Après l'effort, ... l'effort
 
L'escadron Rogue vient de sortir d'une longue campagne contre Ysanne Ysard, puis contre Zsinj. Mais déjà, une nouvelle menace se découvre contre eux.
Attention, visez,...,FEU
Créée par cafard, suite réservée par Google [Bot], le 18 Septembre 2014
Vous devez vous connecter ou vous inscrire pour pouvoir réserver la suite de cette histoire.
Merci de votre compréhension.
1. Victoire
 
Le vaisseau
L'escadron rogue rentre dans l'espace de Coruscant. A sa tête, Wedge Antilles. Ils viennent après une longue bataille de battre Zsinj avec l'aide de l'escadron spectre. Mais les rogues ne sont pas joyeux. Ils ont en effet perdu plusieurs personnes dans ce combat, dont Tycho Celchu, le partenaire de Wedge.
Une foule de gens les attendaient sur Coruscant, dont la princesse Leia Organa et son frère Luke Skywalker qui voudrait devenir le maitre de Corran, qui est un Jedi potentiel : il a la Force.
En atterissant, les rogues saluèrent la foule. Et Leia s'avanca vers Wedge et le félicita :
"Bravo Wedge, encore une superbe victoire de ton escadron. Je suis désolé pour les pilotes que tu as perdu..."
"Je ne pourrais pas continuer ainsi très longtemps" dit Wedge triste et fatigué.
"Tu aurais le droit d'aller prendre du repos, mais j'ai encore besoin de toi et de ton escadron pour une dernière mission..."
Ecrit par cafard, le 23 Mars 2001
2. La promotion de Janson
 
Le nouveau second de Wedge
Le lendemain, Wedge se dirigea vers le quartier général d'Ackbar ou le calamari et Leia Organa l'attendait. Repensant aux évènements de la bataille contre Zsinj et à la perte de son second et ami Tycho, le commandant espérait encore que le capitaine Celchu ai réussit à s'en tirer, que par exemple il ai réussit à sauter en hyperespace avant que les flammes dues à l'explosion du Poing d'Acier, le vaisseau Amiral de Zsinj, ne l'enveloppent. Mais celà reviendrait au meme car enclencher l'hyperdrive à l'aveuglette signifiait de toute facon la perte du pilote. Il valait mieux pour Tycho, un homme qui avait voué sa vie à combattre l'injustice qu'il meurre au combat à bord d'un chasseur, il avait mérité cette fin.
Ne voulant pas endicaper l'escadron plus qu'il ne l'était déjà, il avait nommer Wes JAnson comme son nouveau second, il avait montré ses qualités en tant que tel dans l'escadron Spectre et il était justifié que Wes en bénificie. Il avait également pensé à Hobbie et à Corran mais Hobbie n'aimait pas la paperasse et Corran était moins ancien que Janson.
- Quelque chose ne va pas Wedge? dit ce dernier, intérompant la réflexion d'Antilles.
Ecrit par Cesba, le 24 Mars 2001
3. c'est reparti
 
toujours combattre
Wedge ne répondit pas à Janson car Ackbar commenca à parler :
"Bon, alors, commencons. Je voudrais tout d'abord féliciter Wedge qui a parfaitement accompli sa mission. Inutile de vous dire que maintenant l'escadron spectre est officiel. Je voudrais aussi pleurer la mort de Celchu qui fut un des meilleurs."
Wedge avait eu tellement d'amis mort au combat. Il culpabilisait de ne pas etre mort à sa place, il ne voulait plus revivre ces terribles moments. Leia comprit à quoi Wedge pensait et vint le voir :
"Si tu veux parler Wedge, je suis à ta disposition, ainsi que Yan ou Luke. Ne garde pas tout ca au fond de toi meme"
"ca va aller. C'est quoi cette dernière mission dont tu voulais me parler?"
Ackbar intervint :
"Nous y arrivons Wedge, je sais bien que vous auriez eu le droit de vous reposer après cette terrible campagne, mais c'est une affaire de la plus haute importance"
Leia reprit la parole :
"Nos espions ont détecté dans le système de Krojk une flotte inconnue. Krojk se trouve dans le fin fond de la galaxie, mais nous avons peur que cette flotte soit repérée par l'empire, et nous ne voulons pas qu'un nouveau "Zsinj" soit à la tete d'une si grande flotte."
"Et quoi doit faire l'escadron rogue ?"
"C'est assez simple en fait : vérifier que ces vaisseaux n'appartiennent à personne, et les ramener à la nouvelle république".
"Et si ces vaisseaux sont habités et hostiles?"
Leia répondit après avoir longuement pris son souffle :"si cela arrivait, il faudrait les detruires rapidement"
"Nous partons quand?"
"Le plus tot possible"
...
Ecrit par cafard, le 25 Mars 2001
4. Le briefing de mission
 
