StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
Tarkin
  • Genre Roman
  • Univers Officiel
  • Année et période -14 (Empire)
  • Auteur(s) James Luceno
  • Traducteur(s) Lucile Galliot & Marie Antilogus
  • Synopsis : Il est le rejeton d'une famille honorable et vénérée. Un soldat dévoué et un législateur reconnu. Un partisan loyal de la République et un allié de confiance à l'Ordre Jedi. Formé par le politicien sans pitié, Seigneur Sith et futur Empereur, le Gouverneur Wilhuff Tarkin s'élève dans la hiérarchie Impériale, renforçant son autorité sans merci... et poursuivant égoïstement son destin d'architecte d'une domination absolue.

    Régnant grâce à la peur de la force plutôt que grâce à la force elle-même, il conseille son Empereur. Sous la direction de Tarkin, une arme ultime de destruction inédite se rapproche de plus en plus d'une réalité terrifiante. Lorsque la bien-nommée Etoile Noire sera complète, Tarkin est confiant que les quelques poches de rébellions Séparatistes restantes seront mises à genoux - par l'intimidation... ou l'annihilation.

    En attendant ce moment, l'insurrection demeure une menace réelle. L'escalade d'attaques violentes menées par des forces de résistance ainsi qu'une nouvelle preuve d'une conspiration Séparatiste sont un danger immédiat auquel l'Empire doit répondre rapidement et brutalement. Et pour éliminer un groupe de revendicateurs de la liberté, l'Empereur se tourne vers ses deux meilleurs agents : Dark Vador, le très craint Sith aussi mystérieux qu'impitoyable ; et Tarkin - dont le sens tactique et l'efficacité paveront le chemin de la suprématie de l'Empire... et l'extinction de leurs ennemis.
  • Note du staff SWU
     (74 % - 4 commentaires)
  • Note des internautes
     (65 % - 15 commentaires)
     (75 %)
    Bon, je tiens tout d'abord, dans cette partie hors critique, à prévenir tout le monde du sentiment que ça fait de lire un roman Star Wars qui ne s'inscrit plus dans ce qu'on appelle désormais l'Univers Legends. C'est très frustrant, d'autant plus que ce livre est écrit par Luceno le maître de la référence, ainsi à la première mention d'un lieu, d'une planète, d'un événement ou d'une personne présente dans l'ancien UE, on pense immédiatement à son histoire Legends, alors que celle-ci n'est plus canon.
    Ceci étant dit, on passe à la critique.

    Vador et Tarkin

    Il s'agit des deux têtes d'affiche du roman, je dois dire qu'avec mes a priori de l'Univers Legends, j'ai eu un peu de mal avec Vador, car dans l'ancien Univers on avait droit à une personne qui tue d'abord et ne pose jamais de question. C'était la personne la plus froide et sadique de cette période, se pensant au-dessus de tous, s'imaginant que personne hormis l'Empereur n'etait digne de lui. Or, en y repensant pendant ma lecture, on a un Vador différent dans la trilogie originelle, surtout dans l'Episode IV, où l'on retrouve un Vador qui a du respect pour le personnage de Tarkin et qui lui obéit. Et bien dans ce livre, on nous fait comprendre comment cette relation de "camaraderie" a pu s'installer. On est donc face à un Vador curieux, discutant avec Tarkin sur sa jeunesse, lui demandant son point de vue, des conseils etc. C'était donc très étrange mais en même temps plus raccord avec les films.
    Mais Tarkin, me direz vous ?
    A la base, je souhaitais un livre un peu comme Plagueis qui nous raconte toute la vie de Tarkin et finisse avec sa mort à bord de l'Etoile Noire, finalement ce n'est pas le modèle retenu. Mais on a droit à énormément de flashbacks, tout le long du livre, sur la jeunesse et vie d'adulte de Tarkin ; cependant, ce livre se déroulant cinq après la Revanche des Sith, on n'aura pas droit à toute l'histoire de Tarkin entre cette date et sa mort…

