[Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Si vous aimez écrire et que vous trouvez que l'Univers Star Wars a besoin de nouvelles histoires, ou si vous voulez lire plus que ce que la licence officielle vous offre, bienvenue dans la Section Fan-Fictions !

Retourner vers Fan-Fictions

Messagepar Hiivsha » Jeu 29 Nov 2012 - 21:43   Sujet: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Je m'ennuie de ne plus écrire. :(

Après le tome 1 des "Aventures d'une jeune Jedi - Tome 1 : Le Cercle Sombre", mon temps libre est passé sur SWTOR avec la guilde que j'avais créée en compagnie d'anciens potes du jeu "Age of Conan"... et puis le jeu n'a pas accroché la majorité de ma guilde qui est partie sur "The Secret World" auquel moi-même je n'ai pas accroché. Depuis la rentrée je suis sur "Guild War 2" mais une fois le niveau 80 atteint, je m'y suis ennuyé, n'étant pas un joueur HL de donjons à répétition pour le stuf-de-la-mort-qui-tue entre 21H et minuit voire plus. :x

Qui plus est... je m'ennuie de ne plus écrire... :(

Depuis des mois je souffre du syndrome de la page blanche de l'écrivain... j'ai entamé un tome 2 que je ne sais pas par quoi continuer. J'ai peur que mon concept s'éloigne des "standards" de SW et du coup, j'ai arrêté d'écrire depuis un an. (Hormis pour le recueil #5 de SWU :whistle: )

Du coup, je me suis dit que peut-être, si je postais le début de mon Tome 2, je pourrais retrouver l'envie d'écrire à la lumière des commentaires qui pourront être formulés au fil de l'eau.

Je ne sais absolument pas la cadence que je vais pouvoir avoir sur ce roman de fan, elle sera évidemment moins soutenue que pour mon premier tome que j'ai posté ici après l'avoir écrit. Peut-être que je vais au casse-pipe, mais en tout cas, c'est peut-être mieux que de ne rien faire.

Aussi, je vous poste le prologue de cette nouvelle FF.
Dernière édition par Hiivsha le Ven 30 Nov 2012 - 12:28, édité 1 fois.
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Jagen Eripsa » Jeu 29 Nov 2012 - 21:48   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Il va falloir que je lise le tome 1, alors. :D

Je comprends ce syndrome de la page blanche, et j'en profite pour dire que ce n'est pas irrémédiable : passez à autre chose, et au final, de nouvelles idées naîtront, et vous pourrez alors revenir sur votre oeuvre.

Bref, bon courage pour la suite ! :hello:





PS : J'espère que le début de la publication d'un tome 2 incitera un certain Seigneur Noir des Sith à imiter ce magnifique exemple.... :transpire:
"History is on the move, Captain. Those who cannot keep up will be left behind, to watch from a distance. And those who stand in our way will not watch at all."
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13161
Inscription: 07 Fév 2012
Localisation: Lorraine
 

Messagepar Hiivsha » Jeu 29 Nov 2012 - 21:55   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Les Aventures d'une Jeune Jedi

Tome 2


- L'Eau de l'Oubli -


Image


Lire sur CALAMEO
Version EPUB
Version PDF
(N'oubliez pas de vider le cache de votre explorateur
pour recharger la version la plus récente)




SOMMAIRE

Prologue
I - Planète inconnue
2 - Matin radieux
3 - RSS-80 Defiance
4 - La main dans le sac
5 - Razzia au bord du fleuve
6 - Un voleur nommé Gil
7 - Prisonnière
8 - Vendue
9 - Vacances au soleil
10 - Escapade en amoureux
11 - Quand Sali rencontre Iella
12 - Élimination physique
13 - Les reines du bal
14 - La vallée des Mille Eaux
15 - À propos d'Isil...
16 - Les gravures du Temple en ruine
17 - Tous les chemins sauf un
18 - Le puits sans fin
19 - Invitation à déjeuner
20 - Intervention nocturne
21 - Dans le donjon
22 - Ça ne tient qu'à un fil
23 - Fuite mouvementée
24 - Sur les traces d'Isil
25 - Le visiteur
26 - Qui est qui ?
27 - Le Temple d'Édin
28 - Mourir pour Sali
29 - L'Artefact de la Création
30 - Retour vers la capitale
31 - Compte-rendu
32 - La prison
33 - Le 1er Régiment Royal
34 - À la loyale
35 - Crime et châtiment
36 - Assaut
37 - Veillée d'armes
38 - Le grand nettoyage
39 - Tempête sur le Temple
40 - Le rayon
Épilogue


_____________________________________________


Avertissement de l'auteur


Ce roman est la suite du tome 1 des "Aventures d'une jeune Jedi: le Cercle Sombre" auquel il fait de nombreuses références.
Par ailleurs, certains rappels contenus dans le présent volume, sont de nature à révéler une partie de l'intrigue de ce premier tome.
Aussi, il ne saurait trop être recommandé de commencer la lecture de ces aventures, par le tome 1.

Ceci étant, ce tome 2 est suffisamment indépendant pour pouvoir être lu sans connaissance du tome 1 !





PROLOGUE


— Bandits à huit heures ! s’écria le lieutenant Rox dans son micro en s’agitant sur son siège de pilote.
— Bon sang, ils sont nombreux ! répondit en écho le rodien Badanoweeko. Il est impossible qu’ils soient venus ici tous seuls !
— Ils sont en position d’attaque ! observa Rox fébrilement. Des impériaux, ils vont nous attaquer !
— Sans provocation de notre part ? Impensable Rox, répondit le rodien, et le traité ?
— Je crois qu’ils s’attendaient à nous trouver ici, lâcha un sullustain nommé Piot Tyyv. Étrange.
— Il semble que nous ne soyons pas les bienvenus dans ce secteur, conclut Rox en armant malgré lui ses canons. Qu’est-ce qu’on fait Isil ?
— Aigle leader à escadrilles rouge et bleue, répondit la voix féminine très calme eut égard à la situation dans laquelle ils se trouvaient, en formation de combat !
Aussitôt la dizaine de chasseurs Aurek se rassembla en deux groupes formant chacun un V offensif et virèrent de bord pour faire face aux assaillants.
— Je compte deux vagues de douze chasseurs impériaux, lança Tyyv de sa voix suraiguë, à dix et deux heures.
— Ça va être leur fête, cria la voix excitée de rouge cinq, youhou !
— Personne ne tire sans mon ordre, ordonna aigle leader d’un ton toujours placide. Rouge dirigez-vous à deux heures, bleu avec moi à dix heures.
La Padawan ferma un instant ses paupières pour sonder la Force. Quelque chose lui disait qu’une menace bien plus grande rôdait tout autour d’eux. Son regard se tourna vers la planète qu’ils étaient venus inspecter, comme d’autres escadrilles du Defiance avaient été chargées de le faire pour d’autres planètes suspectées d’abriter des chantiers navals illégaux. Une mission qui ressemblait un peu au jeu de l’aiguille dans une meule de foin. Toutefois, la présence de l’Empire dans ce secteur pouvait signifier qu’ils venaient justement de tomber sur l’aiguille.
— Rox, avertissez le Defiance qu’il semblerait que nous soyons tombés dans une souricière et que nous demandons une assistance ou l’autorisation de rompre et de rentrer au bercail !

Les premiers tirs des chasseurs Sith déchirèrent l’obscurité de l’espace interstellaire qu’ils rayèrent d’un rouge sanglant.
— Ils ouvrent les hostilités, annonça la Padawan qui pilotait aigle leader, à tous, feu à volonté !
Aussitôt un étrange ballet spatial s’engagea entre les différentes escadrilles, ponctués de commentaires radio qui s’enchevêtraient au rythme du combat. Les formations initiales eurent tôt fait d’éclater au gré des engagements individuels qui se mirent à former autant de duels inégaux, compte tenu du surnombre de l’ennemi.
— Rouge deux, vous en avez un derrière vous !
— Bon sang, rouge quatre, s’écria Badanoweeko, débarrassez-moi de cette teigne impériale de mes deux !
Le chasseur Sith lâcha une rafale que le rodien évita en effectuant un break serré sur la droite.
— Je vais l’avoir cette saleté ! fit la voix d’aigle quatre, viens voir papa, là, tiens-toi tranquille !
Le chasseur Sith explosa en une myriade de particules incandescentes.
— Je l’ai eu, cria victorieusement aigle quatre.
— Joli tir, s’exclama Rox qui commandait l’escadrille rouge.
Un instant plus tard, deux autres chasseurs Sith explosaient en silence dans le vide.
— Superbe bleu trois !
— J’en ai eu un, cria rouge cinq, toujours aussi excité. Faudrait qu’ils apprennent à piloter ces…
— Attention rouge cinq, deux bandits sur vos cinq heures ! coupa le lieutenant Rox, dégagez ! Dégagez !
L’avertissement vint trop tard. Le chasseur Aurek explosa la seconde d’après.
— Non ! cria Badanoweeko, bon sang, ils vont nous le payer cher !
— Gardez la tête froide, ordonna Isil paisiblement, ça ne sert à rien de vous énerver, pilotez, visez, tirez et gardez vos arrières… comme à l’entraînement !
— Oui cheftaine, gouailla la voix de Rox. Vous entendez notre jolie Jedi les enfants ? Appliquez-vous !
Devant elle, la Padawan voyait deux chasseurs Sith manœuvrer en spirale pour essayer d’échapper à ses tirs. Projetant son manche de droite à gauche puis dans le sens inverse, la jeune fille ne leur laissait aucune chance de manœuvre évasive. À la rafale suivant, l’ennemi le plus proche explosa et ses débris rebondirent sur sa coque sans causer de dommage. Le second ennemi serra alors un virage à gauche pour tenter de prendre l’ascendant sur son poursuivant et se placer sur son arrière. Isil suivit la courbe et se mit à décrire avec lui un large cercle presque parfait. Optimisant le rayon de virage pour conserver le maximum d’énergie totale, elle passa dans ses cinq heures avant de l’avoir dans sa ligne de mire. Le Sith ne put empêcher l’inévitable et son chasseur explosa à son tour sous l’impact des deux canons laser lourds.
— On vient de perdre bleu deux ! cria une voix dans la radio.
Isil redressa sa course et revint vers le centre du ballet spatial pour essayer d’engager un autre ennemi. Soudain sur sa droite, plusieurs énormes silhouettes se formèrent, sortant du néant de l’hyperespace.
— Nom de dieu ! jura le lieutenant Fox.
Un croiseur lourd impérial venait d’apparaître duquel sortirent presque aussitôt une cinquantaine de chasseurs Sith qui se ruèrent sur eux comme un essaim de frelons noirs. Le puissant vaisseau était accompagné de quatre frégates d’escorte Nébulon A-1 qui ouvrirent le feu dès qu’elles furent à portée du lieu d’engagement. Deux chasseurs Aurek explosèrent immédiatement.
— Bon sang de bonsoir ! cria Badanoweeko, c’est quoi ce bordel ? Toute la flotte de l’Empire est ici ou quoi ?
La voix impérative d’Isil retentit dans la radio.
— A tous, rompez le combat, je répète rompez le combat ! Passage en hyperespace dès que possible !
La situation était périlleuse pour chacun d’eux et ils le savaient. Pour rompre le combat, il fallait tourner le dos à l’ennemi au bon moment afin d’éviter de se faire détruire par ses tirs, puis lancer les moteurs à fond en ligne droite, charger les catalyseurs de champ, attendre que le motivateur d’hyperdrive soit prêt et que l’ordinateur ait calculé une trajectoire dégagée sous peine de prendre le risque d’entrer en collision avec un corps astral ou une planète durant le saut dans l’hyperespace.
Un à un, les chasseurs Aurek quittèrent les lieux profitant de ce que les vaisseaux lourds étaient encore trop éloignés pour effectuer des tirs précis à l’aide de leurs batteries de turbolasers. Isil et Rox s’attardèrent un peu pour occuper les huit chasseurs Sith qui restaient et laisser ainsi toutes les chances à leurs quatre coéquipiers de s'échapper.
Se faufilant adroitement à travers les traînées des rayons lasers tirés par les frégates, ils engagèrent les derniers Sith tout en gardant un œil sur la nuée de chasseurs qui fondaient sur eux.
— Ils seront sur nous dans une minute, cria Rox à la Padawan, Isil, dégagez immédiatement.
— Négatif aigle deux, répondit la voix douce et tranquille de la jeune fille, c’est vous qui dégagez Rox, je vous couvre, c’est un ordre.
Tout en répondant à son second, elle tira plusieurs rafales qui touchèrent avec succès trois chasseurs Sith ce qui eut pour effet de décourager les cinq derniers qui préférèrent rompre momentanément le combat pour voler à la rencontre des renforts qui arrivaient.
— Les lâches ! s’écria Rox, à cinq contre deux, y’a plus personne pour se battre.
— Profitons-en pour filer, suggéra Isil en se mettant en ligne droite en direction opposée à l’ensemble de la flotte Sith. Après vous Rox !
Les deux chasseurs Aurek volèrent un instant de concert, l'un contre l'autre puis subitement, le vaisseau de Rox sembla s'allonger en une longue forme bleutée avant de disparaître dans l'hyperespace. Isil regarda son ordinateur. La route était calculée, il n'y avait plus qu'à activer l'hyperdrive. Soudain, son vaisseau fit plusieurs écarts en tremblant de toutes ses soudures. Plusieurs coups directs de turbolasers venaient de le frapper. Des gerbes d'étincelles jaillirent de différents instruments de bord et un feu se déclara derrière elle au niveau d'une boite électrique. Sans s'affoler, la Padawan se saisit d'un petit extincteur qui était fixé sous un panneau latéral, et le vida sur les flammes qui s'éteignirent tout aussitôt. Puis elle fit son maximum pour stabiliser son vaisseau en essayant de limiter au mieux les vibrations qui le secouaient comme une feuille d'arbre sous le vent d'automne. Les tirs du croiseur l'encadraient à présent de bien trop près selon son goût et en se retournant, elle aperçut plusieurs dizaines de chasseurs Sith qui fondaient en piqué sur elle dans un feu d'artifice de rayons lasers. Elle enclencha l'hyperdrive sans plus attendre et disparut à son tour à la vue de ses poursuivants.

Il ne fallait que quelques minutes de saut dans l'hyperespace pour retrouver le croiseur de bataille de classe Centurion d'où elle était partie. Qu'allait faire l'amiral Narcassan ? Il était vraisemblable qu'ils venaient de trouver une planète suspecte qui méritait une inspection plus approfondie de leur part. Mais le Defiance n'avait pas pour mission d'affronter une flotte supérieure en nombre alors qu'officiellement, la République Galactique n'était plus en guerre avec l'Empire Sith. Par ailleurs, il était quand même troublant de trouver une si forte opposition impériale, précisément au moment où les chasseurs républicains s'étaient approchés du secteur. Ou c'était là une énorme coïncidence, ou les impériaux les attendaient et dans ce cas, cela pouvait supposer qu'il y avait eu fuite dans le dispositif qui avait amené le Defiance à effectuer cette mission d'inspection, si loin du centre de la galaxie, à la limite des mondes inconnus de la bordure extérieure.
Normalement, son hyperpropulseur aurait dû se désenclencher automatiquement en arrivant dans le quadrant où le croiseur attendait ses escadrilles de reconnaissance. Mais visiblement son saut dans l'hyperespace se prolongeait de façon totalement anormale. Isil tapota sur la surface de l'ordinateur qui gérait l'hyperespace et calculait minutieusement les routes des sauts. Alors qu'elle donnait de petits coups sur les indicateurs, le calculateur s'éteignit puis se ralluma et répéta son manège plusieurs fois avant que les indicateurs ne se mettent à afficher des données fantaisistes.
— C'est impossible, murmura Isil à voix basse, d'après ces données, je suis en train de sortir de la Galaxie en fonçant tout droit dans le néant intergalactique.


Chapitre suivant
Dernière édition par Hiivsha le Lun 06 Jan 2014 - 19:03, édité 73 fois.
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Minos » Jeu 29 Nov 2012 - 23:00   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Jagen Eripsa a écrit:Il va falloir que je lise le tome 1, alors. :D

Pareil !
Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou, par un autre tour de folie, de n'être pas fou.
Blaise Pascal.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2480
Inscription: 14 Jan 2007
 

Messagepar Nicravin » Jeu 29 Nov 2012 - 23:09   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Hiivsha a écrit:Je m'ennuie de ne plus écrire. :(

Après le tome 1 des "Aventures d'une jeune Jedi - Tome 1 : Complots"

Le tome un ne s'appelait-il pas le Cercle Sombre ? :?
Sinon, je suis désolé de te le dire mais je n'ai aucun moyen de t'aider concernant ton syndrome de la page blanche : j'abandonne toujours l'écriture de mes textes bien avant d'en arriver à ce stade ; tout ce que je peux faire c'est te souhaiter de retrouver l'Inspiration, et te rassurer en disant que personne ici n'est hostile envers un texte SW non-conventionnel, loin de là. En fait, c'est sans doute même mieux.

Puis pour parler un peu FF, le début que tu nous proposes est bien sympatoche, une baston comme on aime en lire. Je me demande ce qui va arriver à Isil, en route vers l'Inconnu (va-t-elle croiser des Vongs très en avance ? :paf: ).
Jagen Eripsa a écrit:Il va falloir que je lise le tome 1, alors. :D

Lui et beaucoup d'autres... :D

Nicravin, roi de la deadline qui copie Minos.
Je ne dis pas que la femme est méchante, je dis que l'homme est con.
Jacques Brel
Nicravin
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3826
Inscription: 17 Juin 2011
Localisation: Entre kikoo et boulayland
 

Messagepar Minos » Jeu 29 Nov 2012 - 23:13   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Nicravin a écrit:Nicravin, roi de la deadline qui copie Minos.

Ce qui n'est en rien une référence...
Les hommes sont si nécessairement fous, que ce serait être fou, par un autre tour de folie, de n'être pas fou.
Blaise Pascal.
Minos
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2480
Inscription: 14 Jan 2007
 

Messagepar Jagen Eripsa » Jeu 29 Nov 2012 - 23:41   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Fais gaffe, Minos, si t'es le pape du retard, Nic c'est l'antipape ! :lol:
"History is on the move, Captain. Those who cannot keep up will be left behind, to watch from a distance. And those who stand in our way will not watch at all."
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13161
Inscription: 07 Fév 2012
Localisation: Lorraine
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Jeu 29 Nov 2012 - 23:45   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Et moi, je suis le pape d'Avignon, c'est ça ? :lol:
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5494
Inscription: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Hiivsha » Ven 30 Nov 2012 - 12:29   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Nicravin a écrit:Le tome un ne s'appelait-il pas le Cercle Sombre ? :?