L'escadron au complet avec M3...
Wedge, venait de terminer le briefing de la mission dans le quatier génaral des rogues et une main se leva.
- Oui Asyr?
La bothane parut ésiter puis posa sa question.
-Il faut bien évoquer le sujet commandant, et je dois surement parler pr l'escadron entier... Qui remplacera Tycho, Monsieur?
Antilles redoutait cette question et avait déjà préparé sa réponse, mais ce fut un suplice de la donner.
Je n'ai pas eu le temps de voir les candidatures, se sera donc Myn Donos qui nous rejoindra. Il m'avait demander de rejoindre les rogues. Il ne participe pas au briefing pour faire ses adieux aux spectres masi il connait les parametres de la missions. Il nous rejoindra dans le hangar juste avant de partir. Il sera désormais rogue 6. D'autres questionS? Bien rompez et rendez-vous dans deux heures.
L'escadron se leva et chacun sortit de la salle, Wes et M3-PO en dernier. Tous sauf Corran qui était resté assis fixant Wedge sans expréssions?
-Tu veaux quelque chose Corran?
- Juste... dit le lieutenant, hésitant
- Juste quoi?
- Je veut savoir si tu es près à parler de Tycho.
Wedge s'attendait aussi à ce que certain membres des rogues viennent le voir à art pour le réconforter.
- J'ai déjà perdu des pilotes.
-Oui mais pas un ami comme Tycho.
Antilles ne répondit rien pendant un moment puis rompit le silence.
-Je te remercie mais non, je ne suis pas encore près à parlr de lui au passé. Tout comme je n'étais pas près à accepter votre pseudo-mort à toi et à Mirax.
Corran sourrit légèrement.
- Oui, Gavin m'avait raconté cette épisode.
- Mais je te remercie.
- Une dernière chose, je ne te propose pas d'aller dans un bar en se rappelant les bons moments qu'on à passé avec lui et rire en sirotant un verre de Whisky corellien en disant que c'était un chouette type et qu'on l'oubliera jamais, non. Je veux juste te dire que si tu à quelque chose sur le coeur, Mirax et moi seront toujours là.
-Je te remerci dit Antilles serrant son ami dans ses bras, et j'en prend sérieusement note.
-D'accord. A dans deux heures commandant, dit Horn partant à son tour laissant Wedge seul dans la salle de briefing, silenssieux, pensant à l'office qu'il devrait donner en l'honneur de Tycho Celchu.
Je ne suis pas pres de dormir avant un moment...
Ecrit par Cesba, le 26 Mars 2001
5. Un triste enterrement
 
Adieu Tycho
Wedge commença donc à écrire le discours en l'honneur de Tycho Celchu. L'office aura lieu juste avant le départ dans deux heures.
Ces deux heures passèrent très lentement pour Wedge qui avait déjà reécris douze fois son discours. Mais il avait réussi à le terminer à temps. Tout les pilotes de l'escadron rogue, Leia, Yan, Luke et Ackbar ont salué une dernière fois avec le discours de Wedge un des meilleurs pilotes de la galaxie :
Je voudrais saluer avec vous une dernière fois Tycho Celchu. Il fut l'un des meilleurs pilotes de la galaxie, et aussi un de mes très bons amis. C'est avec beaucoup de chagrin que je lui dit au revoir. Il aura jouer un très grand rôle dans le combat contre l'empire et j'espère qu'il restera dans les mémoires. En tout les cas, il restera pour toujours dans mon coeur
Wedge respira un bon cou, essuya une larme et reprit en s'adressant à Tycho :
J'espère que tu te trouves dans un monde meilleur où il n'existe pas de haîne, pas de combat, et où tu vas te plaire. Tu vas énormément me manquer.
Au revoir, mon ami

