StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Jedi : Count Dooku
  • Genre Comic-Book
  • Série Jedi (Vol. 4)
  • Univers Legends
  • Année et période -22 (Emergence de l'Empire)
  • Scénariste(s) John Ostrander
  • Dessins Jan Duursema
  • Encrage Dan Parsons
  • Couleurs Brad Anderson
  • Couverture Jan Duursema
  • Synopsis : Leader des Séparatistes, Seigneur Sith, ancien Jedi, héritier d’une famille noble richissime, homme influent dans toute la galaxie, nul n’ignore l’histoire tortueuse du Comte Dooku. Depuis Geonosis, les Jedi ont mis un nom et un visage sur leur pire ennemi, et pourtant il reste insaisissable, manœuvrant les Séparatistes et intriguant dans l’ombre. Pour eux, il est temps de solutionner le problème. Et le meilleur moyen reste encore de le piéger à son propre jeu, en infiltrant un agent double dans sa garde rapprochée. Pour cette mission de fou, un homme est tout désigné par son passé tourmenté et son art de vivre constamment sur la corde raide...
  • Note du staff SWU
     (98 % - 3 commentaires)
  • Note des internautes
     (96 % - 6 commentaires)
     (95 %)
    Scénario.

    DookuL’histoire reprend là où Republic #54 l’avait laissée. Quinlan Vos semble avoir tourné sa veste et rejoint définitivement le camp Séparatiste. Comme tout le monde s’en doute il n’en est rien. Quinlan est en mission pour le Conseil Jedi et seul Tholme, Mace et Yoda sont au courant. Son objectif : obtenir le plus de renseignements possibles sur l’organisation Séparatiste et ses opérations, et devenir le plus proche possible de Dooku.
    Comme toute mission d’infiltration, tôt ou tard les problèmes arrivent : jusqu’à quel point la mission est importante, jusqu’où joue-t-on le jeu, qu’est ce qu’on est prêt à faire, et à quel moment on passe de l’autre côté de la barrière ? Ces problématiques sont toujours géniales, mais quand un Jedi est concerné ça devient encore plus tordu. Quinlan et sa mission vont personnifier tous les problèmes des Jedi durant la Guerre des Clones. Le meilleur exemple : si Quinlan a la possibilité d’assassiner Dooku, doit il le faire ? L’assassinat est par essence complètement opposé aux méthodes Jedi mais si ça met fin à la guerre... Mace Windu s’en sort en faisant une pirouette... Il estime que la perte de Dooku ne mettrait pas fin au mouvement Séparatiste et donc que ça ne vaut pas le coup de se salir les mains... (pas sur d’être d’accord avec lui, je pressens que les évènements vont lui donner tort). Ceux qui ont lu Point de Rupture depuis savent qu’on a un début d’incohérence ;)
    Vous l’avez donc compris, le comic présente Dooku en partie à travers l’évolution de Quinlan Vos. Ce dernier a été choisi aussi pour ses origines Kiffar et son don psychométrique, à savoir qu’il peut « lire » les objets, savoir quels souvenirs y sont liés... Dooku lui continu son bonhomme de chemin. Il capture les Jedi, les torture, noue des alliances à droite à gauche avec l’accord des concernés ou en leur forçant la main, la routine quoi...
    Finalement, Quinlan doit faire ses preuves. Et pour Dooku, « faire ses preuves », c’est passer du côté obscur ! Ca passe jusqu’au jour où Dooku et sa petite troupe doivent régler leur compte aux Gardiens, le peuple de Quinlan. Quin maintiendra t il sa couverture envers et contre tout ? Dooku est-il dupe ? Pour le savoir faudra le lire !
    Vous le voyez, Ostrander mélange les genres, étoffe les intrigues, rappelle les personnages (au casting Quinlan, Dooku, Tholme, Mace, Sora Bulq, Khallen, les Gardiens et Sheyf Tinte, leur leader...). L’histoire est monstrueuse mais l’action aussi. On a des grands moments de combat au sabre laser. Les personnages sont excellents : Quinlan et les Jedi se débattent coincés par leurs propres convictions, Dooku est monstrueux de traîtrise, de haine, de mensonge... Après AOTC, je le trouvais futé, malin. Maintenant, après l’avoir vu à l’œuvre, je le déteste ! C’est toute la différence. Vivement ses prochaines apparitions








    Dessins.

    DookuLes dessins rappellent étrangement Republic #49 au niveau des textures. Les méthodes de colorisation et d’encrage ont été modifiés et on obtient un résultat super réaliste sur certaines vignettes. Le trait de Jan Duursema atteint une finesse inégalée, qui fonctionne aussi bien sur les scènes d’action que sur les passages calmes. L’ambiance générale est très bien rendue. Enfin, on retrouve systématiquement le principes du dessin en planche de fond avec les vignettes superposées par-dessus. Méthode désormais classique dans les comics, elle est particulièrement bien utilisée ici. La couverture est dans le même ton. Très réussie comme toutes celle de la série. Mais les dessins à l’intérieur n’ont absolument rien à lui envier.



    Conclusion.