Oui, oui, c'est une bourde de ma part... "Complots" c'est le premier titre auquel j'avais pensé avant de changer. :oops:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Dark Sheep » Ven 30 Nov 2012 - 13:00   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Voilà qui est lu :wink:
Isil est de retour pour de nouvelles aventures : bien :)

Je commence par le commencement : la couverture et le titre ne sont pas sans éveiller en moi le souvenir de Dune, ce qui éveille ma curiosité :oui:

Ensuite, ton premier chapitre est une bataille spatiale dans la plus pure tradition SW, c'est un début plein d'action qui se termine sur un point intéressant : si Isil sort de la galaxie lointaine (très lointaine en fait) que se passera-t-il, qu'y a-t-il au delà ?!?
Ça m'intéresse bien.
Au final on ne sait "rien", mais ça donne envie de découvrir ! :cute:

Sur la forme je me suis demandé si ton ordi avait un problème : certains mots sont écrits avec des tirets :transpire:
Ou peut-être les tirets sont-ils volontaires et issus de ta mise en page, auquel cas tu vas devoir ajouter des retours à la ligne manuels pour arranger ça :(
Pour ce qui est des fautes de frappes j'avoue ne pas les avoir relevées à la lecture mais si j'ai un peu de temps je ferai ça, en MP par contre parce que je ne suis pas partisan de l'exposition de fautes au milieu des passages du récit :siffle:

Sinon, il y a deux choses que je voulais te proposer :
-
Hiivsha a écrit: Aigle leader à escadrilles rouge et bleue

-> ici c'est le "Aigle leader" qui me gêne : j'aurais mieux accrocher à "leader Aigle" ou "Eagle leader"... que l'ordre des mots colle à la langue :?

-
Hiivsha a écrit:Joli tir, s’exclama Rox qui leadait l’escadrille rouge.

-> ici par contre c'est juste un détail mais : autant "leader" est passé dans le jargon, notamment pour des noms "Rogue leader", autant pour un verbe (du narrateur) j'avoue que je n'accroche pas :pfff:
Après c'est juste personnel :lol:

Bonne idée, donc, que de commencer à poster. J'espère que ça te ramènera l'inspiration ! Pour ma part je me plonge dans des lectures du forum pour retrouver la motivation... dont celle-ci ;)

Comme je disais, si j'ai du temps je referai une lecture de ton chapitre :jap:
Mouton déjanté scénariste et chorégraphe...

"Cette galaxie a besoin d'un sauveur, pas d'un héros."
Dark Sheep
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Inscription: 20 Avr 2007
Localisation: à l'origine le pâturage pas loin de chez toi... mais mon envie de liberté a triomphé
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Ven 30 Nov 2012 - 15:10   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Bon, content de revoir Hiivsha en activité, pour commencer :jap:

En revanche, on sent que tu ne sais pas très bien, où tu vas, en effet : la fan-fic s'ouvre sur une bataille très classique et pour tout dire plutôt floue, on en a quasiment que les dialogues, peu de descriptions et encore moins de sentiments, alors on se sent un peu perdu, sans doute parce que toi-même, tu ne savais pas très bien quoi faire... Ce n'est pas très grave en l'occurrence, parce que la fin nous montre que l'intrigue va prendre un tour très surprenant, et c'est cela qui est intéressant.

Du reste, je ne suis pas d'accord avec Jagen, parce que dans mon expérience, les crises d'inspiration, ça ne passe pas tout seul, justement : quand je ne sais plus ce que je veux, je me force à écrire, soit je retrouve l'inspiration en cours de chemin, soit j'acquiers au moins une idée de ce que je ne veux pas, et à partir de là, j'arrive à décider quelle est la meilleure issue ; en principe, je ne publie pas avant que ce soit vraiment revenu, mais tu as eu raison de le faire si tu en avais besoin pour te débloquer. M'enfin, l'expérience personnelle... est personnelle :D

Peut-être que je vais au casse-pipe, mais en tout cas, c'est peut-être mieux que de ne rien faire.


"En tout cas" et "peut-être", ça ne va pas très bien ensemble^^

Prologue


_____________________________________________


PROLOGUE


:whistle:

- Ils sont en position d’attaque ! observa Rox fébrilement. Des im-périaux, ils vont nous attaquer !
- Sans provocation de notre part ? Impensable Rox, répondit le ro-dien, et le traité ?


Pourquoi ces coupures ? Retranscription de Word ? :perplexe: C'est affreux :paf:

- On va leur faire la fête, cria la voix excitée de rouge cinq, you-hou !


Hiivsha et les clichés :transpire:

- Rox, avertissez le Defiance qu’il semblerait que nous soyons tombés dans une souricière et que nous demandons soit une assis-tance, soit l’autorisation de rompre et de rentrer au bercail !

Les premiers tirs des chasseurs Sith déchirèrent l’obscurité de l’espace interstellaire qu’ils rayèrent d’un rouge sanglant.


Ce saut de ligne est-il bien approprié ?

Projetant son manche de droite à gauche puis dans le sens inverse, la jeune fille ne leur laissait aucune chance d’évasive


Euh, à moins qu'on ne m'ait menti, "évasive", c'est un adjectif lié à évasion, non ? :paf:
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5494
Inscription: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Den » Ven 30 Nov 2012 - 16:48   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Oulà! Il va falloir que je relise le tome 1 (que je n'avais pas terminé, il me semble). :ange:
"Vergere m'a appris à embrasser la douleur et à m'y soumettre. J'en ai fait une partie de moi-même, une partie que je ne pourrai ni combattre, ni nier." Jacen Solo
Den
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 4350
Inscription: 05 Fév 2006
Localisation: Exilé sur Dagobah...
 

Messagepar Hiivsha » Ven 30 Nov 2012 - 16:57   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Oui, les tirets viennent du copier-coller avec Word et la césure automatique en fonction. J'ai désactivé cette dernière et refait le copier-coller, ce devrait être mieux.

Une "évasive" est une figure de combat aérien qui permet à un pilote de sortir entre autre du domaine de tir d'un missile ou d'une portée canon. C'est le raccourci de "manœuvre évasive" en jargon de pilote... c'est ce qui me reste des années passées au Centre d'Entrainement au Combat (aérien) de la base 118 de Mont de Marsan à entendre les pilotes de chasse restituer leurs combats à grands gestes des deux mains ! :wink:

En fait, j'ai le synopsis complet du livre prêt donc, je sais où je vais... enfin presque, il reste des détails de l'histoire à fignoler. Sauf que je n'étais pas vraiment satisfait de l'histoire que j'avais pensé écrire pour des raisons qui m'échappent... et du coup, ben, "page blanche". Mais je vais essayer de l'écrire et si je me casse la g... en cours de route, tant pis. C'est en forgeant qu'on devient forgeron et en sciant que Léonard de Vinci ! :x

Je regarde le reste. :jap:

""Aigle leader"" => ça se dit dans cet ordre même en français : "alpha leader" et "leader" reste usité même par les pilotes français.
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Nicravin » Ven 30 Nov 2012 - 17:40   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Dark Sheep a écrit:Je commence par le commencement : la couverture et le titre ne sont pas sans éveiller en moi le souvenir de Dune, ce qui éveille ma curiosité :oui:

Isil serait donc une fremen. :sournois:
Jagen Eripsa a écrit:Fais gaffe, Minos, si t'es le pape du retard, Nic c'est l'antipape ! :lol:

:perplexe:
Ça fait combien de temps qu'il n'y a pas eu de news hebdomadaire sur les FFilms ? :D
Je ne dis pas que la femme est méchante, je dis que l'homme est con.
Jacques Brel
Nicravin
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3826
Inscription: 17 Juin 2011
Localisation: Entre kikoo et boulayland
 

Messagepar Jagen Eripsa » Ven 30 Nov 2012 - 17:41   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Sais-tu au moins ce qu'est un antipape ?
"History is on the move, Captain. Those who cannot keep up will be left behind, to watch from a distance. And those who stand in our way will not watch at all."
Jagen Eripsa
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 13161
Inscription: 07 Fév 2012
Localisation: Lorraine
 

Messagepar Nicravin » Sam 01 Déc 2012 - 17:14   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Je ne dis pas que la femme est méchante, je dis que l'homme est con.
Jacques Brel
Nicravin
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3826
Inscription: 17 Juin 2011
Localisation: Entre kikoo et boulayland
 

Messagepar Hiivsha » Mar 11 Déc 2012 - 21:37   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2



Image
Lire sur CALAMEO
Télécharger au format EPUB ou PDF
(N'oubliez pas de vider le cache de votre explorateur
pour recharger la version la plus récente)


1 – Planète inconnue



Son rythme cardiaque s'éleva légèrement sous l'effet d'une sourde angoisse qu'elle s'efforça de maitriser afin d'analyser objectivement la situation. Après une longue réflexion destinée à peser le pour et le contre quant au geste qu'elle s'apprêtait à accomplir, elle pressa le bouton pour interrompre le saut hyperspatial. Rien ne se passa. Son cœur se serra dans sa poitrine. Elle appuya de nouveau sur le bouton sans obtenir de résultat.
— Non, dit-elle entre ses dents, non, tu vas marcher oui ? Réfléchis Isil, réfléchis… comment peux-tu stopper ce saut avant qu'il ne soit trop tard ?

De longues heures s'écoulèrent qui l'éloignaient impitoyablement de sa galaxie sans qu'aucune commande de son vaisseau ne daigne répondre à ses sollicitations. La Padawan se sentit perdue, comme aspirée par un grand trou noir sans fin duquel elle ne ressortirait plus. Une question lui vint subrepticement à l'esprit : qu'y avait-il au-delà de la galaxie ? Isil médita malgré elle un long moment sur cette interrogation avant que le courage de réessayer quelque chose ne lui revienne.
Ses doigts effleurèrent le boitier du motivateur d'hyperdrive. Elle se dit qu'en théorie, elle pouvait le court-circuiter ce qui devrait interrompre l'hyperpropulsion en espérant que les compensateurs inertiels et le générateur de champ quantique continuent, eux, à fonctionner pour lui éviter l'écrasement dû à la brutale décélération qui allait s'ensuivre. À l'aide d'un petit outil, elle dévissa une plaque latérale sur sa gauche et étudia longuement les circuits. Prenant une profonde respiration, elle plaça la lame métallique entre deux bornes de liaison. Une série de gerbes d'étincelles envahit le compartiment et le chasseur Aurek fut parcourut de violentes vibrations. Isil fut, l'espace d'un instant, persuadée qu'il allait se disloquer, auquel cas ses aventures prendraient fin sans plus tarder. Puis elle reçut un choc électrique violent qui l’obligea à retirer ses mains de l’intérieur des circuits et elle perdit conscience.
Quand la Padawan reprit ses esprits, le vaisseau était revenu dans l’espace normal. Cependant, Isil se rendit vite compte qu’elle était incapable de dire combien d’heures elle était restée inconsciente et combien de temps le vaisseau avait passé au final dans l’hyperespace.

Elle balaya l’immensité de l’espace d’un regard circulaire mais ne vit rien d'immédiat sinon, droit devant elle, une étrange et immense nébuleuse qui semblait flotter dans le néant. Aucune étoile ne s'offrait à sa vue. Elle tourna la tête et regarda par-dessus son épaule pour apercevoir une constellation de petits points scintillant dans l'espace. La proximité toute relative de sa galaxie sembla la rassurer un peu. Son regard se porta de nouveau sur la nébuleuse vers laquelle elle filait à grande vitesse. C’était comme un immense nuage irisé, aux teintes diffuses absolument magnifiques, allant du jaune orangé au violet avec en son centre des traînées verdâtres. Quelque chose scintillait en son sein, car on pouvait discerner des éclairs de lumière qui semblaient l’embraser à intervalles réguliers. La coque de l'Aurek se mit à étinceler et des vaguelettes d’impulsions électriques bleutées commencèrent à courir tout le long du vaisseau.
Passé un moment d'émerveillement, elle tenta de faire effectuer un demi-tour à son chasseur mais aucune commande ne répondit à ses sollicitations. Surmontant un sentiment de panique, elle coupa les gaz, mais le vaisseau ne ralentit pas le moins du monde. La nébuleuse couvrait à présent l'espace devant elle presque intégralement et on pouvait distinguer les masses gazeuses qui semblaient se déplacer paresseusement au gré d'invisibles vents stellaires. Peu à peu, les étoiles de la galaxie s'éteignirent derrière elle au fur et à mesure qu'elle entrait dans l'étrange brouillard. La luminosité extérieure oscillait entre l'orange et le violet. Des flashes lumineux éclataient tout autour d'elle et lui provoquaient des éblouissements passagers. Elle dû se protéger les yeux en rabattant la visière foncée de son casque avant de se mettre à la recherche d'une commande qui veuille bien répondre dans son poste de pilotage.
Un temps qui lui parut infiniment long, s'écoula ainsi sans qu'aucune solution ne lui permette de procéder à un demi-tour salutaire encore que, sans un hyperdrive en état de marche, elle n'avait pratiquement aucun espoir de revenir dans des secteurs habités de sa galaxie, ni même la rejoindre tout simplement.
La Padawan songea qu'elle allait rejoindre la Force et peut-être y retrouver son ancien Maître, Beno Mahr, tué quelques mois plus tôt de la main d'un seigneur Sith lors d'une mission sur Coruscant*. Curieusement, cela ne lui faisait pas si mal que ça en fin de compte de mourir. Peut-être son entraînement de Jedi jouait-il à plein à ce moment précis pour lui permettre de conserver sa sérénité ? Elle soupira bruyamment puis songea à Hiivsha, le contrebandier qui l'aimait et dont elle avait dû se séparer à la suite de sa propre affectation par l'Ordre Jedi sur le croiseur RSS-Defiance. Un brin de mélancolie envahit alors ses yeux bleus à cette seule pensée. Elle savait au plus profond d'elle-même que, quelle que soit la position de l'Ordre à ce sujet, elle éprouvait pour lui un profond sentiment d'attachement et même d'amour qu'elle ne pourrait jamais totalement effacer de son cœur. D'ailleurs, le voulait-elle vraiment ? À force de se torturer l'esprit, elle finissait par se sentir en désaccord avec ses Maîtres et plus le temps passait, plus elle pensait être capable d'assumer l'amour d'un homme et ses missions de Jedi. Il ne s'était pas écoulé un jour depuis sa séparation d'avec le contrebandier sans qu'elle n'y pense : il devait bien être possible de dissocier amour et Code et ce, de façon lucide !
Mais toutes ces considérations n'auraient bientôt plus d'importance au milieu de ce nulle part. Que trouverait-elle dans la Force une fois que la vie présente l'aurait quittée ?
De nouveau elle soupira et se mordit les lèvres pour éviter à des larmes de monter vers ses yeux. Au final, il lui était plus insupportable de penser ne jamais revoir Hiivsha, de ne plus jamais pouvoir se blottir entre ses bras câlins, de ne plus entendre sa voix gouailleuse, que de quitter cette existence pour rejoindre la Force.
S'enfonçant dans son fauteuil de pilote, elle laissa son regard vagabonder tout autour d'elle, à travers la verrière de transparacier de son chasseur pour admirer les extraordinaires nuances colorées du linceul gazeux qui l'enveloppait à l'instar du brouillard le plus épais. Tout le vaisseau semblait électrifié et en proie à des sortes de feux follets qui dansaient sur chaque protubérance, chaque angle, chaque antenne du chasseur tels de petits farfadets. Isil approcha ses mains l’une de l’autre et constata que de petits arcs électriques se formaient entre ses doigts et même entre ses paumes quand elle les rapprochait l’une de l’autre. C’était à la fois magique et inquiétant.
Le temps s'écoula, désespérément long, et la jeune fille résignée plongea peu à peu dans un sommeil cotonneux peuplé de rêves colorés sans aucune cohérence. Soudain, sans savoir pourquoi, elle sortit de sa léthargie comme mue par un ressort, sous l'effet d'une petite alarme intérieure. Elle regarda autour d'elle et il lui sembla que le brouillard gazeux commençait à se dissiper. La Padawan en déduisit qu’elle sortait de la nébuleuse, ce qui n’était pas tout à fait exact. En effet, si elle se retrouvait de nouveau dans le vide stellaire, elle pouvait deviner tout autour d'elle les couleurs irisées de la nébuleuse qu'elle venait de traverser en partie seulement. En quelque sorte, elle se situait dans l’œil de celle-ci. Le diamètre intérieur de ce phénomène gazeux était proprement immense. Devant elle se trouvait une petite planète à la lueur orangée, et très loin d’elle brillait un soleil qui l’éclairait. La jeune fille ne tarda pas à deviner également la présence d’un corps astral, une lune visiblement, qui gravitait autour de la planète qui se rapprochait rapidement en grossissant.
Isil reprit le manche de son chasseur sans grand espoir et poussa un cri d’étonnement lorsque le vaisseau répondit en partie aux sollicitations des commandes en effectuant une violente embardée. L’Aurek obéissait de nouveau partiellement à son pilote.
Un instant, elle fut tentée de faire demi-tour pour essayer de retraverser la nébuleuse en direction de sa galaxie mais elle calcula vite que sans possibilité de repasser en hyperespace, elle n’avait aucune chance d’arriver vivante dans les mondes de la bordure extérieure. La seule chance de sortie qui se présentait à elle, c’était la planète qui se trouvait droit devant, en espérant qu’elle hébergeait outre une atmosphère respirable, une civilisation suffisamment avancée qui lui permettrait de réparer son vaisseau pour pouvoir repartir d’où elle venait.
Modulant sa vitesse, elle enclencha la procédure d’approche et tenta de scanner la surface de la planète orange. Quelques indicateurs clignotèrent, semblant indiquer des formes de vie dans un secteur vers lequel elle se dirigea. Boucliers thermiques au maximum, le vaisseau entra dans l’atmosphère en laissant derrière lui une longue trainée rougeoyante dans le ciel. Puis les alarmes se déclenchèrent de partout dans le cockpit et les commandes se durcirent, rendant le chasseur de plus en plus difficile à contrôler. Les coups directs qu’il avait reçu de la part du croiseur avaient dû causer plus de dégâts qu’elle ne l’avait tout d’abord supposé. D’un mouvement souple du poignet, elle enclencha les retro propulseurs pour freiner au maximum sa course et réduire sa vitesse au strict minimum. Alors qu’elle approchait de la surface de la planète son visuel se brouilla comme si le sol était en mouvement. Aucune trace nette de rivière, de ville, de forêts, de montagnes, mais une masse floue d’un jaune orangé, pratiquement uniforme. Son altitude diminua rapidement et elle s’enfonça dans une sorte de brouillard de poussière qui lui ôta toute visibilité. Isil mit en fonction le radar altimétrique en espérant qu’il fonctionnerait correctement tout en cherchant du plus profond de la Force à détecter devant elle toute forme d’obstacle. Elle sentit que la zone qu’elle abordait était pratiquement plate et dégagée de toute forme apparente et décida de se poser en augmentant la pente de descente de son appareil. Puis lorsque le radar signala le sol à une centaine de mètres elle redressa le nez du chasseur et sortit le train tout en activant les rétrofusées.
Croise les doigts ma fille, se dit-elle en se crispant dans l’attente du choc final.
Ce ne fut pas le fracas épouvantable auquel elle aurait pu s’attendre, car l’appareil toucha une surface molle sur laquelle il parut rebondir plusieurs fois avant de s’immobiliser, le nez enfoncé dans ce qu’il lui apparut comme du sable fin. Dehors la visibilité était nulle, et elle entendait gronder le vent tout autour du chasseur. Elle se rendit à l’évidence, elle venait de se poser au beau milieu d’une forte tempête de sable.