A la fin, Leia vint voir Wedge alors en larmes :
"ca va aller?"
"Oui, ne t'en fais pas, ca va passer une fois que je rentrerais dans mon aile-X;"
"Tu es certain ? Si tu veux prendre un jour ou deux de repos, tu peux les prendre, on retardera un peu la mission, mais ce n'est pas trop grave"
"Non, je préfère y aller tout de suite pour penser à autre chose"
"c'est comme tu veux"
Leia quitta Wedge et rejoignit Yan. Wedge s'adressa à ses pilotes :
"Allez les gars, courage. Allez vous mettre en tenue, nous partons dans une heure"
Les rogues quittèrent la salle lentement, certain pleuraient. D'autres allaient embrasser Wedge pour le réconforter. Mais il fallait vite penser à autre chose. Une menace se préparait peut-etre sur Krojk, et il fallait etre en pleine forme. Wedge profita donc de l'heure avant le départ pour dormir.
Leia était inquiète, mais Yan lui dit qu'il fallait faire confiance à Wedge. Il savait ce qu'il faisait.
Une heure plus tard...
Ecrit par cafard, le 1 Avril 2001
6. Un sursaut inattendu
 
Wedge se réveilla en sursaut !
Un cauchemar venait de troubler son sommeil réparateur dont il avait tellement besoin pour oublier la déchirure de la mission passée.

Il se voyait aux commandes de son Aile-X, immobile dans l'espace, tout systèmes éteints, en proie à un groupe de 3 chasseurs TIE Interceptor. Les chasseurs tournaient autour de lui comme des vautours sur un cadavre en décomposition. Ils tiraient de temps en temps un salve de laser vert qui venaient s'échouer sur la carlingue de son appareil au bord de la désintégration, comme pour jouer avec cette proie facile et faire durer le plaisir le plus longtemps possible.

Wedge était en sueur d'avoir effectué un tel rêve. Il rajusta sa tenue de pilote, qu'il n'avait pas enlevée, fila dans sa cuisine prendre un ou deux Korgs (sorte de petit gateau sec) et fila en direction de la plate forme de lancement ou l'attendait ses coéquipiers.

-Espérons que ce rêve n'est pas une prémonition, se dit-il en courant vers le lieu de rendez-vous, la bouche pateuse et pleine de miettes.
Ecrit par Wedge3D, le 3 Avril 2001
7. Une intense réflection...
 
L'intépide
Il voyageait maintenant depuis environ deux heures à bord de l'Intrépide , un croiseur Mon Cal qui était déjà de service avant la Bataille d'Endor, ce qui se comprenait amplement vu son aspect exterieur. Le parcourt serait encore long pour atteindre Krojk 2, la planète la plus proche d'eux du système du même nom.

Wedge était debout sur le pont du vaisseau, les mains derrières le dos, scruttant le tunnel hyper-spatial derrière la baie de transparacier.
Ses hommes étaient dans les quartiers qu'on avaient atribuer à chacun d'eux et seul lui, le commandant Antilles ne dormait pas. Il était venu sur le pont pour trouver le calme que seul l'hyperespace pouvait procurer, il aurait aimer à cet instant pouvoir se trouver aux commande de son chasseur mais la longévité du voyage excluait cette possibilité. De toute facon, la pièce était suffisament calme pour qu'il puisse croire qu'il était seul. Il savait cependant que le regard de Arvey Botwiriz, le capitaine de l'Intrépide (depuis toujours selon les officiers de ponts) se tournait vers lui assez souvant, il n'avait plus besoin de regarder le reflet du vieil homme dans la verrière pour le savoir.

Il pensait à un fait nouveau, qu'il n'avait pas remarquer lors de la cérémonie dnné en l'honneur de Tycho : l'absence de Winter.

La conseillère et amie de Leia Organa n'était pas présente, il en était sur. Wedge avair regarder chaques visages ou se laisait tristesse et admiration sans repérer la femme aux long cheveux blancs, il faut dire qu'a ce momnt précis, il ne cherchait personne en aprticulier. Pourtant, elle et Tycho étaient devenu un couple depuis un bon moment...

Elle avait donc décidé de ne pas venir. Il se sentit coupable de ne pas avoir penser à elle plus tot.

Dès la fin de cette mission il faudra que j'aille la voir, comme Corran l'a fait pour moi
- Tu réfléchis trop ces temps-ci! dit une voix amusée mais amicale dans son dos.
Quand Wedge vit de qui il s'agissait grace a son reflet.
- Et toi tu interrompstrop souvent mes réflections Wes!
Ecrit par Cesba, le 7 Avril 2001
8. Contact !
 
Le silence était oppressant...
L'Intrépide émergea de l'hyperespace. L'élégant croiseur avait choisi comme point de retour dans l'espace normal la périphérie du système Krojk. Wedge, installé dans son cockpit et sanglé sur son fauteuil, donna l'ordre aux Rogues de décoller.

-"Allons y mes amis, et ouvrez l'oeil" dit il.