    Le Scénario

    Comme on ne s'attaque pas à la vie entière de Tarkin, il fallait bien une histoire, une crise à laquelle il doit faire face.
    Au début, j'avoue avoir été séduit, intrigué par cette crise qui s'annonçait assez explosive et pouvait nous montrer les talents de tacticien de Tarkin au cours d'un belle bataille spatiale voire une possible apparition d'un petit bout de l'Etoile Noire. Et puis plouf, ça tombe à l'eau, le reste du livre est pour ainsi dire une course poursuite…
    Alors oui, on a le droit de voir certains des talents du futur Grand Moff lors de cette fuite à travers la bordure extérieure, talents qui feraient pâlir le non-canon (au moment de la rédaction de cette critique) Amiral Thrawn.
    Donc le gros avantage de cette histoire reste la peinture du système impérial et de la galaxie qui devait servir de fond à la base à toute cette histoire. Je dirai donc que ce qui devait être la toile de fond de l'histoire ne l'est pas, c'est l'histoire du roman qui est une toile de fond pour Luceno, lui permettant de poser les bases du nouvel Univers en période Impériale.

    III) Les références, bases du nouvel Univers made by Luceno

    Alors oui on est dans le nouvel Univers, mais on sent que celui qui écrit ce roman est James Luceno, et autant dire que ça le titille le bonhomme. Donc en terme de références directes, on n'a droit qu'à du The Clone Wars ou des films, mais en références indirectes, une grosse partie de l'UE Legends restera d'actualité. En effet, pour ceux qui ont un grand poster de la galaxie Star Wars au-dessus de leur lit, vous pouvez le garder, car au vu de ce livre, la plupart des planètes existent encore et sont à la même place !
    On peut aussi dire que la politique et le fonctionnement de l'Empire restent à peu près les mêmes, ainsi que certains éléments sur l'ancienne histoire galactique…
    De même on a droit à de jolis éléments intrigants au sujet de l'Empereur, de l'ancien temple Jedi, de l'avenir de l'Empire…
    Tout ça pour dire que l'on n'est pas si dépaysé que ça, enfin si peut être, par le prénom de Palpatine !

    + Les plus

    Toutes les descriptions du système impérial
    Toutes les descriptions psychologiques de Palpatine, Vador et Tarkin
    Les références indirectes à l'UE Legends

    - Les moins

    L'histoire principale finalement très moyenne qui sert juste de toile de fond
  • 26/10/2014
     (80 %)
    Voici donc le second roman de la nouvelle continuité. Son titre ? « Tarkin », soit le nom de l’un des Impériaux qui a le moins de temps de présence à l’écran dans Un Nouvel Espoir, mais dont tout le monde se souvient parce que c’est lui qui ordonne la destruction d’Alderaan sous les yeux médusés de la Princesse Leia. L’auteur ? James Luceno, l’un des plus prolifiques (et aussi l’un des meilleurs) auteurs de l’Univers désormais Legends. C’est à lui que l’on doit notamment l’excellent roman Plagueis. Luceno avait d’ailleurs pour mission de faire subir à Tarkin le même traitement que pour le maître de Sidious dans le roman éponyme. Alors, mission accomplie ?


    Un vrai livre d’histoire…

    La première moitié du roman mélange l’histoire de Tarkin et l’intrigue principale du roman, se déroulant quatorze ans avant la Bataille de Yavin (ou cinq ans après la prise de pouvoir de Palpatine, c’est comme vous voulez). Mais cette intrigue est mise vraiment au second plan, et l’auteur s’attarde longuement sur le passé du futur Grand Moff. On retrouve donc un Tarkin âgé de onze ans dans le premier flashback, sur sa planète natale Eriadu (c’est d’ailleurs l’une des très nombreuses références à l’Univers Legends) sur laquelle les Tarkin ont depuis tout temps eu une forte influence.