Plusieurs heures s'écoulèrent et lorsqu’enfin le vent fléchit, elle dut encore attendre que le sable qui saturait l’atmosphère veuille bien se dissiper et retomber sur le sol. Alors seulement, un peu de ciel bleu apparut à ses yeux dans un coin de la verrière qui n’avait pas été recouvert de sable.
Le classique bruit de dépressurisation accompagna l’ouverture du cockpit lorsqu’elle tira sur la manette de déverrouillage de l’habitacle. Du sable s’infiltra aussitôt dans l’appareil, mais la couche sous laquelle elle avait été ensevelie n’était que superficielle. La verrière se dressa dans le ciel azur et aussitôt un air chaud pénétra à l’intérieur du chasseur. Se libérant de son harnais de protection, la jeune fille se mit debout sur le baquet de son siège et émergea de l’Aurek. Les mains devant ses yeux pour les protéger de la clarté éblouissante du soleil, elle fit un rapide tour d’horizon avant de soupirer un brin désespérée : aussi loin que portait son regard sur trois cent soixante degrés, il n’y avait que du sable. Un désert ! Elle venait de se poser au milieu de nulle part, dans un désert de sable fin, composé d’une multitudes de dunes peu élevées qui s’étendaient jusqu’à l’horizon.
Et maintenant, tu fais quoi Isil ? pensa-t-elle en refoulant un sentiment de découragement.

Pesamment, elle se rassit dans son siège de pilote et leva l'interrupteur censé mettre le tableau de bord sous tension. Mais au lieu de l'illumination attendue, rien ne se passa. Son cœur fit un bond dans sa poitrine.
Non ! pensa-t-elle.
Elle actionna de nouveau l'interrupteur sans plus de succès. Étouffant un cri de rage, elle manœuvra plusieurs fois la tige de métal de façon presque frénétique mais l'électronique ne réagit pas plus que la première fois et resta muette. Aucun voyant ne s'alluma, aucun indicateur ne s'anima dans le cockpit. Le vaisseau n'avait pas supporté le crash et était désormais inutilisable.

Un long moment se passa dans un silence de plomb. La jeune Jedi avait la tête vide, sans idée. Elle savait qu'il lui aurait été facile de désensabler le chasseur à l'aide de la Force, mais à quoi cela servirait-il s'il refusait de fonctionner ? Quant à partir à pieds, le kit de survie ne lui permettrait pas de tenir longtemps dans un désert avec la chaleur qui s'annonçait. Les chasseurs n'étaient pas équipés pour cela. Normalement leur mission de reconnaissance devait durer une ou deux heures standard avant qu'ils ne regagne leur croiseur. Même les moyens de communication portables du bord restaient désespérément muets comme si aucune onde radio n'existait dans ce lieu. La Padawan savait qu'elle ne pouvait rester là à attendre la mort, aussi, elle enclencha la balise émettrice de l'appareil qui était restée fonctionnelle, après en avoir déployé la longue antenne et prit sur elle un petit récepteur longue portée. Ainsi, lorsqu'elle aurait trouvé du secours, il lui serait aisé de retrouver son appareil, car la balise, dont la portée était de plusieurs centaines de kilomètres, étant faire pour émettre durant de longs mois sans interruption. Une petite sacoche dans une main, elle ramassa sa bure de Jedi qui était pliée dans un coin, trop gênante pour piloter, ôta son casque et sa combinaison de vol qu'elle abandonna sur le baquet du siège, puis enjamba le bord du cockpit pour avancer sur l'aile du chasseur. Après avoir refermé la verrière du cockpit, elle sauta sur le sable.
Le silence le plus total régnait dans cet endroit, lourd et oppressant, comme si rien d'autre n'existait ailleurs. La jeune fille gravit la petite dune au pied de laquelle son chasseur s'était enfoncé espérant que d'en haut elle verrait un signe de civilisation, en se disant que n'importe laquelle ferait l'affaire plutôt que de mourir seule dans un désert.
Hélas, du haut de la dune, elle ne put voir que d'autres dunes jusqu'à perte de vue.
Dans quelle direction se diriger ?
La question était traumatisante. Si on pouvait imaginer que ce désert avait une bordure, comment savoir à quelle distance et surtout dans quelle direction elle serait la plus proche ?
La Padawan se laissa tomber sur ses genoux avant de fermer les yeux. Non pas qu'elle eut envie de dormir, mais il lui fallait essayer de sonder la Force pour tenter de trouver dans ses fils invisibles, une indication, une présence de vie. Ses pensées parcouraient l'espace dans toutes les directions dans l'espoir de ressentir quelque chose, une vibration, une intuition qui la guiderait. De longues minutes s'écoulèrent ainsi sans qu'elle bouge puis lentement, elle se releva et pivota d'un quart de tour.
Par là, se dit-elle après avoir perçu un frémissement de la Force dans cette direction.
Elle nota le gisement en regardant attentivement un mini compas puis essaya de localiser à l'horizon une dune reconnaissable qu'elle ne quitterait plus des yeux, car le danger était grand dans un désert de tourner en rond faute de repère visuel pour caler son azimut de marche. Alors elle se mit en route d'un pas régulier en essayant de résister à la tentation de courir ou de marcher de façon trop précipité pour préserver ses forces au maximum.
Une heure plus tard, elle commença à sentir la morsure du soleil sur ses jambes nues mais également sur ses épaules malgré sa tunique blanche et elle se résigna à se vêtir de sa bure de Jedi dont la capuche rabattue lui protégerait la tête.

Cela faisait des heures qu'elle marchait et le soleil commençait à redescendre vers l'horizon. La chaleur intense diminuait lentement. Le petit flacon d'eau énergisée qu'elle transportait dans sa sacoche était déjà à moitié vide. Les pas de la Padawan étaient plus lourds et la fatigue commençait à se faire sentir. Ses bottes montantes lui paraissaient soudain peser des tonnes. Il faut dire que le sable était si fin qu'à chaque enjambée, ses pieds s'y enfonçaient presque intégralement. De temps en temps Isil consultait son compas magnétique pour vérifier qu'elle suivait toujours la direction que la Force semblait lui avoir indiquée. La température chuta vertigineusement avec la tombée de la nuit. N'ayant plus aucun repère visuel pour continuer sa longue marche, Isil s'arrêta et mangea une barre vitaminée avant de s'enfouir dans le sable pour résister au froid qui commençait à se faire cruellement sentir. L'envie d'enlever ses bottes de cuir qui cuisaient ses pieds la prit, mais elle y renonça en se disant que si durant la nuit, ses pieds gonflaient, elle ne pourrait plus les enfiler. Et il était bien évidemment hors de question de marcher pieds nus dans le sable brûlant du désert !

Son sommeil fut agité de cauchemars dans lesquels elle se noyait dans une substance visqueuse alors qu'elle tentait d'attraper la main secourable d'une silhouette que ne parvenait pas à identifier. Ses mouvements étaient lents et lourds, comme si de la glue l'avait emprisonnée et cette sensation était hautement désagréable. Elle se réveilla en hurlant. L'aube pointait au-dessus des dunes en un pâle halo de couleur rose et une petite rosée recouvrait ses vêtements. En frissonnant, elle se mit debout, avala une portion de barre énergétique et but un peu d'eau avant de faire le point avec son compas. Ses muscles étaient douloureux et elle s'étira pour les désankyloser en pensant pêle-mêle à Hiivsha qui ne devait probablement pas savoir qu'elle était perdue corps et biens pour l'équipage du Defiance, à l'amiral Narcassan qui avait dû envoyer des patrouilles à sa recherche, à Maître Satèle… les images se bousculaient rapidement dans sa tête. Elle frotta vigoureusement ses cheveux blonds au-dessus de son crâne pour s'éclaircir les idées et chasser toutes ces émotions qui ne pourraient que lui brouiller les esprits. Puis, elle se remit en marche.

Les trois journées suivantes se ressemblèrent impitoyablement. La marche de la jeune fille devenait de plus en plus douloureuse et saccadée malgré son entraînement physique mais le plus difficile était de ne pas se laisser envahir par le désespoir qui s'insinuait en elle à chaque arrivée au sommet d'une dune, lorsque son regard avide qui embrassait alors l'horizon, ne rencontrait que l'infini du ciel et du sable. Toutefois, vers la fin de la cinquième journée, le paysage changea. Depuis de nombreuses heures, Isil apercevait à l'horizon autre chose que des dunes. C'était un relief montagneux à la roche ocre qui se détachait au-delà du sable jaune du désert. À quelle distance se trouvaient ces montagnes, elle n'aurait pu le dire. Elle ne voulait pas le savoir car de toute façon, c'était encore trop loin pour elle. Ses jambes se dérobèrent sous elle, et elle tomba à genoux. Elle sentit des larmes lui monter aux yeux et réprima un hoquet de désespoir avant de se coucher de tout son long sur le sable chaud. Elle allait rester là et fermer les yeux. Ça en serait fini d'elle et de tout ce qu'elle connaissait. Dans quelques semaines, le soleil aurait brulé ses chairs et blanchi ses os jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien que des haillons qui flotteraient au vent du désert sur un squelette anonyme. Comme elle aurait aimé entendre la voix de son Maître l'appeler par son nom à cet instant précis ! Cela lui était souvent arrivé lors de ses pérégrinations. Maître Beno Mahr trouvait toujours le moyen de lui parler à travers la Force lorsque tout allait mal et à chaque fois, cela lui avait donné le courage de se sortir des situations les plus périlleuses.
— Isil.
Mais non, ce n'était que son imagination. Elle releva un visage maculé de sable sur lequel deux larmes avaient tracé un sillon humide. Rien. Rien que le vent chaud sifflant entre les dunes et soulevant une fine poussière qui courait au ras du sol, comme le brouillard sur les prairies humides de son enfance de la côte des Plages d’Or entre Coronet et Tyrena, sur Corellia sa planète de naissance.
Lentement, avec un effort extrême, la jeune Jedi se souleva sur ses bras et releva son torse avant de se remettre debout. Machinalement, elle nettoya ses joues du sable qui y était collé et secoua ses vêtements.
Tu dois continuer, se dit-elle en se remettant en route avec l'allure raide d'un droïde de protocole.

La jeune fille avançait à présent mécaniquement, portée par la Force, mais épuisée, assoiffée et affamée. Malgré le rationnement draconien qu'elle s'était imposé, le petit flacon d'eau était vide depuis la veille et il ne restait plus rien des barres vitaminées que contenait le kit de survie du chasseur. Elle ne sentait plus ni ses jambes ni ses pieds qu'elle traînait comme deux boulets sur le sable brûlant. La tête toujours engoncée dans la capuche de sa bure de Jedi, elle ressentait malgré tout sur ses joues le feu de la réverbération du soleil sur le sable fin et avait bien du mal à garder les yeux ouverts. Un feu intérieur couvait sous son front et la fièvre commençait à la consumer. Seule la Force dans laquelle elle s'était réfugiée lui donnait encore la capacité d'avancer malgré l'épuisement général qui s'était emparé d'elle.
Elle marchait depuis six jours sans interruption hormis la nuit et il ne pouvait y avoir qu'une personne soutenue par la Force pour être encore capable d'avancer. Le sable se raréfia pour laisser place à une terre orangée et poussiéreuse parsemée de petits rochers usés par les vents du désert et de petits buissons rachitiques complètement secs. Le sol s'élevait à présent vers les premiers contreforts du massif montagneux qu'elle avait aperçu la veille. La roche avait succédé à la terre poussiéreuse et le sol était à présent dur et irrégulier, faisant trébucher fréquemment la jeune fille que ses jambes paraissaient ne plus vouloir supporter plus longtemps. Un de ses pieds heurta une pierre et elle tomba à genoux, laissant échapper un cri de douleur désespéré. Une irrépressible envie de dormir s'emparait d'elle et elle se serait volontiers étendue pour fermer les yeux définitivement à cet endroit. Le cri d'un oiseau l'en dissuada.
C'était le premier bruit en dehors de celui de ses pas, qu'elle entendait depuis qu'elle avait quitté son vaisseau. Levant la tête elle aperçut dans le ciel une grande silhouette noire qui planait au-dessus d'elle en décrivant de larges cercles dans le bleu immaculé du ciel. Le charognard savait que sa proie n'était pas encore morte et sa couardise naturelle lui interdisait de s'en approcher trop tôt. Mais l'instant viendrait immanquablement où sa victime cesserait de lutter contre l'inéluctable et alors viendrait son heure : l'heure du banquet !
Isil poussa, autant que ses forces le lui permettaient encore, sur ses avants bras pour se redresser et se releva avec peine en gémissant. Ses jambes lui paraissaient de bois et elle se remit en route avec grande difficulté, faisant un effort surhumain à chacune de ses enjambées. Lentement, d'une démarche hésitante, elle reprit son ascension sans plus se préoccuper de ses genoux qui saignaient, blessés par un saillant de roche lorsqu'elle avait trébuché. Un goût de poussière s'était emparé de sa bouche sèche et ses lèvres d'ordinaire si pulpeuses, s'étaient racornies et présentaient de profondes et douloureuses crevasses. Ses jambes étaient brûlées par le soleil au-dessus de ses bottes jusqu'à mi-cuisses, le reste étant protégé par sa courte tunique de Jedi.
Elle suivait un petit sentier serpentant entre des roches qui lui procuraient à présent une ombre bienfaisante, à l'abri de laquelle elle aurait bien voulu s'arrêter pour de bon. Mais à chaque fois, elle était fort heureusement parvenue à se remotiver pour continuer sa route, puisant dans la Force les dernières ressources qu'elle parvenait encore à y trouver. Elle parvint ainsi au sommet de la crête et souffla un peu grâce au faux plat qui s'ensuivait. Le sentier tournait derrière un énorme rocher puis plongeait de l'autre côté de la montagne. Isil s'arrêta en écarquillant les yeux.
Au loin s'étendait une plaine terreuse parsemée de quelques groupes d'arbres à tige non ramifiée surmontée d'un bouquet de feuilles palmées ainsi que de nombreux buissons, et traversée par le long ruban bleu bordé de vert d'une rivière longée par des berges herbeuses et boisées. De l'eau !
Une sorte de cri guttural qui n'avait presque plus rien d'humain monta à ses lèvres et troubla le silence. Une envie incoercible de se mettre à courir s'empara d'elle, et elle s'élança imprudemment dans la pente du sentier vers ce qui lui apparaissait comme le salut le plus divin. C'était sans compter sur la fragilité de ses membres inférieurs qui se dérobèrent sous elle à la première pierre. Isil tomba en avant et roula sur une dizaine de mètres avant que sa tête ne heurte un gros caillou. Sa vision s'obscurcit et une myriade de points lumineux se mit à danser devant elle. Elle se sentit tomber dans un puits sans fin.
Une douleur vrillante la ramena à elle. Une grande masse noire était penchée au-dessus d'elle et tentait de lui enfoncer quelque chose dans le flanc. Elle hurla autant que ses forces et son gosier le lui permirent. Le charognard battit des ailes et recula d'une dizaine de mètres en secouant la tête comme s'il voulait protester contre cette proie qui n'en finissait plus de mourir. Visiblement son repas n'était pas encore tout à fait prêt. Peu importe, il avait le temps et patienterait.
Le coup de bec avait insufflé à la Padawan une poussée d'adrénaline qui lui permit de se relever en vacillant. Le sang tambourinait dans sa tête et elle porta les mains sur ses tempes pour essayer de diminuer la douleur qu'elle ressentait. Lorsqu'elle les retira, l'une de ses paumes était couverte de sang. Du bout des doigts, elle palpa l'entaille qu'elle s'était faite en tombant et sentit le liquide tiède qui s'écoulait jusque sur sa joue. Maladroitement elle reprit sa route en faisant attention à chacune de ses enjambées pour éviter une nouvelle chute.
Il lui fallut trois nouvelles et interminables heures de marche d'une souffrance terrible pour atteindre l'herbe qui s'étendait de chaque côté de la rivière. Une marche effectuée par la seule volonté de la Force, les yeux hagards, le regard vide, comme un automate déboussolé. Enfin, elle parvint au bord de l'eau sans même paraître remarquer les gros animaux cornus qui la regardaient de leurs yeux noirs, s'arrêtant de brouter leur maigre pâture devant cette soudaine apparition. La Padawan se laissa tomber à genoux sur le tapis vert et plongea ses mains tremblantes dans l'onde bienfaisante avant de les porter maladroitement à ses lèvres desséchées. L'eau s'écoula dans sa gorge comme la plus merveilleuse substance qui lui avait jamais été donnée de boire. Elle replongea ses mains dans la rivière pour asperger son visage brûlant de fièvre avant de se pencher sur ses avants bras et d'enfoncer avidement sa tête dans l'onde claire.
Elle ne put s'empêcher de boire plusieurs grandes gorgées avant de se redresser puis de se retourner pour s'allonger sur le dos, la nuque dans l'eau fraîche. Ses idées tourbillonnaient dans sa tête douloureuse et les arbres penchés au-dessus d'elle dansaient devant ses yeux. Des souvenirs revinrent dans ses pensées, nombreux, rapides, comme les images d'un film visionné en accéléré mais à l'envers. Le combat contre les intercepteurs Sith, le Defiance, son combat avec Jaster Darillian sur Corellia, l'incinération de son Maître sur Tython, son emprisonnement sur Coruscant, Korka, son enseignement de Padawan, tout son passé défila en remontant le temps devant ses yeux à la vitesse d'un express avant que son esprit ne s'enfonce dans un trou noir.
Puis elle perdit connaissance.
_____________________________
* Voir le tome 1 des aventures d'une jeune Jedi : Le cercle Sombre

Chapitre suivant
Dernière édition par Hiivsha le Lun 10 Juin 2013 - 16:25, édité 15 fois.
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Notsil » Mer 12 Déc 2012 - 15:36   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Ah, la suite des aventures d'Isil :)

Le prologue nous plonge cash dans l'action, tandis que ce premier chapitre lance la machine de l'intrigue.
Je n'ai pas vu la version avec les tirets, mais c'est vrai qu'il y en a beaucoup sur ton tome 1, il me semblait qu'avec le format justifié de word on en évitait la plupart ?

Pour les remarques, je dirais qu'un petit rappel du temps total qu'Isil a passé à errer dans l'espace serait le bienvenue. Car on enchaine les "plusieurs heures" ^^
De mémoire, un Jedi "en transe" peut tenir un petit paquet de jours en mode "survie".
Pour son retour dans l'espace normal, tu dis qu'elle ne voit rien avant de décrire la nébuleuse + de multiples points scintillants. Or, je pense que même hors galaxie, on doit pouvoir voir les étoiles ou les formations d'autres galaxies, puisque de notre Terre on voit bien autre chose que notre voie lactée.

Pour sa traversée du désert, il aurait peut-être été mieux qu'elle marche de nuit, mais c'est vrai que chercher à dormir en plein soleil sans ombre c'est pas bon non plus ^^
En tout cas elle sait que la nuit il y fait froid ;) (du coup elle peut garder ses bottes pour avoir chaud, et non par crainte que ses pieds gonflent, avec le froid ?).
Je crois me souvenir que prendre une dune comme point de repère dans un désert de sable, ce n'est pas la meilleure des idées (ça bouge les dunes :p), m'enfin peut-être qu'elle ne le sait pas ^^

J'ai cru au départ que la jolie vallée de la fin serait un mirage ^^ m'enfin heureusement que la jeune Jedi voit enfin le bout du tunnel :)

Bon, tu finiras par retrouver l'inspiration à un moment ou un autre (pour ma part il me suffit souvent de dévorer quelques bouquins ^^), en tout cas, je suivrais cette histoire avec plaisir :)
"In the last, lorn fight against the fall of long night, the mountains stand guard, and the dead shall be ward, for the grave is no bar to my call." Robert Jordan, The Wheel of Time.
Notsil
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1826
Inscription: 24 Mar 2006
Localisation: Dans un livre
 

Messagepar Hiivsha » Mer 12 Déc 2012 - 17:03   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Notsil a écrit:Ah, la suite des aventures d'Isil :)

Le prologue nous plonge cash dans l'action, tandis que ce premier chapitre lance la machine de l'intrigue.
Je n'ai pas vu la version avec les tirets, mais c'est vrai qu'il y en a beaucoup sur ton tome 1, il me semblait qu'avec le format justifié de word on en évitait la plupart ?