Les Ailes X sortirent un par un du croiseur Mon Calamari et se placèrent en formation autour de leur leader, ailerons en position d'attaque pour parer au moindre problème. Wedge ne pouvait s'empêcher de penser à Tycho, mais il était avant tout un pilote : les sensations étaient toujours là, et Wedge était incapable de s'imaginer ailleurs que dans une Aile X au service de la Nouvelle République, en route pour une mission périlleuse. Il devait se rendre à l'évidence : c'était sa vie.

La voix d'Arvey Botwiriz retentit dans les communicateurs des Rogues, leur donnant les dernières indications récupérées par les puissants senseurs du croiseur.

- La flotte n'a pas bougé et elle est énorme ! Nous repérons plus de 60 vaisseaux de fort tonnage. Ils se trouvent à l'autre extrémité du système. Les 3 planètes sont inhabitées, mais nous détectons des superstructures inconnues sur la plus éloignée de nous, donc la plus proche de la flotte fantôme. Il s'agit de bâtiments massifs, mais l'atmosphère très agitée de la planète nous empêche d'en dire plus.
- Captez vous des communications entre la flotte et la surface ? demanda Wedge
- Absolument rien.
- Le mieux est que nous allions voir. Nous décrocherons au moindre problème. Restez en arrière pour nous couvrir en cas de besoin.
- Entendu Antilles. Soyez prudents, et que la force soit avec vous...
- Vous avez entendu les Rogues. En formation derrière moi, nous y allons.

Les Ailes X accélérèrent, suivis à bonne distance par l'Intrépide. Bientôt, les yeux des pilotes confirmèrent les indications de leurs instruments. Une longue file de bâtiments spatiaux s'étendait à la périphérie du système, non loin d'une énorme planète grisâtre. Pour les voir d'aussi loin, certains vaisseaux devaient être de véritables mastodontes.

- Vous avez vu ça, dit Asyr, la gorge nouée. Qui peut bien disposer d'une telle flotte et qu'est ce qu'ils font ici ?
- Pas la peine de s'inquiéter pour l'instant lui répondit Wedge. Je ne détecte aucun signe d'activité. Pas de traces de propulsion visibles. Cet flotte est au point mort. Corran ?
- Pas mieux, chef, répondit Horn. Par contre ça bouge là dessous, à la surface de la planète. J'enregistre des vents à plus de 250 kilomètres heure. Les bâtiments détectés par l'Intrépide doivent être sacrément solides pour résister à ça !
- Approchons nous, dit Wedge. Nous allons faire une ellipse qui nous aménera derrière la flotte, et nous remonterons en direction de sa tête... Si toutefois on nous laisse aller jusque là ajouta t'il intérieurement.

Les Ailes X s'approchèrent d'un des vaisseaux de queue. Son apparrence était indubitablement humaine, mais semblait très datée, comme si ces vaisseaux avaient été construits il y a bien longtemps. Wedge et Corran passèrent très près de sa coque, couverts par les autres Rogues.

-C'est vraiment bizarre, dit Corran. Je... il y a quelque chose de bizarre... je ne sais pas quoi mais...

Wedge avait appris à se fier aux intuitions diffuses issues de la sensibilité à la force de Corran. Pourtant rien ne se passait. Leurs deux chasseurs continuaient à glisser lentement sous la carcasse du vieux croiseur, et ils avaient l'impression de voler dans un cimetière de vaisseaux. Pourtant, quelques lumières brillaient à la surface de l'antique machine de guerre. Il restait donc un peu d'énergie à bord.

Le silence était oppressant...
Ecrit par Nhaïgraoo, le 23 Avril 2001
9. Des prisonniers
 