    De flashbacks en flashbacks, on va voir Tarkin grandir, subir des épreuves, évoluer jusqu’à se lier d’amitié avec Palpatine, entrer en politique et arriver jusqu’aux événements de la Guerre des Clones. L’ensemble est vraiment passionnant, et on suit avec un grand intérêt les péripéties de Tarkin, grâce notamment aux nombreuses références à la série TV The Clone Wars et à la narration de nombreux événements se déroulant en coulisses. Ainsi, les interactions entre Tarkin et Palpatine ou Dooku valent leur pesant d’or. Arrivé à la moitié du roman, on regrette que les flashbacks s’arrêtent tant on aurait aimé en apprendre plus.

    … sur fond d’une intrigue moyenne

    Durant la première partie du roman, nous avons droit à la mise en place de l’intrigue proprement dite : la « Sentinel Base » (un nom de code qui cache quelque chose mais je ne vous dirai pas quoi), sur laquelle travaille Tarkin, est attaquée par un mystérieux vaisseau. Le tout va nous mener vers un piratage de l’Holonet et un vol du vaisseau personnel de Tarkin… et peut-être vers un complot plus grand encore. Pour contrer tout cela, l’Empereur dépêche donc Tarkin et Vador, rien que ça !

    Dit comme ça, cela semble alléchant, mais à la lecture, j’ai eu l’impression de relire les mêmes événements plusieurs fois dans la seconde moitié du roman. Et il faut attendre les quatre derniers chapitres pour que les choses accélèrent, et que l’intrigue se dénoue. Les révélations finales sont cependant assez intéressantes, même si l’une d’elles était prévisible, tant Luceno s’attardait sur un personnage en particulier.

    L’intrigue aurait donc pu être améliorée, mais cela reste un petit détail tant il y a encore du positif.

    Une plongée au cœur du système Impérial

    Comme je vous l’ai dit, Tarkin et Vador vont œuvrer ensemble durant une bonne partie du roman. Et que dire si ce n’est que la relation entre deux des personnages les plus puissants de l’Empire est un vrai bijou ? Alors que les films nous laissent une image plutôt froide de ces deux protagonistes, Luceno nous les transforme en génial tacticien à l’intelligence remarquable pour Tarkin, tandis que Vador est tout simplement davantage humain… et moins brut que ce que l’on sait de lui. Les échanges entre les deux sont là aussi intéressants, à tel point que l’on croirait presque, par moments, voir deux copains discuter autour d’une bière.

    Au-delà de Tarkin et Vador, c’est tout le système Impérial qui est décortiqué : toutes les filiales du gouvernement, toutes les personnes influentes sont là, et ont plus ou moins leur importance dans l’intrigue. De plus, Luceno s’échine à vraiment nous montrer l’Empire comme les « gentils » (plus d’une fois, on aura qu’une envie : voir les rebelles échouer), mais tout en saupoudrant le récit de piques de propagande ou d’actes nous rappelant que non, il n’est peut-être pas si bon que ça d’avoir les Impériaux au pouvoir.

    Le seul petit regret est la mise légèrement en retrait de Palpatine, mais ce n’est pas parce qu’il est peu présent qu’il n’a pas son importance.


    Nouvelle continuité, vraiment ?

    On le sait, James Luceno est le roi des références aux autres œuvres dans tous ces romans de l’Univers Legends. Ici cependant, du fait de la nouvelle continuité à laquelle appartient Tarkin, il était impossible de mentionner des œuvres de la continuité précédente. Cependant, quelques personnages sont repris, mais également de nombreuses planètes (elles sont 34 à être mentionnées ou à faire partie de l’action du roman, pour vous donner une idée…).

    C’est bien simple : s’il n’y avait pas les nombreuses références à la série TV The Clone Wars, ce roman pourrait très bien faire partie de l’Univers Legends.