Pour le tome 1 j'avais la césure automatique de Word activée d'où les mots coupés. Il suffit de la désactiver pour l'éviter, ce que j'ai fait pour le tome 2 avant de refaire un copier-coller du prologue.

Notsil a écrit:Pour les remarques, je dirais qu'un petit rappel du temps total qu'Isil a passé à errer dans l'espace serait le bienvenue. Car on enchaine les "plusieurs heures" ^^
De mémoire, un Jedi "en transe" peut tenir un petit paquet de jours en mode "survie".
Pour son retour dans l'espace normal, tu dis qu'elle ne voit rien avant de décrire la nébuleuse + de multiples points scintillants. Or, je pense que même hors galaxie, on doit pouvoir voir les étoiles ou les formations d'autres galaxies, puisque de notre Terre on voit bien autre chose que notre voie lactée.


Mmmmoui... je vois ce que tu veux dire. De notre Terre à l’œil nu, on ne peut voir que la galaxie d'Andromède et encore si on regarde dans la bonne direction. "Il faut être resté dans l'obscurité au moins 30min pour que nos yeux soient habitués, utiliser la vision périphérique, c'est à dire regarder légèrement à coté de ce que l'on veut voir car on utilise dans ce cas une partie de l’œil plus sensible à la lumière, et savoir où regarder. M31 est située dans une zone assez peu fournie en étoiles visibles à l’œil nu ce qui la rend difficile à voir pour un novice. Pour finir sa taille est supérieure à celle de la pleine lune donc ne cherchez pas un point mais plutôt une tache laiteuse très peu lumineuse. "
Si on peut voir Andromède à l'oeil nu, c'est donc plutôt plus une vague "tache blanchâtre" minuscule que des étoiles bien définies qui scintillent... et à condition de regarder parfaitement dans la bonne direction. Ce qu'on voit à l’œil nu, hormis Andromède, sont toutes des étoiles de la Voie Lactée. Ce n'est qu'au télescope qu'on peut voir une multitude de galaxies et leurs étoiles.

Si Isil se trouve avec sa galaxie dans son dos, dans une direction où les plus proches galaxies sont si éloignées qu'à l’œil nu on ne peut les voir facilement, l'impression du "néant" devant elle peut s'expliquer. Surtout qu'elle sort de l'hyperespace et que peut-être ses repères visuels, pollués si ça se trouve par les lumières de son cockpit, ne sont pas affinés comme ceux d'un astronome travaillant dans le noir.

Mais comme je trouve que ta remarque est censée, je vais ajouter un mot à ma phrase pour moduler la sensation de "vide" qu'elle engendre :
"Elle balaya l’immensité de l’espace d’un regard circulaire mais ne vit rien d'immédiat sinon, droit devant elle, une étrange et immense nébuleuse" :wink:

Notsil a écrit:Pour sa traversée du désert, il aurait peut-être été mieux qu'elle marche de nuit, mais c'est vrai que chercher à dormir en plein soleil sans ombre c'est pas bon non plus ^^
En tout cas elle sait que la nuit il y fait froid ;) (du coup elle peut garder ses bottes pour avoir chaud, et non par crainte que ses pieds gonflent, avec le froid ?).
Je crois me souvenir que prendre une dune comme point de repère dans un désert de sable, ce n'est pas la meilleure des idées (ça bouge les dunes :p), m'enfin peut-être qu'elle ne le sait pas ^


Pour le coup de ne pas marcher la nuit, je m'en explique :
"La température chuta vertigineusement avec la tombée de la nuit. N'ayant plus aucun repère visuel pour continuer sa longue marche, Isil s'arrêta et mangea une barre vitaminée avant de s'enfouir dans le sable pour résister au froid qui commençait à se faire cruellement sentir."

Et comme tu dis, immobile en plein soleil, ça le ferait pas non plus. :)

Pour les bottes, c'est plus pour "soulager" ses pieds - "L'envie d'enlever ses bottes de cuir qui cuisaient ses pieds la prit" - car des bottes d'aviateur ne sont pas forcément faites pour de longues marches sous le soleil... des pieds lésés vont gonfler, même pendant la nuit froide et le lendemain, pour remettre les bottes, tintin. :wink:

Enfin, je veux bien que les dunes bougent dans un erg sous l'effet du vent, mais elles ne bougent à non plus à vu d’œil, surtout quand il n'y a pas de vent. L'horizon portant à environ 30/40 km, Isil va forcément prendre un point de repère de quelques kilomètres, soit pour une heure de marche à peu près avant de refaire le point au compas et de prendre un nouveau point de mire. La dune prise pour repère n'a quand même pas le temps de s'en aller entretemps ! (100 m par an pour les plus "rapides") :D

Merci infiniment pour tes remarques, car c'est toujours intéressant de savoir quels questionnements vont se poser au lecteur quand les choses sont claires - il vaut mieux - à l'esprit de l'auteur. :jap:

PS : Pour le temps passé à l'éloigner de la galaxie, c'est intentionnel que je n'ai pas été plus précis. Ça évite les tentatives de calculs d'apoticaires :lol: Il s'est écoulé quelques heures :wink:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Mer 12 Déc 2012 - 20:17   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Ce premier vrai chapitre me plait bien plus que le prologue :) On est seul avec Sisil, on se met sans problème dans la peau de Sisil pour endurer tout cela avec elle, l'histoire a pris un virage à 180° qui peut s'avérer passionnant, tu vas avoir la possibilité d'inventer bien plus que dans le tome 1... Là, ça me va très bien.

qui y'avait-il au-delà de la galaxie ?


Tu es sûr que tu ne préfères pas "Qu'y-avait-il" ?

Beno Mahr, tué quelques mois plus tôt de la main d'un seigneur Sith lors d'une mission sur Coruscant .


L'espace avant le point représente le cosmos autour d'une planète ? :x

Elle savait au plus profond d'elle-même que, quelle que soit la position de l'Ordre à ce sujet, elle éprouvait pour lui un profond sentiment d'attachement et même d'amour qu'elle ne pourrait jamais totalement effacer de son cœur. D'ailleurs, le voulait-elle vraiment ? En fin de compte, elle n'était pas d'accord avec ses Maîtres et se sentait capable d'assumer l'amour d'un homme et ses missions de Jedi. Oui, il était possible de dissocier l'un et l'autre et ce de façon lucide !


N'est-ce pas un peu rapide pour revenir sur une position à laquelle elle a déjà beaucoup réfléchi ?

Tout le vaisseau semblait électrifié et en proie à des sortes de feux follets qui dansaient sur chaque protubérance, chaque angle, chaque antenne du chasseur tels de petits farfadets.


Je vois qu'on fait un effort sur les figures de style :lol: C'est bien !

pour vérifier qu'elle suivait bien toujours la direction que la Force semblait lui avoir indiquée.
*

Je n'aime pas trop le "bien" et le "toujours" ensemble...

Rien que le vent chaud sifflant entre les dunes et soulevant une fine poussière qui courait au ras du sol comme le brouillard sur les prairies humides de son enfance de la côte des Plages d’Or entre Coronet et Tyrena,


Manque un peu de ponctuation^^

Mais l'instant viendrait immanquablement où sa victime cesserait de lutter contre l'irrémédiable


Est-ce vraiment de savoir si on peut y remédier qui compte ici ? Inévitable, inéluctable, inexorable ?
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5494
Inscription: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Hiivsha » Mer 12 Déc 2012 - 20:56   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Merci Mitth... en corrigeant, j'ai aussi trouvé "la sable chaud" que je me suis empressé de corriger. :wink:

"qu'y avait-il au-delà de la galaxie ?" => mais bien sûr, où avais-je la tête ! :oops:

L'espace avant le point représente le cosmos autour d'une planète ? => non, juste un renvoi de bas de page que le copier-coller Word => Forum n'a pas repris :P

N'est-ce pas un peu rapide pour revenir sur une position à laquelle elle a déjà beaucoup réfléchi ? => tu as raison, je vais être plus nuancé :
"Elle savait au plus profond d'elle-même que, quelle que soit la position de l'Ordre à ce sujet, elle éprouvait pour lui un profond sentiment d'attachement et même d'amour qu'elle ne pourrait jamais totalement effacer de son cœur. D'ailleurs, le voulait-elle vraiment ? À force de se torturer l'esprit, elle se sentait en désaccord avec ses Maîtres et plus le temps passait, plus elle pensait être capable d'assumer l'amour d'un homme et ses missions de Jedi. Il ne s'était pas écoulé un jour depuis sa séparation d'avec le contrebandier sans qu'elle n'y pense : il devait bien être possible de dissocier amour et Code et ce, de façon lucide !"

Le reste est corrigé et j'ai choisi "inéluctable" ;)
:jap:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Dark Sheep » Jeu 20 Déc 2012 - 14:34   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

On peut dire que la jeune blondinette n'est pas dans une situation des plus confortables :siffle:
Ce chapitre nous permet de revenir sur le point important des aventures précédentes d'Isil, à savoir son amour pour un homme et la contradiction avec le code des jedi.
La planète sur laquelle nous avons atterri en compagnie de la padawan nous réserve certainement des surprises ; je me demande quelles formes de vie la peuplent, et quelles civilisations elle porte... :)
Pour l'instant nous n'avons pas vu grand-chose, alors je patiente :wink:
J'espère que nous en apprendrons plus sur les missions d'exploration du Defiance et ce qu'il s'est passé depuis la fin du premier tome.
Mouton déjanté scénariste et chorégraphe...

"Cette galaxie a besoin d'un sauveur, pas d'un héros."
Dark Sheep
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Inscription: 20 Avr 2007
Localisation: à l'origine le pâturage pas loin de chez toi... mais mon envie de liberté a triomphé
 

Messagepar Hiivsha » Mer 26 Déc 2012 - 18:44   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Question : est-ce que c'est choquant si j'utilise dans mon roman le terme : cheval/chevaux ?
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Mer 26 Déc 2012 - 20:47   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Hiivsha a écrit:Question : est-ce que c'est choquant si j'utilise dans mon roman le terme : cheval/chevaux ?


Tout dépend le contexte, mais les allusions à des animaux bien de chez nous sont assez nombreuses dans l'univers de Star Wars, que ce soit en VF (chasseurs Vautour, Caméléons, etc) ou en VO (snakes, bees, spiders, beetles, bugs, etc)

:jap:
Raphus cucullatus

Staffeur Comm' / Modérateur
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9305
Inscription: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar Hiivsha » Mer 26 Déc 2012 - 21:34   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Le contexte ? Par exemple si sur la planète sur laquelle a atterri Isil il y a des chevaux qui servent de moyen de locomotion aux êtres qui peuplent cette planète... tout simplement.
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Dark Sheep » Jeu 27 Déc 2012 - 11:01   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

J'aurais tendance à dire que ta jedi est arrivée sur une planète inconnue, d'une galaxie "inconnue"... il pourrait donc très bien y avoir des chevaux ! En revanche elle ne pourrait pas les reconnaître comme tels avant qu'un autochtone ne lui ait dit ce qu'est un "cheval". :lol:

Pour ma part je dirais que TU (narrateur) peux nous les décrire comme "des équidés", et donner un nom spécifique à la sous-espèce que tu introduis. Quitte à dire que les autochtones les appellent "chevaux" ;)
Mouton déjanté scénariste et chorégraphe...

"Cette galaxie a besoin d'un sauveur, pas d'un héros."
Dark Sheep
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Inscription: 20 Avr 2007
Localisation: à l'origine le pâturage pas loin de chez toi... mais mon envie de liberté a triomphé
 

Messagepar Hiivsha » Jeu 27 Déc 2012 - 11:07   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Ainsi en sera-t-il...

Question subsidiaire : Quelle origine les Jedi donnent-ils au mot "chevalier " qu'ils emploie directement dans leurs dialogues ? :whistle: (juste pour chipoter un peu :paf: )
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Vaxude » Jeu 27 Déc 2012 - 11:42   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Ça y est, j'ai enfin trouvé le temps de lire ce prologue et ce premier chapitre.
Que dire qui n'ait pas déjà été dit ? Pas grand chose somme toute. Prologue digne d'un bon vieux Star Wars dans lequel le texte déroulant s'efface au profil d'une belle bataille spatiale ; et premier chapitre en prenant le contre pied et posant le décor de fort belle manière. Elle en bave, cette pauvre Isil :transpire:

Sinon, le bref flashback/résumé de ses aventures passées en fin de chapitre m'a donné envie d'aller lire le tome 1. Il va falloir que je trouve le temps pour, mais ça va se faire .
Et au moins maintenant je sais d'où vient ton pseudo :roll:

Ah, et juste pour chipoter (vraiment), je pense que tu as oublié de justifier ton premier chapitre comme tu l'avais fait pour ton prologue. Cela donne toujours mieux :wink:

Et concernant les chevaux, en ce qui me concerne je pense que pour rester dans le style Star Wars les chevaux tels quels détonneraient un peu. Mais c'est mon opinion personnelle hein. "Des animaux en tout points semblables à des chevaux" peut-être ? :neutre:

A quand la suite ? :)
"- Alors comme ça, tu m’appelles maître seulement quand je dois prendre les décisions hein ?
- Fine déduction, maître."
Vaxude
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66
Inscription: 20 Nov 2012
 

Messagepar Nicravin » Jeu 27 Déc 2012 - 12:17   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Vaxude a écrit:A quand la suite ? :)

Sinon, tu peux lire le début. :D
Je ne dis pas que la femme est méchante, je dis que l'homme est con.
Jacques Brel
Nicravin
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3826
Inscription: 17 Juin 2011
Localisation: Entre kikoo et boulayland
 

Messagepar Dolarn Sarkan » Jeu 27 Déc 2012 - 15:16   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Hiivsha a écrit:Question subsidiaire : Quelle origine les Jedi donnent-ils au mot "chevalier " qu'ils emploie directement dans leurs dialogues ? :whistle: (juste pour chipoter un peu :paf: )



Les Jedi parlent anglais et utilisent donc le terme Knight, dérivé du vieil anglais Cniht signifiant "servant/serviteur" ou "garçon", dans le sens de "jeune homme" (C'est ainsi que le mot Knighthood désignera la période de l'adolescence pendant quelques décennie).
Cela dit, si l'on s'en réfère au terme de "chevaleresque", qui désignerait l'esprit d'un Jedi (digne de ce nom), le terme anglais Chivalry est un emprunt tardif (XIIIème siècle) au français Chevalerie qui, là, pour le coup, est associé au cheval (et aux hommes qui les montaient). On doit très certainement cela à la culture Latine qui le tenait des Grecs où la racine hipp- était employée dans les noms des individus de classes élevées.

Bref, si on se limite aux Chevaliers Jedi, en VO donc, il n'y a pas réellement de rapport avec l'animal.


:jap:
Raphus cucullatus

Staffeur Comm' / Modérateur
Dolarn Sarkan
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 9305
Inscription: 02 Mar 2001
Localisation: Lvgdvnvm
 

Messagepar Vaxude » Jeu 27 Déc 2012 - 16:02   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Vaxude a écrit:
A quand la suite ?


Sinon, tu peux lire le début.


Je viens de finir la première partie (les 15 premiers chap' il me semble), et je fait une ch'tite pause pour aujourd'hui. Mais je pense que demain j'aurais fini le tout. C'est pour ça que je demandais quand la suite viendrait :roll:

Sinon, petite question : pour le tome un, je déterre le post pour le commenter dans le fil de discussion original, ou je le fais ici ? :)
"- Alors comme ça, tu m’appelles maître seulement quand je dois prendre les décisions hein ?
- Fine déduction, maître."
Vaxude
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66
Inscription: 20 Nov 2012
 

Messagepar Nicravin » Jeu 27 Déc 2012 - 17:00   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Vaxude a écrit:Je viens de finir la première partie (les 15 premiers chap' il me semble), et je fait une ch'tite pause pour aujourd'hui. Mais je pense que demain j'aurais fini le tout. C'est pour ça que je demandais quand la suite viendrait :roll:

Pas la peine de sortir le smiley :roll: , c'était pas méchant. :wink:
Je ne dis pas que la femme est méchante, je dis que l'homme est con.
Jacques Brel
Nicravin
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3826
Inscription: 17 Juin 2011
Localisation: Entre kikoo et boulayland
 

Messagepar Vaxude » Jeu 27 Déc 2012 - 17:11   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Je ne vois pas en quoi conseiller de lire une bonne Fan Fiction peut être méchant :wink:
"- Alors comme ça, tu m’appelles maître seulement quand je dois prendre les décisions hein ?
- Fine déduction, maître."
Vaxude
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66
Inscription: 20 Nov 2012
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Jeu 27 Déc 2012 - 18:02   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Sinon, petite question : pour le tome un, je déterre le post pour le commenter dans le fil de discussion original, ou je le fais ici ? :)


Le tome 1 étant archivé, le commentaire se fait ici en principe, mais ça ne paraîtrait pas incohérent non plus de le faire ici, comme tu veux :wink:
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5494
Inscription: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Hiivsha » Jeu 27 Déc 2012 - 21:51   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Curieux que le tome 1 ait rejoint les archives... j'avais lu que les archives étaient pour les FF non achevées...

Dolarn Sarkan a écrit:Ici, votre Staff préféré va trier, entreposer et entretenir (si si, Darkwilliam est un pro du chiffon) toutes les FF qui ne sont pas terminées (depuis des lustres), qui sont abandonnées (depuis des... lampadaires ?) ou encore qui ne sont même pas commencées (oui, dans le fond, on vous a reconnu).


ce auquel DW a ajouté :

Darkwilliam a écrit:Pour préciser les déclarations de Lord Sarkan, je dirai juste que ce processus sera probablement assez long, le temps de déterminer quels topics seront archivés, permettant ainsi de rendre cette partie du forum plus lisible et mettant de fait en valeur les FF terminées ou en construction actives. :wink:


et je souligne doublement "terminées".

En gros, les archives permettent de voir plus clair dans le forum des FF en ne laissant sur le forum FF que les FF actives ou achevées... ce qui est le cas du Tome 1 des aventures d'Isil.

Pourquoi ne pas l'avoir laissée en forum FF puisqu'elle est complète ? A moins qu'entretemps, le "but" du forum "archives" ait évolué sans que cela n'ait été marqué quelque part ? :whistle:

Comment ça, j'ergote ? :pfff:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Nicravin » Jeu 27 Déc 2012 - 22:18   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Hiivsha a écrit:Curieux que le tome 1 ait rejoint les archives... j'avais lu que les archives étaient pour les FF non achevées...