et merde
Wedge et Corran continuèrent donc leur tour des vaisseaux sans rien détecter d'anormal.
- Ici Wes : une mission qui va etre vite reglé. Tant mieux
- Ne te fie pas trop aux apparences Wes, répondit Wedge, on ne sait jamais. On va inspecté plusieurs vaisseaux pour etre vraiment certain que ces vaisseaux sont abandonnés.
Pendant qu'il parlait, Wedge ne vit pas que certain vaisseaux avaient bougé. C'est Corran qui le premier detecta cela :
- Alerte, les vaisseaux sont en mouvement
- C'est impossible, les moteurs sont éteints
- Je t'assure, ils sont en train de bouger, je ne sais pas comment, mais ils se déplacent
- Ici Rogue 4 : Je reçois un signal faible. Je pense qu'il vient directement de la planète
- Une communication? demanda Wedge
- Non, je pense plutot que c'est grace à ce signal que les vaisseaux changent de position
- C'est impossible, on ne peut déplacer un vaisseau avec un seul signal. Il faut que les moteurs marchent.
Wedge prit la parole :
- Bon, on va tout de meme essayer de rentrer dans un de ces vaisseaux. On a detecté aucune trace de vie à l'intérieur?
- non, aucune
- Bien, rogue 9 et 10, rentrez sur l'intrépide et préparez vous pour accoster sur un vaisseaux
- Lequel?
- celui devant nous. Je pense que c'est le vaisseau amiral.
Les deux rogues s'ecartèrent donc de l'escadron pour se préparer. Ils revinrent quelques minutes plus tard.
- Nous sommes prets Wedge, nous attendons les ordres.
- Allez-y. Bonne chance les enfants
- oui papa, répondirent rogues 9 et 10 à l'unisson.
Tout à coup Corran prit la parole :
- Attends Wedge, je viens de remarquer; les vaisseaux sont en train de nous entourer. Comme s'ils voulaient nous empecher de nous enfuir.
- Tu as raison. Ne prenons pas de risques. Rogues, on s'ecarte.
Mais les vaisseaux se mirent subitement en marche. Plusieurs allumèrent des rayons tracteurs. Wedge sursauta, et cria :
- on dégage, dépechez-vous !!!
Tous l'escadron réussit à s'echapper des rayons sauf Rogue 9 et 10 qui s'étaient beaucoup approché du vaisseau amiral pour l'inspecter, et donc furent attiré dans le vaisseau.
Wedge regarda le spectacle, impuissant. Et prefera rentrer sur l'intrépide pour organiser une mission de sauvetage.
En arrivant sur l'intrépide, ils virent que le vaisseau qui détenaient prisonnier rogue 9 et rogue 10 entra dans l'atmosphère de la planète. Wedge palit.
- Et merde !!
Ecrit par cafard, le 30 Avril 2001
10. Sous les barreaux
 
L'atout caché...
Wedge était encore sur la passerelle de l’intrépide regardant la flotte se diriger lentement vers la planète ou régnait un chaos météorologique. Mais que comptaient faire ces vaisseaux bon sang! Encore en tenue de pilote il attendait sous peu l’autorisation de décoller pour ré-inspecter ces vaisseaux, cette fois accompagné par un demi-escadron d’ailes B pour leur servir d’escorte.
J’ai déjà persu Tycho, il est hors de question que je perde Corran et Ooryl !

Corran ne réussit pas à ouvrir les yeux, pourtant il savait qu’il était éveillé. Une seule conclusion s’imposait à son esprit embrumé, on l’avait drogué. Si le rogue n’avait pas acquises les bases de la Force par Luke Skywalker, peut-être qu’il aurait été incapable de s’en apercevoir. Il concentra donc la Force et la concentra pour s’éveiller et y parvint au bout de quelques minutes.
Il était à plat ventre et sa joue était froide du au contact avec le sol. Mais toutes trace de la drogue avaient disparu. Il tente donc de se lever … pour retomber aussitôt.
Bon d’accord, presque toutes… Il faudrait que je prenne rendez-vous avec Skywalker assez vite.
Le deuxième essai fut le bon. Se retournant, il s’assit en tailleur et se massa la nuque, son sommeil n’avait pas été des plus confortable. Ouvrant enfin les yeux, ses craintes se confirmèrent : il était bel et bien prisonnier. La cellule était banale : équipée de barreaux en duracier, humides et dont la couleur dominante était le gris foncé.
Aucune fenêtre ou autres ouverture, il supposa donc qu’il était toujours sur le vaisseau qu’il l’avait capturé avec Ooryl.
Ooryl ! Mais ou est-il passé… Corran avait complètement oublié son équipier. Il tourna la tète pour voir le gand assis contre le mur, le regardant de ses énormes yeux.
- Tu es réveillé ? dit-il de sa lourde voix.
- A moitié cher amis. Ou est le petit déjeuner ?
- J’ai bien peur qu’il ne soit retardé.
- Compte sur moi pour lui faire une bonne réputation à cet hôtel ! renchérit Corran. JE me souviens juste avoir été pris par le rayon tracteur du vaisseau, et toi ?
- Moi aussi malheureusement. C’est le trou noir quand j’essaie de me rappeler de ce qui s’est produit une fois avoir atterrit dans le hangar.
- Génial, soupira l’ancien policier. Tu peux nous sortir de là ?
- Orygg à déjà essayé répondit le gand en se dénommant par son nom de famille, révélant sa honte, et en montrant un des barreau qui était déformé. Ils sont trop solides. Dommages que nos astromech ne soit pas avec nous.
- Je doute qu’il aurait pus briser ce métal ; de même que d’envoyer un message au reste de l’escadron, il doive brouillé les communications.
Corran évalua la situation : Il était seuls, enfermés dans un vaisseau qui appartenait à une flotte dont il ignorait tout, privé de Whistler qu’il avait complètement oublié et de Gyyal l’unité R2 d’Ooryl et il étaient désarmé.
Mais quel imbécile je suis pensa-t-il en jetant un regard immédiatement vers sa ceinture ou pendait son sabre laser, camouflé en clé hydrolique.
- Tu sais quoi Ooryl, s’est notre jour de chance dit le rogue en détachant l’arme qu’il avait hérité de son grand-père, un large sourire au lèvres. Soit nos ravisseurs ne connaissent rien des Jedi soit ils sont de parfait imbéciles !
- Personnellement Ooryl aimerai que ce soit les deux ! dit le grand dont l’humeur s’était amélioré au moment ou la lame argenté éclaira la cellule.
Ecrit par Cesba, le 30 Avril 2001
11. Les Evadés.
 