    Conclusion :

    James Luceno reste fidèle à lui-même et nous délivre un très bon roman, même si l’intrigue de base est un poil légère. On notera une très bonne caractérisation des personnages, un aspect historique vraiment intéressant, et une plongée passionnante au cœur de l’Empire.
  • 01/03/2017
     (60 %)  •  Langue : VF
    Quand on me parle de Tarkin et de James Luceno, j'ai tendance à être plutôt très enthousiaste. Le livre commence bien d'ailleurs, avec tout un pan de l'histoire du jeune Tarkin. Une histoire bien éloignée de l'idée que je me faisais du bonhomme avec les films et ses courtes apparitions dans The Clone Wars, mais pourquoi pas après tout. On évolue avec le temps. Puis arrive finalement l'intrigue du livre, avec le vol du vaisseau magique personnel de Tarkin, et sa tentative pour le retrouver.
    Et là, quel ennuie ! On joue au chat et à la souris, sous couvert de manipulation au cœur de l'Empire, orchestré par qui ? Pour quoi ? Honnêtement, on ne sait même pas réellement à la fin qui est réellement derrière cette histoire.
    Luceno fier de ses habitudes et de sa connaissance de l'univers étendu balance les références par dizaines, des personnages dans tous les sens, des planètes, des vaisseaux... A un tel point que je me suis vraiment trouvé bête devant certains passages, à ne plus comprendre de quoi on parle, et surtout pourquoi on en parle.
    Le problème c'est qu'au delà de Tarkin et de Vador (mais qui a un rôle vraiment mineur dans l'histoire), on n'a l'occasion de s'attarder sur personne. Les "voleurs" du Pic de la Charogne, sont nombreux, mais l'équipage est flou. On en voit les contours, mais ce n'est jamais assez longuement décrit pour qu'on puisse s'y attarder.
    Puis vient la fin, avec les révélations et la conclusion de tout ça... pour ça.
    Je n'ai pas trouvé ce roman très captivant, et n'étant pas encyclopédiste convaincu (à défaut d'autre adjectif), j'ai trouvé le style Luceno assez lourd. C'est agréable quand l'intrigue est au niveau, mais ici ça m'a semblé très artificiel. Dommage.
  • 15/05/2017
     (80 %)  •  Langue : VF
    La Guerre des Clones est achevée depuis quelques années maintenant, et le Gouverneur Tarkin a pris la direction du projet secret Sentinelle supervisant la construction de la future station de combat mobile de l'Empire. Mais une attaque surprise sur la base va conduire le Gouverneur sur la piste d'une cellule dissidente dont les ramifications remontent dans les plus hauts rangs de l'Empire. L'aide de Dark Vador ne sera pas de trop dans cette affaire, dans laquelle Tarkin pourrait bien ressortir grandi...

    James Luceno est le roi de la référence dans la littérature Star Wars. Le retrouver aux commandes d'un roman de l'Univers Officiel aurait pu entraîner une absence totale de ces références, l'UOfficiel ayant fait table rase de l'Univers Legends. C'est bien mal connaître le camarade Luceno qui va ramener dans le giron Officiel plusieurs aspects Legends...

    On a souvent reproché, à raison d'ailleurs, aux œuvres de l'Univers Officiel sorties à ce jour de se focaliser sur la trilogie classique. Ici, si les personnages rappellent ceux des films les plus connus de la saga, le contexte galactique est bien plus proche de la prélogie. Nous ne sommes que cinq ans après la fin de la Guerre des Clones, et cela se ressent. Le conflit a beau être terminé, les conséquences s'en font encore sentir, les rappels à la guerre sont omniprésents, et le roman fait vraiment office de passerelle entre les deux trilogies de films. Un aspect d'autant plus appréciable que le sujet du roman n'est autre que Tarkin. :oui:

    Tarkin, c'est le grand méchant d'Un nouvel espoir, plus encore que Dark Vador. C'est lui qui, aux commandes de l’Étoile Noire, détruira Alderaan, c'est lui qui « impose » à Vador de relâcher Motti, c'est encore lui qui meurt à la fin du film, pour bien montrer la victoire totale des héros. Mais que savait-on du personnage, à l'exception de sa théorie sur la peur ? Pas grand-chose, une erreur que vient ici corriger James Luceno, qui nous dévoile tout de Tarkin, de son enfance à son adolescence, ses études, sa carrière au sein des Judiciaires, ses rencontres avec Palpatine, son rôle dans l'armée au cours de la Guerre des Clones... Vous saurez tout du CV du personnage, un CV qui se termine par une belle promotion, faisant de Tarkin l'un des hommes les plus forts de l'Empire nouvellement formé. En revanche, oubliez toute référence à une éventuelle vie privée (fout le camp, Natasi !)...