C'était...avant Jagen.
De mémoire (et si j'ai bien compris), Jagen avait voulu séparer les FFs en trois avec une Bibliothèque contenant les FFs finies, une partie "normale" avec les FFs en cours et une partie Archives avec tout le reste mais vu que ça ne s'était pas fait pour une foultitude de raisons, il a décidé de faire une partie "en cours" et une partie "archives" où il a rangé tous les topics un peu mort. :transpire:
Je ne dis pas que la femme est méchante, je dis que l'homme est con.
Jacques Brel
Nicravin
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3826
Inscription: 17 Juin 2011
Localisation: Entre kikoo et boulayland
 

Messagepar Hiivsha » Jeu 27 Déc 2012 - 22:24   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

C'est dommage, cela interdit la critique a posteriori mais méritée des œuvres qui - elles au moins - ont été jusqu'à leur achèvement ! :paf:

Parce que là, ça fait un peu...

... fosse commune ! :whistle:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Nicravin » Jeu 27 Déc 2012 - 22:54   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Hiivsha a écrit:C'est dommage, cela interdit la critique a posteriori mais méritée des œuvres qui - elles au moins - ont été jusqu'à leur achèvement ! :paf:

Parce que là, ça fait un peu...

... fosse commune ! :whistle:

Bah...
T'as pas tort. :transpire:
Je ne dis pas que la femme est méchante, je dis que l'homme est con.
Jacques Brel
Nicravin
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 3826
Inscription: 17 Juin 2011
Localisation: Entre kikoo et boulayland
 

Messagepar Hiivsha » Ven 28 Déc 2012 - 22:42   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Retour au sommaire
Chapitre précédent

Image
Lire sur CALAMEO
Télécharger au format EPUB ou PDF
(N'oubliez pas de vider le cache de votre explorateur
pour recharger la version la plus récente)


2 – Matin radieux




Plusieurs jours après qu'Isil se fut écroulée à bout de force au bord d'une rivière, un hurlement de souffrance déchira le silence des sombres tunnels qui serpentaient dans les sous-sols de la forteresse, dressée à l’ombre des hautes falaises de roche rouge, au centre du désert de Sang. Il résonna dans les souterrains comme un sinistre cri d’agonie qui n’avait plus rien d’humain. Derrière d’épais barreaux rouillés par les ans, de pauvres hères décharnés, dans des habits en loques, les yeux hagards, le corps stigmatisé par les mauvais traitements et la privation, reculèrent prudemment en tremblant au fond de leur cellule. Pareils à des morts-vivants, ils lancèrent des regards furtifs et craintifs à droite et à gauche en frissonnant de peur, comme s’ils redoutaient de voir apparaître d’un moment à l’autre, une vision d’horreur.
Le cri se répéta et, à leur tour, quelques-uns des prisonniers se mirent à hurler comme de pauvres déments, certains en se cognant la tête contre les murs humides de leur cachot. D'autres se mirent à gémir et à pleurer en marmonnant des paroles incompréhensibles avant de se recroqueviller dans un coin sombre au milieu de leurs excréments.
Enfin, le silence retomba sur les pierres muettes, tragique comme le linceul obscur d'une chape de plomb qui se referme lourdement sur un cercueil abandonné.
— Il ne dira rien, Maître, laissa tomber un petit homme ventripotent et torse nu qui regardait le prisonnier, allongé sur une table sommaire équipée d’appareils complexes qui ne cachaient rien de leur sombre dessein.
L’homme qui venait de parler avait le corps recouvert d’une couche de sueur grasse et repoussante dans laquelle la poussière des lieux s'était incrustée. De nombreuses cicatrices parcouraient ses chairs. L’une d’elle barrait un œil gauche dont il ne restait plus qu’un globe oculaire mort, entièrement vitreux. Sa bouche était tordue sous l’effet d’une profonde balafre qui tiraillait la lèvre inférieure vers le bas en un rictus permanent et sinistre. Il tenait dans une main, un instrument ressemblant à un manche, relié d'un côté à des fils électriques et terminé de l'autre par une masse spongieuse et humide. Comme l’homme à qui il s’adressait et qu’il venait d’appeler Maître, ne répondait rien, il avança de nouveau son appareil vers le corps nu du prisonnier qui le fixait de deux grands yeux exorbités par la terreur. Appliquant la partie spongieuse sur le corps immobile, il effectua de larges mouvements latéraux. Aussitôt sa victime se remit à hurler de douleur. Son corps fut saisit de spasmes violents et tressauta anarchiquement malgré les liens qui lui enserraient les quatre membres. La douleur des muscles qui se tétanisaient paraissait à l'évidence intolérable et une écume rougeâtre s’écoula d’entre les lèvres crispées du torturé qui perdit soudainement connaissance.
Le bourreau regarda avec crainte le Maître par en-dessous, en faisant le dos rond comme s’il redoutait d’être roué de coups. L’homme qui semblait lui inspirer tant de crainte, était grand et longiligne. Dans la maturité de l'âge, il se tenait très droit, dans de grands habits de soie violette brodés d'or, qui recouvraient ses pieds et dont les amples manches dissimulaient la moitié de ses longues phalanges élégantes, presque féminines. Les traits de son visage étaient réguliers, avenants ; ses cheveux bruns coiffés en brosse, très légèrement poivrés d'argent, ornaient un front volontaire qui surplombait deux yeux bleu-gris rieurs — ce qui expliquait sans doute les petites rides qui en plissaient les coins — mais qui à l'instant présent avaient la dureté et la froideur de l'acier. Des fossettes marquaient ses joues et le milieu de son menton imberbe. Sa bouche mince, qui se relevait souvent aux commissures des lèvres dans un sourire séducteur, paraissait au serviteur, à ce moment précis, tranchée sinistrement à coup de lame de rasoir.
— Ranime-le, imbécile !
Sa voix calme mais sans appel avait claqué dans le silence froid et humide de la pièce. Tandis que le serviteur s'affairait autour de sa victime, après avoir été chercher sur une servante de bois une grande seringue remplie d'un liquide bleuté, la longue silhouette se mit à faire les cent pas en tournant en rond au milieu de la salle comme un fauve en cage. Il continua à voix basse comme s'il se parlait à lui-même.
— Quel entêté de prêtre ! Encore un qui va mourir sans lâcher une seule information utile. Des fanatiques, tous autant qu'ils sont ! Damnés prêtres, préférer mourir en préservant leur secret au lieu de collaborer avec mon extraordinaire puissance et ma suprême intelligence !
Il s'immobilisa et, s'emportant soudain, se retourna violemment vers la table de torture en levant les bras au ciel.
— Où est-elle? cria-t-il hors de lui.
Le serviteur se fit tout petit tandis qu'il examinait le prisonnier. Les doigts tremblants, il acheva l'injection avant de jeter la seringue dans un coin. Puis il saisit le poignet de sa victime, l'air préoccupé, pour tenter à l'évidence d'en détecter le pouls. Enfin, une terreur sans nom s'empara de lui quand il comprit l'amère vérité. Le visage décomposé, il leva la tête vers l'homme en habits violets et balbutia au comble de la peur.
— Il… il est mort, Maître…
Un cri rauque s'échappa et déchira les lieux.
— Rhaaaaaaaaaaaa !
Le serviteur reprit d'une voix fantomatique presque inaudible.
— Pitié Maître, je suis désolé… ce n'est pas ma faute…
L'homme fit un pas en avant.
— Je sais, finit-il par laisser tomber d'un air las. Mais tu m'as mal servi, c'est impardonnable. Pourquoi faut-il qu'à chaque fois que je m'approche de ce secret, le sol se dérobe sous mes pieds ?
Il leva les yeux au ciel, cherchant sans doute la réponse dans une improbable inspiration. Lentement, ses bras se tendirent en direction du pauvre hère qui tremblait comme une feuille morte au vent de l'hiver et des éclairs bleutés zébrèrent l'espace, prenant naissance au bout de ses doigts manucurés. Ils transpercèrent le corps du serviteur bientôt soulevé dans les airs puis secoué de spasmes, tandis que des hurlement de douleur jaillissaient de sa gorge terrifiée. Cela ne dura que quelques secondes, puis l'homme fit un geste de la main qui propulsa son serviteur contre le mur humide de la prison, avant qu'il ne glisse sur le sol, assis comme un pantin qu'on vient d'abandonner à la fin du spectacle.
— Je suis désappointé, Mornar, grinça l'homme entre ses dents.
— Je… je suis désolé Maître, répondit douloureusement le pantin de chair qui tentait de se relever en se frottant les reins. Cela n'arrivera plus, je vous le promets. On finira bien par trouver quelqu'un qui sait.
Il y eut un petit rire saccadé qui sortit de la gorge de l'homme.
— Oui, on trouvera bien quelqu'un qui sait…
Il serra le poing devant lui et le tourna comme s'il tordait le cou à un volatile.
— … et qui avouera. Il suffit juste que je trouve la bonne personne pour cela. Il ne sera pas dit que moi, Zarek, le plus puissant magicien d'Edena, je ne puisse la trouver, où que ce damné chien de Calem ait pu la dissimuler… dussé-je retourner chaque caillou de cette foutue planète, j'en fais le serment : je la trouverai !
*
* *

Loin de ce sinistre endroit, plus au nord, c'était jour de marché dans la grande ville blanche qui s'étalait comme à l'infini dans la plaine verdoyante d'Amar. Les rues étaient bondées à l'approche des places envahies par les étalages des marchands en tout genre, qui criaient à qui mieux mieux pour vanter leurs marchandises et attirer le client. Sous le soleil du petit matin, Edinu rayonnait de mille couleurs chatoyantes et fleurait bon les innombrables parfums qui s'entremêlaient dans un panachage frais et subtil.
De la terrasse, où sa vue pouvait embrasser une grande partie de la ville, Sali respirait à pleins poumons l'air matinal, dans lequel la brise odorante, venue de la terre, rencontrait l'air iodé de la mer toute proche. La jeune fille, au visage d'ange, s'étira longuement dans sa chemise de nuit bleu pâle avant de se retourner, un sourire de ravissement aux lèvres.
— J'aime l'odeur du matin en cette saison, lança-t-elle gaiement en virevoltant sur elle-même, les bras écartés. Ses nuances parfumées sont un délice pour mes narines, ne trouves-tu pas Namina ?
Occupée à ranger l'immense chambre à coucher somptueusement décorée, l'interpelée ne répondit pas et se contenta d'accrocher une longue robe de soirée sur un cintre, avant de la disposer dans une belle armoire de bois précieux richement orné de filets d'or.
— Tu pourrais me répondre quand je m'adresse à toi, protesta Sali les bras croisés, avec un petit air pincé accompagné d'une moue.
L'autre femme, d'une cinquantaine d'années, se retourna et sourit à la jeune fille.
— Je vous demande pardon, princesse, mon esprit était loin d'ici. Je n'ai pas entendu votre question.
Sali plissa le nez avant de le tordre et de décroiser ses bras.
— Ça ne fait rien… tu ne sauras donc jamais ce que je viens de te dire…
— Tant pis pour moi, princesse, soupira la femme, si je meurs ce soir, je mourrai avec un grand point d'interrogation dans ma tête.
La jeune fille se mit à sourire et s'avança jusqu'à celle qu'elle appelait Namina pour la prendre dans ses bras.
— Je t'interdis de mourir ce soir… ou un autre soir d'ailleurs, fit-elle d'une voix câline en se blottissant contre la femme.
— Bon alors, un matin ? suggéra cette dernière avec un sourire en coin.
Sali se recula de quelques centimètres pour la regarder.
— Ni un matin, ni un soir, ni même une nuit, je ne veux pas que tu meures un point c'est tout !
— Comme vous voudrez, princesse.
La jeune fille prit un air faussement excédé et leva la tête dans un geste hautain.
— Et je n'aime pas que tu m'appelles comme ça, sinon moi je t'appelle nounou !
Elles se mirent à rire toutes les deux avec une évidente complicité.
— C'est entendu, ma petite Sali, tes désirs étant des ordres, je ne t'appellerai plus comme ça… surtout que j'ai horreur quand tu me donnes du nounou !
Namina pinça affectueusement le nez de Sali qui se planta au-milieu de la pièce avant de laisser choir sa chemise de nuit. C'était une splendide jeune fille au corps élancé, dont le visage fin et les attraits évidents rendaient jaloux chacun des regards qui se posaient sur elle.
— Suis-je jolie ? interrogea-t-elle malicieusement en se tournant vers sa nounou.
— Tu es adorable Sali, répondit cette dernière en levant les yeux au ciel, mais tu sais, l'orgueil ne sied guère à une jeune fille comme il faut. Ce n'est pas parce que dame nature t'a fait don d'un corps parfait, que tu dois sombrer dans la vanité !
La jeune fille baissa les yeux en tordant ses lèvres et murmura de façon à peine audible.
— Oui nounou.
Namina s'approcha d'elle et lui embrassa une joue.
— Allons, quelle robe veux-tu mettre aujourd'hui ?
— Une robe ? Encore ? Mais j'aimerais pouvoir aller au marché comme n'importe qui dans cette ville. Ne puis-je mettre un pantalon et une tunique ? Je mettrai un turban sur ma tête pour qu'on ne voit pas mes cheveux.
Namina regarda la longue chevelure d'or de Sali, qui tombait comme une cascade sur ses épaules en ondulant gracieusement.
— Le roi n'apprécierait pas que sa promise sorte toute seule sans escorte, objecta-t-elle.
— Qu'est-ce que je risque ? Si je m'habille comme tout le monde…
— Je ne sais pas, si Calem l'apprend…
— Demande à Jarval de m'accompagner discrètement, je suis sûre qu'il fera ça pour moi, susurra Sali avec un air espiègle. Mais à condition qu'il me suive discrètement sans montrer qu'il est avec moi.
— Ce n'est pas bien de profiter de l'inclinaison que notre capitaine de la Garde a pour toi pour en faire ton complice. S'il t'arrivait quelque chose ? Il aurait les pires ennuis !
— Bah, soupira Sali, c'est l'ami d'enfance de Calem, son meilleur ami, il est comme son frère… son second frère pour être précise. Il lui pardonne tout, alors pourquoi ne lui pardonnerait-il pas de m'avoir fait plaisir.
Sali prit son plus beau sourire et saisit sa nounou par les épaules.
— Allez Namina, tu sais bien qu'il ne peut rien m'arriver de fâcheux dans les rues de notre capitale, surtout si je sors incognito. Tu ne peux me demander de vivre cloitrée dans ce palais sans pouvoir sortir un peu toute seule, sans une escorte de dix gardes armés jusqu'aux dents, exhibant leurs muscles et leurs sabres pour me faire une haie de dix mètres de large dans la foule ! Ce n'est pas comme ça que je veux vivre.
Le femme soupira en joignant ses mains devant le sourire désarmant de la jeune fille.
— Pourtant, lorsque tu seras reine, il faudra bien te soumettre au protocole.
— Je changerai le protocole alors… Je le pourrai, puisque je serai reine et que Calem sera éperdument amoureux de moi. Il ne pourra rien me refuser. Allez, nounou, va prévenir Jarval que je sors et que je souhaite sa seule présence à mes côtés… mais discrètement hein ?
Namina laissa tomber ses épaules en signe de capitulation et sortit à pas lents de la suite princière.
— Je vais voir ce que je peux faire, bougonna-t-elle avant de refermer la porte sur elle.
*
* *