Wahooo. Une big flotte pour quelques vaisseaux ? Ouais, y en a une cinqunataine, mais bon...
Au moment où Corran allait découper les barreaux, une énorme secousse l’envoya voler à l’autre bout de la pièce.
- Qu’est-ce qui se passe, demanda t’il ?
- Je ne sais pas. Peut-être que l’Intrépide se met à faire feu.
- Ca m’étonnerais.
Un horrible bruit se fit alors entendre.
- Ecoute, Ooryl. On dirait des rafales de vents. On a dut se poser sur la planète.
Il commença à découper les barreaux. La lame avait du mal a entamer le métal, très résistant, mais rien ne peut résister à un sabre laser. Si ce n’est un autre sabre laser.

Pendant ce temps, à bord de l’Intrépide, Wedge discutait vivement avec Arvey Botwiriz.
- On ne peut pas les laisser là-bas.
- Désolé, commandant. Mais j’ai des ordres. Au cas où la flotte serait hostile, je dois appeler des renforts et la détruire. Le Home One et le Mon Redonda devraient arriver avec leurs escortes dans douze heures. J’aurai alors plus de cent vaisseaux à ma disposition pour détruire cette flotte.
- Mais nous devons tenter quelque chose.
- Vous avez douze heures, commandant.
Wedge se tourna vers la planète, dégoûté.
- Si seulement j’avais accepté la proposition de l’Amiral Ackbar, c’est moi qui donnerai les ordres, marmonna t’il.

Après plusieurs heures de découpe où ils s’étaient relayés, les deux Rogues parvinrent enfin à ouvrir un passage dans les barreaux.
- Allons-y Ooryl.
Corran s’arrêta, voyant que la lumière ne couvrait que la cellule. Dehors, c’était le noir totale.
- Je vais passer devant, dit Ooryl. Je vois dans le noir mieux que toi.
- D’accord.
En avançant, Corran réalisa que c’était une espèce de brouillard qui masqué la lumière.
- Ca me rappelles Talasea.
- Ooryl le pense aussi.
- Hein ?
Ooryl avait parlé comme avant. Soudain, il réalisa. La cellule lui rappelait celle du Lusankya. Le vaisseau avait accès à ses pensées et reconstituait les scènes.
- Main en l’air, cria une voix.
Corran se retourna pour voir un commando impérial. Le même qu’il y avait sur Talasea.
Ecrit par Tycho Celchu, le 6 Décembre 2001
12. Stand-by...
 
Salopars de rebelles!!!
- Salopars de rebelles! grogna le commando impérial.
Corran réagit comme un éclair et attrapa le sabre à sa ceinture et aussitôt âpres l'avoir positionné vers le soldat, l'alluma... dans le mauvais sens.
Bon... on improvise!
Profitant de l'effet de surprise presque achevé, le rogue trancha le tronc de son ennemis d'un magnifique revers de sabre.
Une fois les deux parties du trooper (trois si on comptais un morceau de son bras gauche) tombées à terre, Horn abaissa son arme et ramassa le fusil blaster du cadavre et le tandis à Ooryl.
- Tu vois mieux que moi dans le noir, fit-il.
- Comme à Talasea.
- Tiens, toi aussi tu penses à çà ! Bon, je te fournis un peu de lumière et toi tu nous évite la cuve à Bacta, d’accord ?
- Parfait… Et on va par ou ?
Horn regarda autour de lui et se concentra, tendant le sabre comme s’il s’agissait d’une lampe. Apres un moment de méditation, il arriva à percevoir une présence à la poupe du navire… une présence qu’il connaissait.
- Par là, fit le Lieutenant Horn, empruntant une porte à sa gauche, talonné par son équipier Gand.