    Dooku Vs Quin


    Le phénomène tant attendu est bel et bien là. Ostrander et Duursema auront pris leur temps (le numéro a cumulé presque 2 mois de retard lors de sa sortie US, mais c’est largement à la hauteur. Ma vision du Comte a largement évoluée depuis l’Attaque des Clones. Lee y réussissait déjà une bonne performance, mais comme je l’ai dis plus haut on a du mal à rester insensibles devant le vice déployé ici.
    J’attends désormais avec impatience les prochaines réalisations du tandem. On les reverra dans le 59 puis le 63 de la série Republic. Pour finir, on notera que chronologiquement parlant, Battle of Jabiim se déroule avant Dooku.
  • 19/06/2005
     (100 %)
    Dans la série Jedi, je voudrais le renégat idéaliste option maîtrise du coté obscur :D !
    C'est vraiment un des plus réussi de la série, sachant que le niveau est très élevé :) !
    Saachez aussi que Quinlan traine dans les barrages et que c'est là que ça devient interessant !
    On assiste aux méthodes pas si idéalistes du Comte, mais toujours très ... calculatrice ! Pas con le Comte :D !
    Au final, c'est un des tous meilleurs comics de la CW si tenté qu'on soit interessé par le père Dooku !
  • 07/04/2015
     (100 %)  •  Langue : VF
    Quinlan Vos a retourné sa veste et s'est rallié aux idées du Comte Dooku... du moins en apparence. En réalité, il est en mission d'infiltration secrète pour le Conseil Jedi, chargé de rassembler le plus d'informations sur le Seigneur Sith et sa garde rapprochée. Le souci, c'est qu'on ne s'infiltre pas impunément auprès de Dooku. Vos va devoir se compromettre de plus en plus, puisant dans ses dernières ressources pour échapper aux soupçons du Comte... jusqu'à ce qu'une visite chez les Gardiens de Kiffu ne révèle des secrets de familles qui seront lourds de conséquences pour Vos !

    Énorme ! Absolument énorme ! Le duo Ostrander/Duursema livre sa dernière participation sur la série Jedi... et quelle participation ! Quel sujet ! Même si, soyons honnêtes, il y a un léger (mais alors très léger) sentiment d'avoir été un peu trompé sur la marchandise : il s'agit avant tout d'un Jedi : Quinlan Vos qui ne dit pas son nom, la vraie star du numéro étant bien Quinlan, le Comte étant vu à travers ses yeux, ses convictions... et au fur à mesure, ses doutes. Détail anecdotique, et qui ne gâche rien à la virtuosité de ce numéro ! :oui:

    On reprend la situation de la fin de [i]Republic #54[/i], et à partir de là, c'est un vrai festival de personnages, de sous-intrigues, de manipulations, de duels au sabre-laser – sérieux ou non, encore qu'avec le Comte, même un entraînement comporte de sacrés risques – de retournements de vestes... Au sommaire : le Comte Dooku bien sûr, mais aussi ses hommes de main (à défaut d'être de confiance) Tol Skorr, Kadrian Zey et Sora Bulq, Quinlan Vos, Khaleen, Jeisel, Mace Windu et Yoda, Tholme, les Gardiens et Sheyf Tinté... et tout cela culmine dans un final dantesque, traumatisant pour Vos et apportant des éléments nouveaux pour des arcs comme Ténèbres (datant d'il y a près de 30 numéros) ! Et si ça ne suffisait pas, on a droit à des références à Drongar et Jabiim ! :love:

    Quinlan Vos est fidèle à ce qu'on connaît de lui depuis le début de la Guerre des Clones. Le Jedi est pétri de doutes, et qui vont aller crescendo au fur et à mesure qu'il est témoin des manipulations de Dooku, mais aussi de ses victoires et de ses raisons d'agir. La fin du numéro lui donnera de nouvelles raisons d'accorder sa confiance au Comte, et on ne peut qu'être impatient de lire le prochain numéro de cette intrigue, le Republic #63. Vos sera confronté à Sora Bulq (déjà vu dans Jedi : Mace Windu) et qui s'avère être un proche de Dooku, mais aussi à Tol Skorr et à Kadrian Zey, deux anciens Jedi qui ont rallié la cause des Séparatistes... même si leur design est un peu décevant, ils ont vraiment des « gueules » de méchant, c'est dommage : j'attends toujours de voir un Jedi qui rallie les Séparatistes sans être forcément un affreux ! :neutre:

    Sans oublier Dooku. Dooku est magistral. Dooku est vicieux. Dooku est hautain, cynique, manipulateur, et extraordinaire bretteur au sabre-laser. Bref, Dooku est parfaitement fidèle à ce qu'on a pu voir de lui dans les films, il est même amplifié et magnifié avec la vision du « Libérateur » de peuple. J'espère revoir ce Dooku-là, car il me plaît !

    Aux dessins, Jan Duursema se surpasse et se sublime, livrant un numéro parfait. Aucun défaut, une mise en scène dynamique, des effets de sabre-laser superbes, visages et postures parfaits... rien à redire ! Parfait ! :love:

    Un numéro magistral, tant dans la forme que dans le fond. A la fois parfaitement ancré dans les intrigues en cours et passées, prenant et intense pour le lecteur et le personnage principal, Jedi : Comte Dooku est une lecture absolument indispensable !

    Note : 100 %
La série
 
Univers
 
Ce livre ne fait pas partie de l'Univers Officiel Star Wars, mais appartient à l'Univers "Legends".
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

70 membres le possèdent (qui ?)
60 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Publicité