plus pour ne pas tuer l'intrigue.
  • 28/08/2006
     (100 %)
    OUAH!!! Je m'incline ô Grand Matthew Stover !!! :eek: Le Traitre est une bombe psychologique qui ne peux vous laisser indiférent !!! Le Traitre a réussi là où Sombre Voyage a raté, c'est à dire de mettre en valeur son personnage. Et là ma côte d'apréciation pour Jacen n'a jamais été aussi grande! S'élèvant au niveau des meilleurs bouquins Star Wars, Le Traitre nous offre en Prime la Sublimissime mort du regretté Ganner Rhysode ! Une Vergere aussi attirante que repoussante rivalisant avec la psychologie de Yoda ( mais je vais pas reprendre Kano qui a déjà tout dit à ce sujet)

    Bemol : J'en veux encore!!! :D
Univers
 
Ce livre ne fait pas partie de l'Univers Officiel Star Wars, mais appartient à l'Univers "Legends".
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

55 membres le possèdent (qui ?)
45 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Forum
 
Envie de discuter de ce livre ? Participez au forum sur le sujet qui lui est consacré !
Publicité