Wedge prenait comme a son habitude la tête de son escadron, mais il commandait également l’escadron d’aile-B et un demi-escadron d’aile-Y que le Mon Jysmenn, un croiseur calamarien qui étais proche de ce secteur et qui avait entendu l’appel de Botwiriz avait mis à sa disposition. 28 chasseurs ne feraient pas long feu face à une flotte plus que complète de vaisseaux de guerres même si pour le moment, les vaisseau continuaient leur descentes vers la planète. Le vaisseau-amiral ou étaient enfermés Ooryl et Corran avait stoppé sa progression mais se trouvait maintenant dans l’atmosphère du monde chaotique. La flotte semblait vouloir complètement encercler la planète.
- Hobbie, tu capte quelque chose provenant de la planète ?
- Toujours rien Leader, répondit un Hobbie Klivan d’une voix faible.
Deux des leurs se trouvait dans cette galère…
- Bon vous attendez quoi pour aller voir, les mômes ? fit une voix grave dans le communicateur. Il s’agissait de Flèche Leader de l’escadron d’Aile-B. Wedge avait eu l’occasion de cerner le personnage lorsque celui-ci conversait avec ses hommes (ce crétin n’avait même pas éteint son com-link). Un vétéran proche de la retraite qui ne supportait pas qu’un « jeunot » comme Wedge ai le commandement de la mission.
- Flèche Leader, je vous en prie, rendez-vous sur la planète. Si jamais vous arrivez à manœuvrer dans cette atmosphères je vous paie moi-même à boire une fois sur l’Intrépide.
Le silence lui répondit et Wedge se reconcentra sur la mission.
- Escadron Flèche, restez au centre du convoi et faite un reconnaissance, Ailes-Y, restez en arrière et couvrez-nous. Prévenez-moi dès que les renforts arrivent.
- Bien reçu Rogue Leader, fit le capitaine du demi-escadron.
- Reçu, fit à son tour Flèche Leader d’un ton plus blasé.
- Rogues avec moi.
Et espérons qu’Ackbar se presse…
Ecrit par Cesba, le 13 Juillet 2001
13. LE RETOUR
 
Oui, le retour, mais le retour de qui ?
Pendant ce temps, Corran et Ooryl progressaient sans trop de difficulté dans les coursives du vaisseau. Le couloir qu’ils suivaient n’avait pas l’air de mener à quelque chose. Corran s’arrêta un instant et se concentra. La présence qu’il avait ressentie était de plus en plus proche. De nombreuses images lui revinrent à l’esprit lorsqu’il commença à identifier la personne. Soudain l’image du couloir tremblota pour changer de forme et de couleur. Il reconnut immédiatement le lieu, mais son équipier Gand prit la parole le premier :
- Je jurerais que cet endroit n’est autre que l’une de nos anciennes planques de Coruscant.
Corran hocha pensivement la tête. Ooryl été arrivé à la même conclusion.
- Corran !
Le cœur du Corellien s’arrêta de battre lorsqu’il entendit la voix. Impossible, il est mort. Il se retourna, le sabre laser prêt à frapper. L’homme qui se trouvait en face de lui esquiva sans difficulté, à la grande surprise de Corran. Celui-ci put enfin voir de plus prêt son interlocuteur. Il fit un bond et reconnut immédiatement Kirtan Loor, un ancien ennemi de Corran qui était mort lors de l’affaire du virus Krytos. Deux choses sautèrent à l’esprit de Corran, tout d’abord le fait que Loor se trouva en face de lui l’amena à penser que le vaisseau lui jouait encore des tours. Ensuite, le ton avec lequel « Loor » s’était adressé à lui n’était pas normal. Ce dernier l’avait toujours appelé Horn, mais jamais il n’avait prononcé son prénom, du moins pas en sa présence. De plus, la façon dont la personne avait esquivé son attaque prouvait qu’elle avait suivi un enseignement militaire, tout le contraire de Loor. La solution s’imposa alors d’elle-même lorsque la personne sortit un blaster.
- Tycho !

