StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Souvenir d'Alderaan
  • Titre original A Little Piece of Home - Empire #20 et 21
  • Genre Comic-Book
  • Série Empire
  • Univers Legends
  • Année et période 0 (Empire)
  • Scénariste(s) Ron Marz
  • Dessins Tomas Giorello
  • Couleurs Michael Atiyeh
  • Couverture David Michael Beck
  • Synopsis : A la recherche d’une nouvelle base suite à la fuite de celle de Yavin, Leia décide de contacter d’anciennes relations de sa jeunesse sur Alderaan. Ces relations se trouvent être deux frères, issus d’une famille fortunée, qui ont réussi à aménager un sanctuaire hommage à Alderaan en y ayant transplanté, avant la destruction de la planète, une partie de la faune et la flore. De surcroît, le plus jeune des deux frères est une ancienne relation amoureuse de Leia, ce qui pimente un peu le voyage de la Princesse. Mais rapidement, la visite amicale va se transformer en parcours du combattant à travers la jungle pour la princesse rebelle et son ancien ami. Les vestiges d’Alderaan seront-ils le tombeau de Leia Organa ?
  • Note du staff SWU
     (48 % - 2 commentaires)
  • Note des internautes
     (aucun commentaire disponible)
     (55 %)
    Scénario.

    Leia L’histoire de Ron Marz est désespérément faible. Le résumé est peu engageant dès le départ, mais à la lecture les choses s’aggravent. On attend en vain les rebondissements ou les subtilités de l’intrigue. Le choix de l’intrigue amoureuse qui ressurgit était peu judicieux car il a déjà été utilisé à plusieurs reprises pour Solo et que Leia a eu son compte avec Isolder. Il y avait peu matière à innover. Les deux frères créés pour l’histoire sont assez transparents. Ce sont des fils classiques de famille bourgeoise à qui la fortune permet de s’enfermer dans une prison dorée et de ne pas suivre le parcours de Leia par exemple. Au sujet de cette dernière, on peut regretter de ne pas en apprendre plus sur elle, ses aspirations à ce moment là, son passé…
    Concernant le déroulement de l’action, c’est là aussi un grand classique des films d’aventures. On se promène, on s’isole dans les réminiscences du passé, et puis catastrophe, la balade se transforme en parcours du combattant. Avec le recul, cette histoire ressemble beaucoup à du comic Marvel Star Wars des années 80 (ce qui n’est pas forcément un compliment).



    Dessins.

    Raal Panteer


    Giorello reste Giorello. Il ne progresse pas vraiment mais est capable de dessiner des environnements assez différents. Ils s’en sort pas mal sur la jungle et ces animaux. Les couleurs sont plutôt bonnes et rehaussent la tenue de ses dessins. Certains aiment bien son style assez dépouillé. Il est vrai que sur la mise en scène il n’est pas plus mauvais qu’un autre. Son occupation peu chargée des planches est très facile à lire. Par contre, je le trouve désespérément mauvais sur les expressions des personnages. Parfois ça passe et parfois c’est vraiment caricatural et on a plus envie de sourire que d’autre chose.
    Les couvertures ne m’ont pas satisfait. Je les trouve plutôt faibles. On a l’impression que l’artiste cherche son style.

    Conclusion.