— Allons, mon grand, tu vas finir par être en retard pour prendre ton service !
Debout devant un miroir, occupé à achever de se raser, l'homme laissa entrevoir l'espace d'un instant, une grimace d'agacement. Cela faisait bien la quatrième fois que sa mère lui rappelait qu'il était en retard.
— J'arrive maman, répondit-il en secouant le rasoir d'un geste bref pour en éjecter le trop plein de mousse avant de le rincer sous le robinet d'eau.
Le temps de se laver le visage, de le sécher, d'appliquer un onguent apaisant et parfumé sur le visage, et il entrait à grandes enjambées dans la pièce qui sentait bon le café chaud.
— Ah, le voilà mon grand garçon ! s'exclama une femme d'un certain âge en lui prenant les joues entre ses paumes pour l'embrasser. Comme tu sens bon mon fils, dis ! Tu vas en faire des conquêtes, beau comme tu es !
D'autorité, elle lui servit un grand bol de liquide noir fumant, et poussa vers lui plusieurs galettes chaudes et odorantes.
— Mange ! Tu as besoin de prendre des forces, avec toutes les responsabilités que tu as…
— Oh, tu sais, maman…
— Mange, l'interrompit la femme avec un grand geste théâtral, et ne parle pas la bouche pleine, ce n'est pas poli !
L'homme se tut et se consacra pleinement à l'activité ainsi imposée par sa mère. Il avait une trentaine d'années, il était grand, visiblement musclé, la taille un peu épaisse. Ses cheveux étaient bruns, courts et frisés, et son visage avenant. C'était somme toute un beau garçon dont le regard noisette reflétait une bonne dose d'intelligence et de franchise.
Quand il eut terminé, il se leva et embrassa sa mère affectueusement.
— Tu fais toujours un excellent café… bien que je pense que tu pourrais laisser la servante le faire.
— Taratata, fils, la cuisine, c'est mon domaine et celui de personne d'autre ! À quoi tu veux que je serve sous mon propre toit si je laisse les serviteurs s'occuper de tout, dis ? Quand j'étais jeune, je n'avais pas tout ce monde pour me servir et c'est moi qui servais ton père… ton pauvre père, que son esprit repose en paix dans l'Eau Éternelle, ajouta-t-elle en levant les bras et les yeux au ciel. Eh bien, il était comblé le brave homme, et moi aussi j'étais comblée. On n'avait pas besoin de tout ce tralala pour être heureux et jamais nous n'avons manqué de rien à cette époque-là. Pourtant, il faut voir comment les temps…
Sans plus en écouter d'un refrain qu'il connaissait par cœur, l'homme sortit en riant de la maison entourée d'un beau jardin fleuri, et se dirigea vers un bâtiment plus petit, où l'attendait un homme âgé qui tenait les rênes d'un animal à robe blanche qui piaffait d'impatience et tapant ses sabots sur le sol.
— Votre corinal est prêt, messire Capitaine, dit le vieil homme avec un grand sourire. Il lui tarde d'aller se dégourdir les pattes.
— Merci Malvi, il est magnifique. Tu l'as bien brossé, comme d'habitude. Que ferais-je sans toi ?
Sans rien répondre le serviteur s'inclina en souriant avec affection. C'est qu'il l'avait vu naître le petit Jarval et il l'avait fait sauter sur ses genoux en lui racontant des histoires de monstres et de princes courageux ! Ah, que le temps avait passé !
Le capitaine de la garde du Palais enfourcha sa monture qui hennit de plaisir en redressant sa tête. C'était un animal bien plus élancé que le bordok de la lune d'Endor, plus haut sur des pattes plus fines, la tête plus allongée, possédant une crinière et une queue aux crins longs et bien fournis et dont le front était ornée d'une petite corne. C'était en outre un coursier robuste, capable de galoper toute une journée sans s'arrêter à une vitesse très élevée, qui finissait par avoir son monteur à l'usure. L'animal s'élança dans un trot nerveux sous les arcades fleuries qui encadraient le chemin caillouté de blanc menant vers la sortie du domaine.
Les larges trottoirs de l'avenue qui montait vers le palais, étaient encore peu fréquentés à cette heure somme toute matinale. De plus, les marchés du centre de la cité, attiraient les gens comme le miel attire les abeilles. L'artère était bordée d'arbres à feuilles très découpées et disposées en bouquet au sommet du tronc, qui assuraient une perspective presque infinie jusqu'au pied de la colline sur laquelle se dressait la cité royale. Le soleil faisait miroiter les dômes dorés qui surmontaient les innombrables tours blanches de la cité, qui se dressaient fièrement vers l'azur. Chaque bâtiment en portait plusieurs, et elles ponctuaient également, à intervalles réguliers, les murs crénelés ceinturant la colline qui abritait la cité. Le dôme principal de la somptueuse résidence royale surtout, paraissait disputer à l'astre du jour sa place dans le ciel immaculé. Jarval songea un instant qu'il pourrait fort bien habiter les appartements qui lui étaient réservés au palais, au lieu de se contenter de la résidence familiale. Puis il imagina la scène que sa pauvre mère lui ferait s'il ne rentrait pas y coucher chaque soir, et soupira bruyamment sur sa monture. Depuis la mort de son père, la pauvre femme n'avait que lui, son unique enfant, et ne vivait plus que pour lui. Il y avait bien une autre solution, se disait-il mentalement, c'était que sa mère vienne habiter au Palais. À cette pensée, il se mit à s'éclaffer avant de secouer négativement la tête. Ce n'était certainement pas un service à rendre au roi et à sa suite que d'amener sa mère vivre parmi eux, à condition évidemment qu'elle eût consenti à quitter le toit où son pauvre mari…
Quelques jeunes filles qui déambulaient sur le bord de l'avenue s'arrêtèrent sur son passage pour lui adresser un bouquet de sourires tout en agitant les mains. Instinctivement, Jarval se redressa en bombant le torse pour prendre l'allure la plus avantageuse possible et inclina poliment la tête dans leur direction. Les jeunes filles se regroupèrent les unes contre les autres en rapprochant leur tête comme pour comploter avant de laisser échapper de petits rires qui ressemblaient fort à des gloussements.
Lorsqu'il parvint aux lourdes portes grandes ouvertes qui gardaient l'entrée de la cité royale, il prit son allure martiale et les deux soldats qui se trouvaient de chaque côté des deux battants, redressèrent leur posture en un garde-à-vous impeccable, lance dressée vers le ciel. Jarval passa sous la muraille sans leur adresser un coup d'oeil.
La cité royale occupait l'essentiel de la colline qui surplombait Edinu. Ses constructions blanches, d'une hauteur modeste, se dispersaient dans un vaste jardin d'arbres et de pelouses vertes, fleuri de nombreux massifs multicolores. Tout au sommet de la colline se trouvait une plaine abritant un petit lac, alimenté par une source qui jaillissait sporadiquement en son centre comme un geyser. De petits rus y prenaient naissance avant de glisser vers la ville en sinuant dans les étendues herbeuses. Le palais proprement dit, principal édifice de la cité royale, était disposé en arc de cercle autour de ce lac. Le centre de cet arc était composé d'une bâtisse ovale, plus haute que tous les autres bâtiments, et surmontée du fameux dôme doré qu'on pouvait apercevoir de n'importe quel point de la ville. À l'opposé du plan d'eau, le palais donnait sur une vaste esplanade en marbre, se déroulant aux pieds d'un double escalier majestueux. Les marches s'élevaient vers un perron d'honneur protégé par un portique en demi-cercle, reposant sur six hautes colonnes cannelées de granite blanc.
Jarval se dirigea vers l'un des bâtiments qui équivalait à une écurie et où l'attendait un palefrenier en uniforme qui salua à son arrivée.
— Mes respects, Capitaine, dit-il en s'empressant de saisir les rênes qu'on lui tendait.
Il flatta l'animal de la main et lui tapota le flanc.
— Na'hal est superbe ce matin, se permit-il tandis que Jarval descendait de son corinal.
— Je l'ai trouvé un peu nerveux, et il attendait sa promenade matinal avec plus d'impatience que d'habitude. Il va falloir que je l'emmène faire un bon tour un de ces quatre, la sédentarité de la ville ne lui convient guère.
— C'est un corinal de race, un pur sang, il a besoin de grands espaces pour s'exprimer.
— Tu as tout à fait raison, et j'avoue qu'à moi aussi l'air de la prairie et le vent du désert me manquent. Peut-être que je devrais demander quelques jours de vacances.
— Tant que vous n'allez pas au sud, répondit le palefrenier d'un air sombre.
Jarval ne répondit pas tout de suite mais son regard se porta instinctivement dans cette direction et ses sourcils s'assombrirent eux aussi.
— Le vent du sud n'apportent que de mauvaises rumeurs en ce moment, reprit-il au bout d'un moment. On dit que le Magicien du désert de sang a entrepris de constituer une armée avec les hommes-serpents, ces maudits Saurophales. Par tous les dieux, je me demande comment il aurait pu persuader ces atrophiés du cerveau de s'unir à lui… voilà qui est contre nature.
— Ce ne sont que des rumeurs, Capitaine, peut-être sont-elles infondées ?
— Je l'espère. Nous avons déjà fort à faire avec les Kiathes, ces maudits pirates, qui pillent nos villages les plus lointains, tuent les hommes et les vieillards, violent les femmes et emmènent les enfants pour les vendre comme esclaves.
— Ce trafic parallèle dérègle le commerce de ceux-ci, me disait l'autre jour l'honorable Reghard, commenta le palefrenier. Le commerce des esclaves doit obéir à une déontologie stricte et un quota maîtrisé sinon, c'est la mort de ce négoce, a-t-il ajouté.
Le Capitaine Jarval regarda son subordonné l'air pensif en se frottant le menton.
— Si ça ne tenait qu'à moi, il n'y aurait plus d'esclave tout court.
— Voilà qui déplairait sûrement à beaucoup de familles sur Edena, Capitaine. Aussi loin que remonte notre histoire, il y a toujours eu…
Jarval le coupa d'un geste de la main.
— Occupe-toi de Na'hal, tu n'es pas ici pour donner des cours d'histoire à ton capitaine.
— Oui, Capitaine, répondit l'homme d'un ton vexé en attrapant une brosse avec laquelle il entreprit de lustrer le poil du corinal blanc, tandis que l'officier commandant la Garde s'éloignait en direction du Palais.

À grandes enjambées, il traversa une cour puis une partie de l'esplanade qui donnait sur le devant du Palais, monta les marches du grand escalier deux à deux avant d'arriver sur le perron où quatre gardes lui rendirent les honneurs.
Comme il traversait l'immense hall d'entrée, sans même jeter un coup d'œil aux personnes qui déambulaient alentour, une petite bonne femme arriva vers lui à pas courts et précipités, tout en soulevant le jupon d'une lourde robe qui tombaient sur le sol. L'apercevant, un sourire revint sur le visage sombre du capitaine.
— Ah, Namina, bonjour, comment allez-vous ce matin ? Et comment va Sali ?
La femme leva la tête vers Jarval qui la surplombait de sa haute stature.
— Capitaine, je suis bien aise de vous voir… voilà… j'ai… comment vous dire… Sali, mademoiselle Sali… enfin, elle veut… un service à vous demander…
Jarval éclata de rire en considérant le visage écarlate de la nounou de la princesse et la prit par le bras pour l'entrainer vers un salon moins fréquenté.
— Asseyez-vous, fit-il en l'asseyant pratiquement de force dans un grand fauteuil vert. Que se passe-t-il ? Quel service pourrais-je avoir le plaisir de rendre à la princesse Sali ?
Namina leva un regard confus vers lui et balbutia.
— Un service ? Oui… voilà, un service… Sali… mademoiselle Sali souhaite se rendre en ville, mais…
Il fut rapide à la femme d'expliquer le situation entre deux soupirs et deux profondes inspirations. Lorsqu'elle eut terminé, Jarval la considéra d'un air sévère.
— La princesse veut aller en ville sans escorte ? En outrepassant le protocole ? Au risque de mettre en colère le roi ? Au péril de sa vie ? Elle souhaite juste être accompagnée par moi ?
Les sourcils froncés, le regard froid, les dents serrées, le capitaine de la Garde pencha son visage vers celui de la nounou, le nez à quelques centimètres à peine d'elle. Namina, leva les paupières en essayant d'affronter le regard menaçant en déglutissant bruyamment.
— Ou… oui… c'est ce… cela, parvint-elle à articuler trouvant que la chaleur de la pièce devenait insupportable.
Jarval la dévisagea longuement, puis un sourire radieux naquit subitement sur son visage qui se transforma du tout au tout.
— J'accepte avec un grand plaisir ! déclara-t-il tout de bon en se redressant.
Sur ce, il tendit une main à la nounou pour qu'elle se remette debout tout en ajoutant.
— Que notre charmante princesse m'octroie une demi-heure pour envoyer les affaires courantes, donner quelques ordres, planifier la journée des troupes, et je la retrouve discrètement à la sortie est de la cité pour l'emmener où elle souhaitera aller !
Là-dessus, il s'éloigna tandis que Namina, après s'être épongé le front, reprenait le chemin des appartements de la princesse.


Chapitre suivant
Retour au sommaire
Dernière édition par Hiivsha le Lun 10 Juin 2013 - 16:25, édité 19 fois.
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Vaxude » Dim 30 Déc 2012 - 18:38   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Et bien et bien, on dirait que cette chère Isil à une forte propension à trouver des complexes de torture sur son chemin ^^"
Quoique, pour l'instant c'est plus Sali et Jarval qu'elle risque de rencontrer :cute:

Sinon, que dire ? Le Corinal renvoie naturellement à l'image du cheval, pas de soucis sur ce point. L'ajout de la petite corne ne change en rien ce fait.

Loin plus au nord
"Plus loin au nord" ou "Loin, plus au nord" me semblent plus facile à lire :neutre:

Les larges trottoirs de l'avenue qui montait vers le palais, étaient encore peu fréquentés à cette heure somme toute matinale, car les marchés du centre de la cité, attiraient les gens comme le miel attire les abeilles.
Ici je comprends bien le sens de la phrase, mais il y a quelque-chose qui me chagrine dedans. La première partie insiste sur le fait que l'heure matinale rend l'avenue peu peuplée, puis la seconde partie montre que c'est en fait le marché qui en est la cause : le "car" qui renvoie à une liaison de cause à effet entre les deux me parait mal choisi. Et j'ai aussi un peu de mal avec les 3 virgules dans la phrase :transpire:

Je sens qu'Isil va être prise elle aussi pour une magicienne ! :)
"- Alors comme ça, tu m’appelles maître seulement quand je dois prendre les décisions hein ?
- Fine déduction, maître."
Vaxude
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66
Inscription: 20 Nov 2012
 

Messagepar Hiivsha » Dim 30 Déc 2012 - 19:07   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Vaxude a écrit:
Les larges trottoirs de l'avenue qui montait vers le palais, étaient encore peu fréquentés à cette heure somme toute matinale, car les marchés du centre de la cité, attiraient les gens comme le miel attire les abeilles.
Ici je comprends bien le sens de la phrase, mais il y a quelque-chose qui me chagrine dedans. La première partie insiste sur le fait que l'heure matinale rend l'avenue peu peuplée, puis la seconde partie montre que c'est en fait le marché qui en est la cause : le "car" qui renvoie à une liaison de cause à effet entre les deux me parait mal choisi. Et j'ai aussi un peu de mal avec les 3 virgules dans la phrase :transpire:


Tu as raison, je savais aussi qu'un "truc clochait" dans ma phrase, c'est en effet ce "car". Il faut que je coupe la phrase avec un point et que je mettre : "De plus," au lieu de "car". Parce que c'est un effet cumulatif "matinée" + "jour de marché" qui rend les avenues peu fréquentées. Merci de cette bonne observation. :jap:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Vaxude » Lun 31 Déc 2012 - 10:10   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Ca y est ! J’ai fini le tome 1 :lol:
Je me permet donc de poster mon commentaire final ici vu que je ne peux pas le faire dans les archives :transpire:

Donc, pour faire simple, j’ai passé de bons moments à lire cette FF. L’intrigue est intéressante, de bons rebondissements entretiennent l’attention du lecteur, et les personnages ont tous leur caractère et leur histoire propre. Et même si certains renvoient directement à l’image de personnages pré-existant dans SW (le conseiller qui cache son jeu, le maître Jedi qui n’a jamais fait parti du conseil pour son coté non-orthodoxe, etc…) on oublie bien vite ces clins d’œil pour les considérer à 100% comme des personnages neufs et complet.
Ensuite, ce qui m’a frappé est l’écriture très adulte et parfois même dure que l’on à pas l’habitude de lire dans SW. Je pense bien évidemment au centre de torture ici, et des sévices que la pauvre Isil a subis. Ce n’est pas une critique, loin de là, mais je dirais juste que cela est un type de lecture que l’on apprécie ou pas. En ce qui me concerne, je préfère rester dans le SW grand public, et donc pas seulement pour les grands (oui oui, j’aime le BisourouStarWars )

Eh, aussi certains moments m’ont fait un peu rire car ils prenaient le total contrepied de cet aspect mature en étant trèèèèès à l’eau de rose, un peu comme les téléfilms de la ménagère de plus de 50 ans de TF1 que l’on peut voir en milieu d’après-midi :
Il ne se lassait pas d’admirer ses lèvres sensuelles aux accents rose tendre évoquant les pétales d’une fleur fraîchement épanouie et désirables comme la pulpe juteuse et sucrée d’un fruit de printemps qui n'attendait que d'être cueilli.

Chacun des gestes de la jeune fille étaient pour lui une grâce qui embellissait l’espace dans lequel elle se mouvait. Chacune de ses respirations était un air pur qui dégageait un parfum subtil, vivace et régénérateur. Chacune des paroles qui s’envolaient de ses lèvres pulpeuses était une douce mélodie ensorceleuse comme un chant de sirène entraînant les marins au fond de l’océan. Quant à ses sourires, chacun d’eux lui réchauffait le cœur avec la puissance d’une supernova illuminant l’espace sombre et froid.

Tout ça pour dire que cela fait drôle de lire ça, et puis juste après de se retrouver dans un chapitre biiiiien plus sombre :x

Après, je rejoins Code 44 à propos de l’histoire d’Amuuuuuuuur naissante entre Hiishva et Isil. Elle se « concrétise » trop vite à mon goût. Cette petite Jedi à qui l’on a inculqué la réserve de ses sentiments pendant 10 ans et qui est encore inexpérimentée dans le domaine (dans tous les sens du terme) succombe aux charmes du contrebandier en une simple semaine. Qu’en temps normal elle le fasse, je dirais okay, elle est jeune et ne connais rien à l’amour. Normal. Qu’elle le fasse alors qu’elle est une Jedi, je me dis, et bien qu'elle a bien vite oublié ces préceptes et que la Femme avait des besoins tout à son honneur à satisfaire. Mais qu’elle le fasse, alors qu’elle est une Jedi, et qu’elle est activement à la recherche de son maître qui vient de se faire tuer et de mourir devant ses yeux il y a juste une semaine de cela (ouf… Quelle phrase ! :paf: ), je trouve cela un peu gros. Certes, ce dénouement était essentiel pour la suite de l’histoire. Mais je le voyais tout de même arriver un peu plus tard. C’est tout ;)

Sinon, il me semble avoir repérer trois minuscules erreurs dans les 450 pages (soit un ratio de 0,0067 erreur par page : pas mal :siffle: )
Chapitre 10
Je vous vous conduire dans votre cabine

« Je vais vous » je pense

Chapitre 24
Le ton presque mielleux du Conseiller ne pouvait paraître inaperçu.

« ne pouvait passer »

Chapitre 26
A dire vrai, jamais auparavant, Isil n’avait eu l’occasion d’être habillée en femme du monde.

La je chipote carrément, mais ce ne serait pas plutôt « en femme du beau monde » ? ou « de la haute société »

Tout ça pour dire que j’ai vraiment apprécié cette lecture et que tu peux me compter parmi tes lecteurs pour le tome 2 :jap: .
Isil aura-t-elle enfin le droit à son titre de chevalier Jedi ? :neutre:
"- Alors comme ça, tu m’appelles maître seulement quand je dois prendre les décisions hein ?
- Fine déduction, maître."
Vaxude
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 66
Inscription: 20 Nov 2012
 

Messagepar Hiivsha » Lun 31 Déc 2012 - 13:00   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Eh bien merci de cette radioscopie, et bravo d'avoir déchiné les ultimes coquilles :lol:

Par contre, selon la définition de l'expression "homme/femme du monde" = "homme/femme de la haute société", l'idée de "haute société" est déjà incluse. L'expression se suffit donc à elle-même. :wink:

Sur l'aspect "romantique" d'Isil, j'en suis conscient. C'était pratique pour moi de prendre un raccourci car la dualité code/sentiments a une part importante dans la psychologie d'Isil. Et un roman n'est qu'un raccourci dans le temps. Je ne pouvais pas attendre des mois.
Ensuite, nous sommes au temps de l'Ancienne République. Les notions code/amour sont plus mal définies par la littérature UE de l'époque. Il y a eu des Jedi mariés et qui ont eu des enfants. Selon l’interprétation qu'on veut bien faire des choses, il n'est pas vraiment établi à 100% à quel degré l'amour est proscrit par l'Ordre. De même qu'on se sait pas vraiment grand chose, si ma mémoire est bonne sur mon propre texte, de ce que pense son Maître de cela, même si la notion "attachement affectif = danger" va de soi dans son enseignement.
Par ailleurs, le premier rapport d'Isil avec Hiivsha peut aussi être interprété comme un moment de plaisir doublé de curiosité pour, ce qu'on appelle "la chose", qui n'entraîne pas forcément le fait qu'Isil soit "amoureuse" au sens profond du terme du contrebandier à ce moment-là.

Mais, bon, je reconnais, que c'est là une petite faiblesse de la trame du roman et que tu as fort justement mis le doigt dessus. :jap:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Ven 04 Jan 2013 - 18:16   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Waw, mais ça devient presque aussi hors-SW que Perle Rouge, ton truc :transpire: Bon, introduction des personnages de La Planète Mystérieuse, on retrouve des lieux communs fantasy, faudra voir ce que ça donne... Hum, à noter que ton méchant se discrédite un peu à se plaindre de ses serviteurs, dans le genre clichés sans grand intérêt, ça se pose là :transpire:

sinistre cri d’agonie qui n’avait plus rien d’humain


Un peu cliché, la formulation, mais on te pardonne^^

dans des restes d’habits en loques


"restes d'habits" et "en loques", ça fait un peu redondant, non ? :neutre:

une grimage d'agacement.


Je pense que tu voulais dire une grimace :D

m'octroie une dmei-heure


:o

planifier la journée des troupe,


Troupes :P

Là-dessus, il s'éloigna tandis que Namina, après s'être épongé le front, reprit le chemin des appartements de la princesse.


Avec un "tandis que", l'action est en cours, c'est "reprenait", non ? :?
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5494
Inscription: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Hiivsha » Ven 04 Jan 2013 - 21:01   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Je note, je note ! :jap:

Mais qu'est-ce que t'as contre les clichés ? Pauvres bêtes ! :paf:

Sinon pour le hors SW... c'est un risque... en même temps, je ne vais pas couper totalement l'histoire du Defiance et d'Hiivsha ce qui me permettra "honteusement" d'éviter le total "hors sujet" :D Mais effectivement, ce sera aussi près de SW que ton "Perle rouge" :whistle:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Mitth'raw Nuruodo » Ven 04 Jan 2013 - 22:06   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Tant mieux, tant mieux, ça fait toujours du bien d'essayer de nouvelles choses !