- Alors Escadron Flèche, vous y allez ou non sur la planète ? demanda Wedge.
- Désolé « Commandant » Antilles, mais je ne veux pas suivre vos ordres.
Le ton avec lequel le leader des Flèches avait prononcé son grade mit Wedge dans une colère à peine contenue. La vie de ses pilotes était en jeu et cet imbécile jouait les fortes têtes. Soudain, le fait de ne pas vouloir revivre l’oraison funèbre d’un des ses amis, le poussa à agir.
- Ecoutez-moi bien crétin. Mes ordres doivent être obéis, ou je veillerais personnellement à ce que l’Amiral Ackbar vous pourrisse votre retraite. Alors allez faire votre reconnaissance ou je me verrais dans l’obligation de vous relever de votre commandement.
Le type marmonna quelque chose et vira vers la planète, suivi de son escadron. Wedge soupira de colère. Son communicateur bipa :
- QUOI ENCORE !!!!!!
- Désolé Wedge, mais je crois que tu vas être intéressé par ce que j’ai découvert.
Wedge soupira de nouveau.
- Vas-y Hobbie.
- J’ai découvert plusieurs formes de vies à bord du vaisseau-mère.
- Et alors ?
- Wedge, il est censé n’habiter aucune forme de vie.
- C’est normal, Corran et Ooryl sont à bord.
- Tu crois que le fait que j’ai découvert douze formes de vie soit lié à la présence de nos gars ?
Wedge allait répondre lorsqu’une centaine de vaisseau sortirent de l’hyperespace. Il reçut une communication sur un canal privé :
- Commandant Antilles, ici l’Amiral Ackbar. Je veux vous voir à bord du Home One le plus vite possible, je crois que vous avez des choses à m’expliquer.
Ecrit par Tycho, le 26 Mars 2002
14. Mission: récupération
 
Ah cet amiral Ackbar, un très bon militaire(mais un mauvais politicien)
Wedge s’attendait au pire.
Connaissant Ackbar et son « idéal » militaire : le soldat qui obéit strictement aux ordres, qui ne discute pas (quand il aura le rapport sur l’autre cow-boy des Flèches pensa Wedge il aura du mal à contenir sa colère) il ne s’attendait pas à des compliments ; surtout que le meilleur élément des Rogues était prisonnier d’un vaisseau fantôme… Corran…Il ne voulait pas le perdre, ni lui, ni Ooryl, ni personne !
Quand son aile X s’engouffra dans le vaisseau amiral d’Ackbar, il en sortir presque immédiatement, saluant au passage les techniciens du croiseur Mon Calamari.
Un lieutenant l’attendait, il était petit, boursouflé, sa tenue était impeccable. Il avait l’air impatient.
Wedge se demanda si il avait toujours été dans la Rébellion. Certes, les rebelles avaient un strict minimum d’étiquette, mais l’Empire, considérait la tenue des uniformes très importante. Ils devaient tout simplement être parfait !
Mais Antilles n’eu pas le temps de lui demander, il le conduit rapidement à travers les couloirs et les turbolifts du Home One. Jusqu’à leur arrivée au bureau personnel d’Ackbar, le lieutenant Traze - il s’appelait ainsi- ne dit mot.
-Nous voici arrivés commandant Antilles, je vous laisse, mes respects.
-Merci lieutenant Traze.
Ce dernier s’éloigna rapidement, il avait du travail apparemment, comme tout les gars d’ici se dit Wedge Antilles en entrant dans le bureau
-Ah commandant Antilles, vous voilà ! Trêve de bavardages, que s’est-il passé ? Questionna Ackbar inquisiteur.
Wedge résuma l’histoire, sans omettre aucun détail.
Ackbar soupira presque inaudiblement, puis lança un : « je vois… »
Antilles s’attendit au pire. Il n’aimait pas ça
Mais après tout il n’était pas assez intime avec Ackbar, pour pouvoir prédire ses réactions les yeux bandés.
Soudain, Ackbar le dévisagea puis lui déclara :
« Vous avez carte blanche Wedge, on va vous donner un tout l’appuie nécessaire, on dirait bien que quelqu’un a pris s’est emparé de ses vaisseaux fantômes !
Je vous nomme commandant de la force d’attaques chasseurs, baptisée Mon 1.
Votre expérience et votre renommée vont vous sûrement vous aider lors de cette opération.
Wedge en fut scié, pour une surprise s’en était une ! Mais pas le temps de s’attarder ici, il avait une aile X à piloter, des hommes à diriger, des amis à sauver.
Il regagna rapidement son escadron qui avait été rejoint par des ailes Y et A, lancées par le Home One.
Il devait mener cette mission récupération à bien, où l’Alliance allait perdre deux hommes de valeur…
Ecrit par prince xizor, le 10 Novembre 2006
Proposer une HdF
 
 Vous souhaitez créer une nouvelle histoire ? Cliquez ici !
Publicité