    Leia On se demande pourquoi Dark Horse a été chercher un vieux routier du comic-book comme Ron Marz pour lui confier ce genre d’histoire. A moins bien sur que notre homme ait faibli depuis une dizaine d’années où il avait un peu disparu de la circulation. Plus que la qualité de ces deux numéros, c’est al répétition des histoires faiblardes qui me frustre. Il y a peu de temps, alors que je critiquais la série Empire, on m’a répondu que l’absence d’une ligne directrice comme la Guerre des Clones offrait aux auteurs plus de place pour leur créativité. Malheureusement, ces 2 numéros, Target : Vader, ou encore le #14 montrent que l’absence de ligne directrice peut aussi produire les effets inverses.
  • 04/01/2016
     (40 %)  •  Langue : VF
    Au vu de la nécessité pour l'Alliance Rebelle d'établir une nouvelle base après la fuite de Yavin IV quelques mois plus tôt, Leia décide de fausser compagnie à Luke et Han pour se rendre sur l'une des lunes de Ryloth, réputée pourtant inhabitée et inhospitalière. En réalité, pourtant, y vivent deux frères Alderaaniens : l'un de ses vieux amis, Raal Panteer et son frère aîné, Heeth. Leia espère bien convaincre les deux hommes de permettre à la Rébellion de s'établir sur place. Mais la présence de Leia va réveiller les tensions entre les deux hommes…

    Le scénario de Ron Marz est désespérément plat. La première moitié du numéro démarrait pourtant de façon intéressante, à défaut d'être totalement convaincante : Leia, réalisant que des survivants Alderaaniens se dissimulent sur un monde inhospitalier, se dit qu'elle va faire d'une pierre deux coups. En renouant avec un ancien amour de jeunesse, c'est une part d'Alderaan qu'elle retrouve, en même temps qu'un foyer pour la Rébellion. Et l'opposition entre les deux frères, si elle est un peu caricaturale (pourrait-on imaginer, un jour, voir l'aîné être le va-t-en-guerre, et le cadet la voix de la raison ? Pas ici, en tout cas…) dissimule pourtant quelques bons mots : Leia est-elle responsable, en partie du moins, de la destruction d'Alderaan ? Si elle n'avait pas intégré l'Alliance, si elle avait parlé dès que ses premiers interrogatoires avaient débuté, leur planète serait encore là…

    Mais ces considérations sont balayées. Non, Leia n'est pas responsable, et l'Empire est mauvais. Point. Et passée cette discussion, c'est le drame : Leia et Raal s'embarquent dans un tour de la réserve peuplée d'animaux sauvages. Évidemment, ils vont se retrouver coincés. Évidemment, ils vont devoir s'entraider pour survivre. Mais l'intérêt, là-dedans, est totalement absent. On a l'impression d'assister à un remake de Jurassic Park, le côté réussi en moins… Bref, le scénario est une immense déception, ne décolle jamais, les enjeux sont inexistants et les facilités scénaristiques très nombreuses, trop nombreuses pour demeurer crédibles. :pfff:

    Aux dessins, Tomas Giorello signe son retour depuis La courte mais intense vie de Roons Sewell (Empire #10 – 11). Il livre une prestation dans la droite lignée de ce qu'il a déjà fait pour la série, ni plus, ni moins ; rien de bien enthousiasmant, en somme, avec encore et toujours ces dessins de têtes qui font office de case et qui parlent… Je n'adhère absolument pas à ce style graphique que je trouve plat, sans relief, quelconque. Il semble déjà bien loin, le temps d'un arc comme Jusqu'au dernier, qui savait allier richesse scénaristique, émotion à la lecture et dessins convaincants ! :grrr:

    En somme, ce court arc donne l'impression de n'être là que pour faire du remplissage. Leia n'est jamais réellement mise en valeur, ne brille pas, il n'y a aucune évolution entre le début du premier numéro et la fin du second. Les dessins sont d'une banalité affligeante, ce qui n'est guère étonnant au vu du manque de dynamisme de l'intrigue, qui brille d'ailleurs par ses raccourcis et ses effets de style peu réussis car trop évident. Décidément, que ce soit là où dans l'Univers Officiel, Leia est bien mal servie... A quand un auteur réellement intéressé par le personnage ? :?

    Note : 35 %
Univers
 
Ce livre ne fait pas partie de l'Univers Officiel Star Wars, mais appartient à l'Univers "Legends".
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

40 membres le possèdent (qui ?)
35 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Forum
 
Envie de discuter de ce livre ? Participez au forum sur le sujet qui lui est consacré !
Publicité