(Ne cherchez pas de double-sens, s'il vous plait, vous pourriez en trouver :paf: )
"Ma chérie, ma chérie, je vis en toi ; et je t'aime si fort que tu accepterais de mourir pour moi." (Carmilla, Sheridan le Fanu)
Mitth'raw Nuruodo
Ancien staffeur
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5494
Inscription: 16 Sep 2007
Localisation: Plongé dans le monde de l'eau et des ténèbres, bientôt perdu pour celui de l'air et de la lumière...
 

Messagepar Dark Sheep » Jeu 10 Jan 2013 - 16:07   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Le nouveau monde, les nouveaux personnages et la civilisation sont intéressants.
La princesse Sali n'est pas sans rappeler Jasmine dans Aladdin :)
D'un côté tu nous montres la vie dans la cité "blanche" où tout le monde est beau et gentil, pour l'instant du moins ; de l'autre on a droit à un méchant sorcier et à son monde "sale".
Concernant ton méchant j'ai eu exactement la même réaction que Mitt' à la lecture : le coup du "je ne suis entouré que par des incapables" ou assimilé fait cliché. J'avais l'impression que tu avais choisi une orientation comique à ce tome 2, ça faisait un peu "moi, moche et méchant" :transpire:
Quoi qu'il en soit, vue la crainte qu'il inspire à son subordonné bourreau borgne, j'imagine qu'il doit réellement être "méchant" :diable:

J'ai hâte de découvrir comment tu vas intégrer Isil à tout ça :wink:
Mouton déjanté scénariste et chorégraphe...

"Cette galaxie a besoin d'un sauveur, pas d'un héros."
Dark Sheep
Jedi SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 638
Inscription: 20 Avr 2007
Localisation: à l'origine le pâturage pas loin de chez toi... mais mon envie de liberté a triomphé
 

Messagepar Hiivsha » Jeu 10 Jan 2013 - 21:33   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Je ne sais que répondre sur ce "cliché"... peut-être que j'envisage le tome 2 de façon moins noire, pour me démarquer d'une "écriture très adulte et parfois même dure que l’on à pas l’habitude de lire dans SW"(sic) comme dit Vaxude concernant mon tome 1. Ceci étant, ma fille vient de me dire qu'il y avait plein de "clichés" dans les livres et qu'un cliché pouvait être "fort sympathique". ;) Mais je vais essayer de ne pas trop en faire.
Il est vrai qu'il est toujours difficile d'être à 100% original quand on écrit vu que tout a déjà été écrit... :whistle: ... ou presque.
Ceci étant, il n'est pas non plus impossible que ce "méchant" joue une forme de comédie pour les autres...
Néanmoins, je vous remercie infiniment de me lire :jap: et j'aime vos remarques car elles me permettent de me corriger et influent aussi, sans que vous le sachiez, sur ma façon d'aborder la suite de cette histoire qui prend forme dans mon esprit (et sur papier) mais qui n'est pas définitivement fixée. J'ai déjà envisagé des changements pas du tout anodins, rien qu'à la lecture de vos premiers "ressentis" à vous. :wink:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Hiivsha » Dim 13 Jan 2013 - 14:00   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Retour au sommaire
Chapitre précédent
Image
Lire sur CALAMEO
Télécharger au format EPUB ou PDF
(N'oubliez pas de vider le cache de votre explorateur
pour recharger la version la plus récente)


3 - RSS-80 Defiance


Quelques jours auparavant, quelque part à la lisière de la galaxie la plus proche…
— En êtes-vous sûr sergent ? Contrôlez de nouveau !
L'opérateur du RSS-80 Defiance, s'agita sur son siège. La fébrilité des officiers de pont le gagnait progressivement.
— Je vous assure, capitaine, il n'y a rien sur les senseurs. Rien… absolument rien !
Le capitaine Devan Prak frotta d'une main son crâne lisse en se tournant vers une autre console.
— L'appontage est terminé ?
— Oui capitaine, les escadrilles rouge et bleue sont rentrées… quatre pertes signalées… et un manquant… Aigle un.
Le regard du capitaine Prak croisa celui, froid et impénétrable, du commandant Keraviss Sayyham. Comme à son habitude, la belle loordienne brune ne trahissait aucun de ses sentiments, les bras croisés sur une poitrine que son uniforme, volontairement trop étroit, moulait généreusement.
— Plus rien, répéta mécaniquement le sous-officier.
Un instant perplexe, le capitaine Prak appuya sèchement sur un interrupteur et annonça d'une voix qui claqua.
— Tous les membres des escadrilles bleue et rouge au rapport immédiatement, salle de briefing une, pont dix !
Puis il ajouta en direction d'un homme grand, aux cheveux grisonnants coupés courts en arrière, qui se tenait debout devant l'une des grandes baies en transparacier de la passerelle, ses épais sourcils froncés comme s'il réfléchissait intensément.
— Amiral ?
L'officier général se retourna lentement, les traits las, une main lissant ses moustaches grises, avant de fixer le regard de son subordonné avec ses yeux marron sombre qui brillaient d'une intensité sans pareille.
— Allez-y Prak, avec Sayyham et faites-moi un compte-rendu le plus vite possible.
— Reçu amiral, répondirent ensemble l'homme et la loordienne en quittant la passerelle.
Ils étaient respectivement chef de la cellule opérations et chef de la cellule de renseignement de la CPM, pudiquement et officiellement nommée "Cellule de Prospection Minière". Ainsi couvert par ce rôle de "prospection", le Defiance allait et venait dans la galaxie, puissant bâtiment solitaire, aux ordres d'une section spéciale du Sénat Républicain et de l'Ordre Jedi. Il se voyait confier les missions les plus diverses, allant de l'exploration, à la pêche aux renseignements, à l'extraction discrète de troupes ou de personnes, aux coups de mains furtifs et rapides, le tout sans perte de temps en procédures, débats et considérations politico-militaires, qui n’en finissaient plus désormais au sein de la République. Le Chancelier Suprême avait approuvé le projet de trois sénateurs dont le bothan Dal Set Harrak qui était l'un de ses amis chers et fidèles. Le Conseil Jedi avait lui-même accepté cette idée à condition toutefois que l'Ordre soit représenté auprès de l'amiral Valin Narcassan, un héros de la bataille de Botawii, homme au fort caractère et à l'esprit indépendant quoique fidèle à la République. C'est Maître Shalo Torve, un général Jedi, brillant stratège et fin diplomate, qui avait été choisi à cette fin. Le colonel Cregg Vellaryn, autre héros de la guerre galactique, avait reçu la lourde tâche de former et de diriger l'équipe "spéciale" qui devait recevoir le nom de "Cellule de Prospection Minière" à bord du Defiance.
Bien qu'impressionnant avec ses mille deux-cents mètres de long, le croiseur de bataille de classe Centurion avait été entièrement rénové après sa capture et modernisé pour pouvoir répondre efficacement à un équipage réduit. L’idée des sénateurs, soutenue par des hauts gradés militaires, était en effet de pouvoir projeter et utiliser rapidement cette unité en dehors de toute stratégie massive. D'autres unités semblables étaient à l'étude ou en cours de lancement dans la plus stricte discrétion. Concernant la CPM, si une section spéciale du haut état-major directement subordonnée au général Garza, partie prenante dans ce projet, avait l'initiative du recrutement des non Jedi, l'amiral Narcassan s'était conservé le privilège de refuser toute mutation ne lui convenant pas. Du côté des Jedi, c'était directement le Conseil qui y affectait des troupes sous le contrôle final de Maître Torve.
Le croiseur avait donc été modifié et doté d’un superordinateur estampillé Vanjervalis Systems normalement réservé aux vaisseaux de commandement tactique de classe Inexpugnable. Ainsi, l’équipage nécessaire avait pu être considérablement réduit sans pour autant trop amputer les possibilités opérationnelles du bâtiment. Bien entendu, il demeurait toujours possible de le réarmer intégralement s'il avait dû être réincorporé au sein d'une flotte. Mais dans l'esprit de ses "inventeurs", le Defiance ne devait pas être engagé dans de véritables conflits directs.
— Repos, fit Prak en entrant à la suite de Sayyham comme les pilotes s'étaient mis au garde-à-vous. Installez-vous confortablement et détendez-vous… vous l'avez bien mérité.
Lui-même retourna une simple chaise et s'assit dessus en posant ses bras croisés sur le dossier. La loordienne était restée debout appuyée nonchalamment contre la cloison.
— Rox, reprit le capitaine, dites-moi ce qui s'est passé là-bas.
— La version courte, lieutenant, ajouta toujours froidement Keraviss Sayyham.
— Bien entendu, commandant, répondit Rox. Je pense que nous étions attendus… à peine étions-nous sortis de l'hyperespace que ces salopards nous sont tombés dessus à plus de deux contre un…
— C'était peut-être une coïncidence objecta le rodien Badanoweeko.
Le lieutenant Rox jeta un coup d'œil vers son ami en secouant la tête.
— Peut-être… peut-être pas. Soit ces vaisseaux patrouillaient lorsqu'on s'est pointés et c'est pas de bol… mais ça veut aussi dire qu'ils protègent quelque chose dans ce système… soit ils nous attendaient.
Prak regarda Sayyham du coin de l'œil.
— Votre seconde supposition est lourde de sous-entendu Rox. Mais soit, continuez.
— Oui capitaine. On a d'abord perdu le pilote Clyyx, rouge cinq. Il a été abattu par deux bandits, puis bleu deux… l'aspirant Torano, s'est fait avoir. Ensuite, la surprise était passée et nous avons pris le dessus sur eux… et ma foi, on allait remporter l'engagement lorsque toute une flotte est sortie de nulle part.
Il se retourna vers le rodien.
— Encore une coïncidence Bada ?
Ce dernier écarta les mains en signe d'impuissance.
— Je n'en sais rien Rox… soit ils ont une base à proximité et une flotte en alerte permanence… soit c'est pas de bol.
— Soit ils nous attendaient aussi, persévéra le lieutenant en fixant le capitaine Prak de son regard vert pâle. Alors on a perdu Sammy, bleu quatre et Mroptt, rouge trois. Là-dessus, Aigle Leader, le commandant Kal'Andil, nous a ordonné de prendre les bouts.
— On a obéi sans hésiter, vu la puissance de feu qu'on avait aux fesses, lâcha le sullustain Tyyv. On est tous passés en hyperespace en serrant les dents.
— Avez-vous vu la Padawan Kal'Andil passer en hyperespace, lieutenant ? s'enquit Sayyham.
— Non commandant, elle m'a donné l'ordre de le faire juste avant elle. Mais les coordonnées étaient rentrées dans les calculateurs… il a dû s'écouler… quoi… deux secondes entre mon saut et le sien.
— Cependant, elle n'était pas au point de rendez-vous ?
— Non commandant, on a attendu le plus qu'on pouvait puis j'ai donné l'ordre aux escadrilles de regagner le Defiance. Je ne comprends pas où elle a pu passer.
Le capitaine Prak observa les pilotes. Ils n'étaient pas des membres de la CPM et pourtant ils paraissaient abattus à l'idée d'avoir pu perdre outre quatre des leurs, la jeune Padawan qui était un peu, pour certain d'entre eux du moins, leur mascotte. "Leur jolie mascotte Jedi" comme ils se plaisaient à le dire discrètement. La gentillesse de la jeune fille qui n'hésitait pas à se mêler à l'équipage tous grades et tous métiers confondus, son charisme, sa bonne humeur et sa simplicité avaient très vite conquis le personnel de l'immense bâtiment après son arrivée à bord.
Ils baissaient tous les yeux et regardaient le sol devant eux. Le commandant Sayyham finit par s'asseoir dans un fauteuil avant de reprendre la parole tout en s'efforçant d'assurer le ton de sa voix.
— Y'a-t-il une possibilité que son vaisseau ait été détruit juste avant son saut ?
Rox releva la tête.
— Tout est possible… si tel est le cas, on doit retrouver les morceaux de son Aurek là-bas, à l'endroit précis où on a initié le saut.
— Oui, retournons-y pour nous en assurer ! s'écria plus fort qu'il ne l'aurait voulu Badanoweeko. Elle est peut-être encore en vie…
— Ou peut-être que son calculateur s'est déréglé et a calculé une mauvaise route, supposa à voix basse le capitaine Prak qui semblait réfléchir intensément.
— Dans ce cas, pourquoi n'est-elle pas revenue par la suite vers nous ? interrogea Sayyham.
— Une avarie du calculateur ? Impossibilité de repasser en hyperespace ? Panne du système de com ? Je ne sais pas, admit le capitaine.
— Dans ce cas, peut-être pourrions-nous étudier toutes les routes que son vaisseau a pu prendre et aller les explorer pour tenter de détecter sa balise de secours ? proposa Rox avec le ton d'un naufragé qui se raccroche à une simple branche d'arbre au milieu de l'océan.
Subitement, la loordienne se releva prestement.
— Bien, messieurs, fin du débriefing ! Allez prendre une douche et vous restaurer… et prenez un peu de repos. Nous vous tiendrons au courant si besoin est.
Son ton sans équivoque n'incitait pas à la contredire et les pilotes sortirent de la salle en trainant des pieds.
— Allons rendre compte à l'amiral, proposa Sayyham.
Devan Prak fit oui de la tête et les deux officiers reprirent les ascenseurs vers la passerelle de commandement.
Finalement, ils se retrouvèrent dans le grand bureau de Valin Narcassan. Il y avait également Maître Torve, le lieutenant mécanicien Liam Bump, chef de la cellule soutien de la CPM et Maître Koyi Me, chef de la cellule diplomatie à laquelle était affectée Isil. Le colonel Cregg Vellaryn arriva le dernier. L'état-major de la CPM au grand complet se trouvait ainsi réuni.
— Avant toute chose, commença l'amiral en levant les mains pour interrompre le commandant Sayyham qui allait s'exprimer, il faut considérer ici deux problématiques. La première et la plus importante, c'est la présence de l'Empire dans le secteur Delta. Cette présence signifie peut-être que nous nous sommes trop rapprochés des chantiers navals clandestins que nous cherchons.
Il regarda un à un ses subordonnés, assis autour d'une grande table ronde quand lui était resté debout et se tourna un instant vers la baie de transparacier pour observer les étoiles. C'est une perspective qu'il affectionnait particulièrement : celle de l'espace infini, sans frontière. Il goûtait leur fixité froide qu'il trouvait apaisante quand d'autres préféraient leur scintillement depuis la surface d'une planète.
— La… seconde problématique, continua-t-il sans se retourner, est la disparition d'Isil… de la Padawan Valdarra…
— Valdarra ou Kal'Andil, l'interrompit le commandant Sayyham avec un rien d'agacement dans la voix.
Ce fut Maître Torve qui intervint. C'était un humain de Chandrila, une quarantaine d'années, blond, les cheveux longs attachés en queue de cheval au niveau de la nuque. Sa voix était posée, reposante.
— La Padawan Isil est connue depuis l'âge de ses douze ans, c'est-à-dire, depuis son entrée au Temple, sous le nom de Kal'Andil. C'est sous ce nom que la plupart des Jedi la connaissent. Ce n'est que récemment, que sa filiation avec feu le général Valdarra a été révélée par le Conseiller Darillian… avant sa forfaiture . Comme l'amiral a très bien connu son père, je suppose que le nom de Valdarra lui vient plus naturellement aux lèvres.
Keraviss Sayyham fit un petit geste sec de la main pour indiquer qu'après tout, sa question n'avait pas d'intérêt.
— Peu importe en fait… ce n'est pas primordial… mes excuses pour vous avoir interrompu, amiral.
Valin Narcassan se retourna.
— Ce n'est pas grave Keraviss… La vraie question est : devons-nous la porter disparue en action ? Tuée en action ?
Un silence suivit cette déclaration. De façon surprenante, ce fut le lieutenant Bump qui le rompit avec un argument étonnant.
— Amiral, j'arrive des hangars où se sont posées les escadrilles rouge et bleue. Les hommes… je veux dire, tous, pas que les pilotes, mais les mécanos, les magasiniers… même un cuistot me l'a dit… ils veulent qu'on aille à sa recherche. Ils disent qu'il n'est pas question de ne pas tout tenter pour la retrouver…
Derrière sa moustache frétillante et ses yeux pétillants de malice, Liam Bump sentit les regards de ses supérieurs se braquer sur lui et se racla la gorge d'un air embarrassé. Le colonel Vellaryn ne put s'empêcher d'esquisser un sourire.
— Lieutenant, pensez-vous que nous risquons une mutinerie si nous… n'obéissons pas aux hommes d'équipage ?
Bump s'empourpra légèrement.
— Une mutinerie ? Certes non, colonel… je n'irais pas jusque-là… mais les hommes le ressentiraient bien mal si nous ne faisions rien.
— Malgré l'affection que les hommes… ou d'autres personnes apparemment, lui portent, on ne peut risquer le Defiance et sa mission pour une seule personne, fut-elle Jedi, objecta le commandant Sayyham. Qu'en pensez-vous Maître Me ?
Le vieux twi'lek au teint tirant sur le violet fané, célèbre pour sa bosse crânienne sur la partie gauche du lobe frontal, séquelle de violences qui lui avaient été faites à trois ans par les Sith, croisa ses doigts avant d'y poser son menton.
— Je suis d'accord avec vous Sayyham, il y a une forte probabilité que la Padawan Isil ait été tuée. Notre mission ne doit pas s'interrompre même si cela peut nous en coûter. Malheureusement, la guerre a un prix à payer. Si notre jeune amie a rejoint la Force, c'est que son heure était venue.
Alors que le silence était retombé sur la réunion, on frappa à la porte.
— Entrez ! invita l'amiral.
Un jeune officier de pont entra et fit deux ou trois pas avant de saluer, impressionné par le rassemblement de toutes les "huiles" du bord.
— Amiral, toutes les autres patrouilles sont rentrées. Pas de perte à déplorer. Rien à signaler non plus concernant les secteurs explorés.
— Parfait. Dites aux membres de la CPM de gagner leur salle de briefing. On va venir leur apporter des ordres.
— Bien reçu amiral, répondit l'officier en saluant de nouveau avant de sortir.
— Cregg, tâchez d'expliquez aux petits nouveaux qu'on ne salue pas à tout bout de champ à bord… nous ne sommes plus à l'académie navale.
De légers sourires vinrent dérider les visages fermés autour de la table.
— Oui amiral… je m'en occuperai, répondit le colonel Vellaryn.
— Nous ne pouvons négliger le fait que l'Empire protège peut-être le secteur Delta pour une bonne raison, reprit Narcassan. Cependant, nous ne pouvons risquer le Defiance contre une flotte constituée, car ce ne sont pas nos ordres. Cregg, Shalo, établissez une liaison chiffrée avec le haut-commandement et le Conseil sur Tython pour le tenir au courant. Demandez-leur d'envoyer rapidement des renforts sur le secteur Delta et coordonnez notre arrivée avec la leur. Si l'Empire est toujours là-bas, nous aurons de quoi discuter avec lui ! Prak, sonnez le branle-bas de combat et passez le bâtiment en alerte maximum. Que toutes les escadrilles se tiennent prêtes à passer à l'action. Keraviss… venez avec moi, je dois voir la CPM.
La petite assemblée se leva. Bump s'avança vers Narcassan, l'air toujours sombre.
— Amiral… et pour Isil… je veux dire, la Padawan Isil… que faisons-nous ?
L'officier général parut embarrassé et posa une main sur l'épaule de son subordonné.
— Maître Me a raison… la mort fait partie de notre vie. Il nous faut l'accepter Liam.
Puis avec un sourire en coin il ajouta.
— Encore faudrait-il que j'ai la certitude qu'elle soit morte… je n'ai pas pour habitude de laisser un de mes hommes derrière moi s'il y a une chance raisonnable de le sauver. Vous venez commandant ?
Ce fut au tour du lieutenant Bump de retrouver le sourire en observant la loordienne quitter la pièce dans le sillage de l'amiral.