    Au cours du roman, Tarkin va très vite faire équipe avec Vador, et l'interaction entre les deux hommes va se révéler fascinante. Voilà deux hommes qui, sans aller jusqu'à se méfier l'un de l'autre, sont obligés de travailler ensembles sur ordre de l'Empereur, et vont petit à petit se rendre compte de ce qu'ils sont capables d'accomplir ensembles. Le hic, c'est que Vador, s'il est très bien caractérisé – silencieux, imposant, charismatique, terrifiant – n'en donne pas moins l'impression d'être le sous-fifre de Tarkin. C'est Tarkin qui découvre tout, Tarkin qui a les meilleurs idées, Tarkin encore qui devine l'identité de l'homme sous le masque. Il aurait été intéressant qu'une scène ou deux décrivent Tarkin du point de vue du Seigneur Noir, mais sans doute n'était-ce pas là le but du roman. En tout cas, il porte bien son nom : le personnage principal y est omniprésent, du début à la fin.

    Les références ? Comme je le disais, elles sont là. Que ce soient à The Clone Wars, à Dark Plagueis, le roman Legends (avec le retour d'un personnage du-dit roman, personnage dont on se demande bien ce que la présence signifie, si le story-group a bien mesuré toutes les implications qui en découlaient...), les nombreuses références à une mission passée sur Murkhana où Vador a exécuté du Jedi (tiens, comme dans Dark Lord du même Luceno! :sournois: ), aux veermoks, à Christophsis... Le fan de la saga y trouvera son compte.

    Tout cela donnerait l'impression d'être parfait si l'intrigue du roman n'était finalement pas si faible. Alors oui, elle n'est que prétexte à en apprendre plus sur Tarkin mais tout de même, elle est d'un niveau franchement bas. Comment peut-on croire que la navette personnelle de Tarkin soit si redoutable qu'elle mette en danger à ce point l'Empire ? Là, Tarkin et Vador donnent l'impression d'être un peu menés en bateau et ne cessent de poursuivre une « simple » navette, dérobés par des antagonistes au final si nombreux qu'on les confond un peu tous... :perplexe: Et la résolution est franchement décevante. Tout ça pour ça, vraiment ? Devons-nous à ce point subir des intrigues si anecdotiques ?

    Tarkin s'impose comme l'un des romans les plus intéressants à lire pour le contexte galactique qu'il propose et les informations disséminés ça et là dans les pages, notamment sur la hiérarchie de l'Empire. Mais l'intrigue en elle-même est, d'un point de vue purement narratif, très faible, ce qui amoindrit considérablement la qualité de l'ensemble. Dommage, le roman avait tout du chef d’œuvre et s'avère au final n'être que bon.

    Note : 80%

    PS : En revanche, maintenant que Rogue One est sorti, une précision : Krennic est totalement absent du roman, il n'est même pas mentionné. Ce qui, personnellement, me pose un léger problème. En -14, date à laquelle se déroule le roman, n'a-t-il pas déjà remis la main sur Galen Erso ? N'est-il pas le chef de projet complet de l'Etoile Noire, projet dont il se voit être dépossédé dans le film ? Car là, le roman montre Tarkin (le personnage) comme étant clairement le dirigeant en chef du projet, celui qui sait tout. Ça fait bizarre. :neutre:
Univers
 
Ce livre fait partie de l'Univers Officiel Star Wars.
Pour plus d'informations, cliquez ici.
SWU fan database
 

Statistiques globales

177 membres le possèdent (qui ?)
117 membres l'ont lu (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Forum
 
Envie de discuter de ce livre ? Participez au forum sur le sujet qui lui est consacré !
Publicité