Jedi Knight : Jedi Academy
Fiche et test (PC) | Cheat Codes
Jedi Knight : Jedi Academy
 
  • Genre FPS
  • Série Dark Forces
  • Année de sortie 2003
  • Année et période +14 (Nouvelle République)
  • Plate-forme(s) PC  Xbox  Macintosh
  • Après le grand succès de Jedi Outcast, LucasArts décide de faire de la série une franchise, autrement dit nous aurions droit non plus à des numéros mais à une série de Jedi Knight 007 au service secret de la République. Toute série commence par une première pièce : voici Jedi Academy, ex-Jedi Knight III, ex-Dark Forces IV. Un épisode très grand public, mais ce n'est pas désagréable.
  • Note du staff SWU
     (70 % - Test SWU)
  • Note des internautes
     (90 % - 19 commentaires)

Introduction

Après le succès tout à fait mérité de Jedi Knight II, qui proposait un univers très bien rendu, un scénario correct et un gameplay à la hauteur de Jedi Knight, Raven Software (Heretic II, Soldier of Fortune) crée pour LucasArts un nouveau FPS. Mais pas un "Jedi Knight III", étrangement.
LucasArts, ambitieux, a décidé de faire de Jedi Knight une franchise, dont Jedi Academy est l'un des produits. On peut donc s'attendre à encore plus de JK, d'autant que ce dernier jeu s'est extrêmement bien vendu, entre les succès foudroyants de Knights of the Old Republic et de Star Wars : Galaxies...

Spécifications Techniques

Configuration Minimale :

- Processus : Pentium III 450 MHz,
- Ram : 128 Mo RAM,
- Carte Vidéo : Carte 3D 32 Mo,
- Système d'Exploitation : Win 98/2000/XP

Configuration Conseillée :
- Processeur : Pentium III 800 MHz,
- RAM : 256 Mo RAM,
- Carte Vidéo : Carte 3D 64 Mo

Scénario

Nous sommes ici dix ans après la Bataille d'Endor. La fragile Nouvelle République lutte toujours contre les débris de l'Empire, assistée par Luke Skywalker qui ne cesse de recruter de nouveaux Padawans pour étoffer le maigre Ordre Jedi reconstitué. Et vous, Jaden Korr, êtes l'un de ces Padawans ! Une astuce du scénario vous permet d'ailleurs de commencer le jeu avec un sabre laser tout de suite, chose qui avait manqué aux premiers niveaux de Jedi Knight II !
Mais, au moment où vous arrivez à l'Académie Jedi de Yavin IV, votre convoi se fait attaquer et vous repérez de mystérieux individus affairés autour de l'Académie. Durant votre initiation, vous serez chargé d'enquêter sur cette affaire et vous découvrirez un complot – encore un – mené par un Sith – encore un – à l'aide d'une arme secrète – encore une – dans le but d'anéantir la République et les Jedi – une fois de plus. Vous serez d'ailleurs assisté de Kyle Katarn, passé enfin Maître Jedi !

De bonnes nouvelles

Dans le but, indispensable dans un FPS, de varier les plaisirs, les développeurs ont multiplié les petites et grandes surprises : combat contre un Rancor, visite de planètes connues et leur faune plus ou moins hostile (Hoth, ses wampas, ses taun-tauns... Renseignez-vous à l'office du tourisme de votre système), guest-stars (Chewbacca, Boba Fett...), mission hommage à la Chasse du Comte Zaroff, etc ! C'est bien appréciable.
Même si le jeu est finalement un peu facile et la fin vient rapidement. C'est surtout qu'on en veut toujours plus et qu'on est impatient de découvrir le prochain paquet-cadeau concocté par ces Pères Noël de Raven ! En dehors, le système de gameplay reste classique : on avance en massacrant des hordes de Stormtroopers, de créatures hostiles – Weequays et Rodians de toute la Galaxie semblent décidés à causer votre mort –, de Jedi noirs (il y en a peut-être beaucoup eu égard à leur importance réelle dans l'univers). On s'amuse beaucoup en usant d'un Push sur un adversaire au bord du vide, ou en pompant leur énergie vitale avec l'épuisement...

Le Gameplay : le choix ou illusion de la liberté

Raven a voulu faire un peu moins linéaire que pour le jeu précédent, et des missions indépendantes les unes des autres s'offrent à vous, dans l'ordre que vous choisirez. Toutes les cinq missions, le scénario progresse et vous devenez plus puissant ; vous choisirez soit une amélioration de votre sabre, que vous pourrez rendre double, à la Darth Maul, ou un deuxième sabre, à la Anakin-Episode II ; soit un nouveau style de combat, dont je vous conseille le puissant, le léger ne servant strictement à rien.

A chaque début de mission, vous allez choisir, en plus de votre sabre et de votre pistolaser, deux armes dans un panel déjà connu (blaster impérial, arbalète Wookiee...) et un type d'explosif. Vous choisirez aussi d'augmenter l'un des pouvoirs que vous détenez de la Force ! Et ce, dans le Côté Clair (soin, protection, absorption, persusasion) ou le Côté Obscur (rage, éclairs, strangulation, épuisement) !
Eh oui, on peut de nouveau faire son choix, comme dans Jedi Knight ! En fait, cela ne change pas grand-chose, sinon à la fin de l'histoire si vous avez choisi le Côté Obscur. Ca reste loin des atrocités narratives permises par un KOTOR... J'ajoute que vous allez aussi pouvoir choisir en début de partie votre sexe et votre race : Humain, Zabrak, Kel'dor, Twi-lek...

La technique

En dehors de ce point, Jedi Academy n'est pas non plus parfait. Raven Software a cru pouvoir optimiser de façon satisfaisante le moteur de Quake III, pour éviter à LucasArts l'achat d'une nouvelle licence pour un moteur plus puissant. En fait, la technique est obsolète. Les textures sont pauvres, les objets faiblement polygonés, les animations limites si on les compare aux prouesses des derniers standards techniques. Un Rancor formidablement modélisé vient parfois relever le niveau, mais c'est trop rare... Par contre, cette « optimisation » dessert les configs qui étaient capables de faire tourner Jedi Knight II et auront beaucoup plus de mal avec Jedi Academy. En revanche, l'environnement sonore est excellent, comme les musiques, magnifiquement utilisées.

Pas simple comme un coup de fil de l'épée...

Raven Software s'est tout particulièrement intéressé au sabre laser, dont la gestion s'améliore au fil des jeux. Nouveaux mouvements, nouveaux coups, nouveaux combos. On les utilise cependant très peu en Solo. Jedi Academy a été très pensé Multijoueur et duels au sabre. Les combats sont bien plus tactiques et plus intéressants, même si ils restent extrêmement difficiles car un grave déséquilibre subsiste : on ne peut pour ainsi dire vaincre son adversaire en Multi que si l'on joue en mode Puissant, ce qui est très difficile car il faut bien synchroniser son action pour frapper au bon moment en parant l'adversaire. Il faut déjà être fan pour s'accrocher. A la rigueur, on peut se contenter de contempler ces duels magnifiques, mais c'est vraiment se priver...

Conclusion

Jedi Academy manque un peu d'ambition, une tare qui devient de plus en plus inquiétante chez LucasArts. Il ne fait pas le poids contre d'autres FPS plus beaux, plus subtils, mieux scénarisés, les Medal of Honor et consorts. Le fan se précipitera dessus, et le joueur occasionnel (ou le non-fan) sera davantage attiré par la licence que par la qualité intrinsèque. Mais Jedi Knight : Jedi Academy reste un jeu très sympa. Un jeu dans la bonne moyenne des jeux Star Wars « troisième génération »... Celle qui a commencé en 2001 avec Galactic Battlegrounds.

Alcatel.
Jedi Knight : Jedi Academy
Plate-forme :  PC

Points positifs

• Missions variées
• Duels au sabre

Points négatifs

• Réalisation technique
• Gameplay multijoueur pas au point
Note :
(70 %)
SWU fan database
 

Statistiques globales

42 membres le possèdent (qui ?)
43 membres y ont joué (qui ?)

Ma database

Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir gérer votre collection. Merci de votre compréhension.
Publicité