Les membres de la CPM étaient installés au pont sept par dérogation de l’amiral, en secteur Echo. Les autres secteurs du pont étaient en effet réservés aux officiers et aux pilotes. La hiérarchie n'avait pas cours au sein de la Cellule de Prospection Minière, chaque mission étant assumée à tour de rôle par le plus qualifié compte tenu de la nature de cette mission. Qu'il soit sergent, lieutenant, Jedi ou même civil, lorsqu'une mission était confiée à l'un se ses membres, les autres se rangeaient derrière lui à l'unisson. C'était l'esprit d'équipe voulu par le colonel Vellaryn. Le personnel de la CPM n'était pas nombreux. Ils étaient à ce moment-là douze avec Isil. Mais tous étaient hautement spécialisés dans un domaine particulier, du piratage de systèmes d'information, au maniement d'explosifs ultrasophistiqués, en passant par la diplomatie, les arts martiaux, le hackage de droïdes, le tir précis à très… très longue portée, le combat rapproché, la maîtrise des poisons, la médecine de guerre, etc. Les équipes ainsi constituées pouvaient en principe répondre à tous les besoins avec un maximum d'autonomie une fois la mission enclenchée.
L'amiral pénétra dans la salle de briefing estampillée "CPM" alors que toute la cellule du colonel Vallaryn était rassemblée. L'inquiétude se lisait sur le visage de chacun et d'emblée l'amiral leur fit un topo rapide de la situation : l'une d'entre eux — la Padawan Isil en l'occurrence — avait été portée disparue en mission, sans qu'on sache exactement ce qui lui était arrivé.
— Nous faisons route vers les lieux de l'engagement, conclut Valin Narcassan après leur après avoir brièvement fait part de la situation. Il se peut que nous rencontrions une forte résistance de la part de l'Empire.
— Alors, nous sommes en guerre avec eux ? interrogea une jeune Jedi twi'lek à la peau bleue, une main levée pour la forme.
— Non chevalier, officiellement, le Traité de Coruscant n'a pas été rompu. Ce qui rend d'autant plus difficile à interpréter l'attaque de croiseurs de l'Empire contre notre escadrille. Toutefois, nous devons être prêts à tout. Une flotte républicaine est en route pour nous épauler. Ce que j'attends de vous une fois à destination, c'est que vous vous rendiez au point exact où la Padawan Isil est théoriquement passée en hyperespace, et que vous scanniez toute la zone pour déterminer si son Aurek a pu exploser ou pas, avant le saut. Allez-y en groupe, et ne vous préoccupez pas de ce qui pourra se passer par ailleurs, entre les forces adverses et les nôtres. Suis-je bien clair ?
Une très légère surprise pouvait se lire sur le visage du commandant Sayyham, mais personne n'y prêta attention. Les membres de la CPM opinèrent du chef à l'unisson.
— Bien reçu Amiral !
L'un deux, le civil Krig Landala, un colosse roux de plus d'un mètre quatre-vingt dix et ancien mercenaire, prit la parole à son tour.
— Chef… je veux dire, amiral, est-ce qu'on peut prendre nos vaisseaux pour ceux qui sont venus avec… parce que, euh… les Aurek, d'accord, ce sont de bons chasseurs, mais le mien… il va rouiller dans son hangar. C'est un pur-sang. Il est comme un étalon enfermé dans son box. Il a besoin de courir dans la prairie, les naseaux au vent, au grand galop pour se dégourdir les pattes et respirer un grand coup d'air frais. Quoique, l'air frais… c'est... enfin, je veux dire, dans l'espace, on est d'accord, c'est une… euh… image.
Son intervention eut pour effet d'alléger l'atmosphère de la salle, et des rires parcoururent ses camarades en gagnant l'amiral qui se laissa aller à un sourire indulgent. Seule, appuyée contre le mur, les bras croisés, Keraviss Sayyham ne broncha pas et conserva son visage fermé.
— C'est d'accord monsieur Landala. Ceux qui le désirent, peuvent prendre leur propre vaisseau.
Puis se tournant vers la twi'lek.
— Chevalier Nulee'Na, je vous charge du commandement de cette mission. Lorsque vous aurez atteint votre destination, si aucun élément probant ne nous permet de conclure que l'Aurek de la Padawan Isil a été détruit, nous procèderons à l'analyse de toutes les routes hyperespaces possibles à partir de ce point, et vous en suivrez chacun une pour tenter de repérer la balise de son chasseur.
— Combien de temps avons-nous pour la retrouver si elle est encore en vie amiral ? demanda un rodien du nom de Loodo.
— Nous verrons, mais si dans une semaine vous n'avez rien trouvé, nous serons obligés de la considérer comme perdue. Bonne chance à vous tous !
Tous les présents se levèrent comme un seul homme, discipline militaire oblige. Ils avaient tous une foi inébranlable dans l'homme qui les commandait et s'en remettaient à lui. Aujourd'hui, ils étaient atteint dans leur affect, et ils sentaient bien que leur chef en avait tenu compte. Et pourtant, la plupart d'entre eux étaient des baroudeurs, des hommes ou des femmes rompus - peut-être trop pour certains d'entre eux - aux exigences de la guerre et du sacrifice. Paradoxalement, ceux qui possédaient le plus le sens du sacrifice individuel, avaient parfois du mal à envisager le sacrifice de l'autre ou des autres. C'était sans doute difficile à comprendre, mais combien de chefs de groupe, prêts à mourir pour la réussite de la mission ou pour leur escouade, avaient du mal à laisser un ou des hommes derrière eux ? Qu'on leur demande de monter une mission suicide, ils y allaient quitte à y rester. Mais qu'on leur demande de sacrifier leurs camarades, ne serait-ce que parfois un seul, et la question se posait d'un seul coup différemment. L'esprit d'équipe se retournait finalement contre eux. Pour les membres de la CPM, il n'était pas question de sacrifier l'un d'eux, si ce n'était absolument pas indispensable et de surcroit, il n'était pas question d'en abandonner un seul sans avoir tout tenté pour le sauver. C'est cet esprit-là qui régnait dans l'équipe du colonel Vellaryn.
Tandis que l'amiral regagnait la passerelle, les haut-parleurs du bâtiment crachotèrent avant d'indiquer d'une voix monocorde.
— Attention, attention. Passage en alerte niveau cinq. Préparez-vous pour un saut en hyper espace… je répète…
Il y avait cinq niveaux d'alerte sur le Defiance. Le premier était de mise dans un dock spatial de la République lorsqu'il n'y avait strictement aucune menace pesant sur le bâtiment et ses environs. Le second était en vigueur en mission. C'était le niveau standard de la routine tranquille. Au niveau trois, les postes principaux d'alerte étaient armés et la sécurité intérieure renforcée. Cela incluait le contrôle des personnels lors des changements de zones et une disponibilité accrue du personnel opérationnel, et notamment des pilotes. Au quatrième niveau, tous les postes d'alerte étaient armés, toutes les batteries devait être opérationnelles, les équipes de sécurité prêtes à toute intervention, les équipements de survie à portée de main, les blocs médicaux prêts à recevoir les blessés, les pilotes en alerte à deux minutes. Les quarts d'équipage continuaient à fonctionner. L'ultime stade d'alerte, le cinquième signifiait que tout le monde était sur le pied de guerre, équipé, quel que soit son quart. Les mécaniciens des hangars portaient tous leurs combinaisons de survie, les pilotes se tenaient en scramble dans leurs vaisseaux prêts à décoller sur ordre.
— L'amiral sur la passerelle, annonça un enseigne comme Narcassan et Sayyham sortaient d'un des ascenseurs.
L'officiel général marcha tout droit sur le colonel Vellaryn et Maître Torve qui discutaient près des consoles de commandes.
— Avez-vous pu joindre le haut-commandement ? s'enquit-il.
— Oui amiral, répondit aussitôt Cregg Vellaryn. La flotte de l'amiral Ghetto-Tha fait route vers le secteur Delta. Elle est composée de trois croiseurs de classe Hammerhead, trois frégates de classe Praetorian et cinq escorteurs.
— Excellent ! Sont-ils loin ?
— Pas du tout amiral, ils étaient en cours d'exercice à quelques parsecs à peine de nous.
— Bien. Allons les retrouver alors.
L'officier de pont se tourna vers la console de navigation.
— Préparez-vous à passer en hyperpropulsion.
— Tout est paré, capitaine, c'est quand vous voulez.
L'officier consulta du regard la route tracée par le calculateur ainsi que le décompte du temps aligné sur l'arrivée prévisible de la flotte de l'amiral Ghetto-Tha, puis posa la main sur l'épaule du navigateur.
— Hyperespace… maintenant !
Dans l'immensité du cosmos, la silhouette triangulaire du Defiance sembla un instant s'étirer vers l'infini avant de disparaître dans le néant.

Lorsque le croiseur sortit de l'hyperespace, la silhouette ronde de la planète K-2 du système D-315 parut devant leurs yeux. Son teint ocre évoquait une étoile éteinte et l'absence de taches bleues donnait immédiatement à penser qu'il n'y avait pas d'eau à sa surface, du moins en abondance. De fait, la planète K-2 était répertoriée comme inhabitée.
Un coup d'œil circulaire permit au personnel de la passerelle de se rendre compte qu'ils étaient seuls.
— Que disent les senseurs ? demanda Narcassan.
— Il ne détectent aucune présence amie, ni ennemie, amiral. Je détecte seulement de nombreux fragments de métal éparpillés sur un grand rayon… sans doute le résultat d'un combat récent.
Au même moment, des taches blanches se formèrent sur les écrans de contrôle.
— Amiral, des vaisseaux sortent de l'hyperespace à deux quarts sur l'arrière du travers tribord.
Instinctivement, les regards se portèrent vers la baie en transparacier de droite et les officiers s'avancèrent contre la vitre pour mieux apercevoir les nouveaux venus.
Comme l'opérateur annonçait maintenant : "bâtiments républicains", Cregg Vellaryn commenta ce qu'il voyait.
— C'est la flotte de l'amiral Ghetto-Tha. Pile à l'heure !
— Passez-le moi sur l'holonet.
Quelque secondes plus tard, l'épaisse silhouette bleutée translucide d'un rodien s'élevait sur le disque de communication de la passerelle.
— Bonjour amiral, fit-il.
— Bonjour à vous aussi, amiral, répondit poliment Valin Narcassan.
— Où sont les invités à notre petite fête ? Mes senseurs ne détectent aucun ennemi à proximité.
— Je ne sais pas amiral. Nous sommes sur les lieux exacts où dix de mes chasseurs se sont fait attaquer par des chasseurs impériaux d'abord, puis par une flotte constituée. Nous avons pensé qu'ils tenaient à défendre quelque chose dans ce système.
— Nous ne détectons rien, reprit le rodien, mais pour nous en assurer, je vais passer le système au peigne fin, histoire de ne pas être venus pour rien.
Valin Narcassan laissa une légère grimace parcourir son visage devant l'air presque condescendant de son interlocuteur, et se caressa la moustache pensivement.
— Prak, fit-il, ordonnez à la CPM de partir en reconnaissance comme prévu.
— Bien amiral, répondit le capitaine qui se porta jusqu'à une console de communication interne.
Maître Torve, qui était resté silencieux jusque-là, s'approcha du commandant du Defiance et se mit à son côté.
— L'oiseau s'est envolé vous pensez ?
— Je ne sais pas Shalo. L'absence de tout ennemi me pose autant de questions que celle prévisible, j'en ai bien peur, de tout arsenal ou chantier naval dans ce système décidément bien mort.

— Nous y sommes, annonça Rox en coupant ses moteurs subliminiques. C'est ici que j'ai quitté notre Padawan.
— Merci lieutenant, répondit Nulee'Na dans son masque, c'est gentil de nous avoir accompagnés jusqu'ici. Si vous le souhaitez, vous pouvez regagner le Defiance.
— Il n'en est pas question, je souhaite participer aux recherches.
— Comme vous voulez. Nous allons nous éloigner à partir de ce point en formant les rayons d'un cercle. Signalez tout objet flottant et inspectez-le. La simulation de la trajectoire possible des débris d'un Aurek depuis ce point a été entrée dans vos calculateurs. Bonne chance à tous.
Les douze vaisseaux se remirent en marche chacun selon un angle soigneusement étudié pour couvrir l'immensité qui se trouvait autour d'eux, espérant, et redoutant à la fois, capter l'écho d'un débris flottant qui pourrait appartenir au chasseur de la jeune Jedi disparue.

L'amiral Guetto-Tha ne s'était pas départi du ton sarcastique qu'il avait eu quelques heures auparavant.
— Comme je l'avais pressenti, ce système ne révèle aucune construction quelconque, ni dans l'espace, ni à la surface de ses trois planètes qui paraissent toutes inhabitées… et inhabitables.
Il n'ajouta pas que l'amiral Narcassan avait crié au loup un peu vite, mais il le pensait si fort que chacune des personnes assistant à l'holoconférence, le comprit.
— Eh bien, merci tout de même d'être venu si vite, amiral, répondit poliment Valin Narcassan. Il avait maintenant hâte de voir partir le rodien qui ne lui avait jamais été très sympathique, et ce, d'aussi longtemps que remontaient ses souvenirs de l'école navale dans laquelle ils avaient suivi la même promotion.
— Si vous retrouvez votre flotte impériale, n'hésitez surtout pas à nous redemander un coup de main Valin, conclut Guetto-Tha avec un grand sourire narquois. À une prochaine fois… amiral.
Narcassan ne répondit rien tandis que l'hologramme bleuté disparaissait. Le capitaine Prak arriva dans son dos.
— Amiral, la CPM est de retour avec le lieutenant Rox sur leur lieu de départ. Ils n'ont rien détecté, aussi loin qu'ils soient allés. Pas la moindre trace d'un chasseur Aurek abattu hormis les quatre que nous avons recensés ici dans les parages. Ils attendent les ordres.
— Elle sera donc passée en hyperespace.
— Et pourquoi n'aurait-elle pas été capturée ? interrogea Keraviss Sayyham.
L'amiral secoua la tête.
— D'après le rapport de Rox, ils étaient largement hors de portée d'un quelconque rayon tracteur et par ailleurs, les croiseurs tiraient sur eux pour les abattre, pas pour les capturer. Non. Isil est quelque part dans l'immensité de notre galaxie.
— Amiral, si on considère qu'il n'y a rien ici pour justifier la présence d'une flotte impériale, et si on réfute l'idée d'une improbable coïncidence, intervint Liam Bump qui venait d'arriver, il nous faut en déduire que les impériaux savaient qu'ils allaient trouver nos chasseurs à cet endroit et à ce moment précis.
L'amiral se retourna.
— C'est une remarque fort judicieuse Bump. Cela signifie que l'adversaire était renseigné sur notre position et sur les ordres donnés à nos patrouilles de reconnaissance.
— Une taupe au sein du bâtiment ? s'étonna le commandant Sayyham. Voilà qui demande à être sérieusement étudié. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas avoir attaqué le Defiance ?
— L'attaque d'un croiseur de la République serait un acte de guerre avéré, observa maître Torve. Alors que la destruction de quelques chasseurs est une simple égratignure au Traité.
— Oui mais, pour quel motif ? Quel intérêt une flotte impériale pourrait trouver à détruire dix chasseurs dans un coin perdu de la galaxie ? objecta le lieutenant Bump, terriblement intéressé par la question.
— Et je vous rappellerai que les autres patrouilles n'ont pas été inquiétées, ajouta Devan Prak.
— Dans ce cas, cela ne peut signifier qu'une seule chose, conclut l'amiral.
Le silence accueillit sa dernière déclaration car chacun savait en fait, où le commandant du Defiance voulait en venir. Ce fut le lieutenant Bump qui le rompit.
— Voulez-vous insinuer, amiral, que la Padawan Isil est tombée dans une embuscade ? Que c'était elle que visait l'Empire ?
Ils se regardèrent les uns les autres comme si de l'un d'eux une autre vérité pouvait éclater. Maître Torve exposa à son tour.
— La Padawan Isil a été placée à bord du Defiance par Maître Shan, car sa sécurité était compromise après avoir révélé un complot ourdi par l'organisation connue sous le nom de Cercle Sombre, et volé une liste compromettant un certain nombre de personnes très haut placées et très influentes dans la galaxie. Par ailleurs, elle a démasqué le Conseiller à la Sécurité Darillian comme étant l'un des chefs du Cercle. Or, ce dernier s'est enfui. Nous n'en avons pas la preuve, mais le Conseil Jedi est persuadé que Darillian est un seigneur Sith très puissant.
Maître Torve passa sous silence ce qu'Isil avait appris au Conseil, à savoir que Jaster Darillian était un ancien Padawan formé au Temple jusqu'à ce qu'il quitte l'Ordre. Cela ne regardait que les Jedi.
— Sans compter qu'Isil a tenu en échec le seigneur Sith Dal-Karven qui commande un croiseur tel que ceux qui ont attaqué notre détachement, précisa Keraviss Sayyham qui avait longuement épluché le dossier confidentiel de la Padawan. L'Empire en a perdu son centre de recherche de Korka, ce que Dal-karven ne lui a sans doute jamais pardonné. Autant de raisons pour chercher à se venger, quand on connaît le personnage.
— Fort bien, déclara Narcassan. Keraviss, vous allez enquêter et me trouver comment l'Empire a été mis au courant des ordres de nos patrouilles.
— Comptez sur moi amiral… c'est pile poil mon rayon !
— Je sais. Bump, avez-vous procédé au calcul de toutes les routes hyperespace qu'elle a pu emprunter à partir de son point de départ ?
— Oui amiral, et les données ont été transmises aux calculateurs des vaisseaux des membres de la CPM… et du lieutenant Rox.
— Parfait. Qu'ils partent immédiatement. Quant à nous… nous allons attendre ici le temps qu'il faudra pour leur laisser une chance de localiser la balise d'Isil. Rompez !
— Bien amiral, répondirent ses officiers avant de regagner leurs postes.
— Shalo ? interpela Narcassan.
— Oui Valin ?
— Si nous ne retrouvons pas la trace de notre Padawan, il faudra en avertir le Conseil.
— Je m'en chargerai, cela va de soi.
Maître Torve nota que les épaules de l'amiral s'étaient légèrement affaissées comme sous l'effet d'une lourde charge. Était-ce ses moustaches ou ses cheveux grisonnants, mais il paraissait subitement plus vieux que la veille.
— Et moi… il faudra que je prévienne un vieil ami de ce qui est d'arrivé à Isil si nous avons le malheur de ne pas la retrouver saine et sauve, murmura le commandant du Defiance avant de se diriger vers son bureau.


Chapitre suivant
Retour au sommaire
Dernière édition par Hiivsha le Lun 10 Juin 2013 - 16:25, édité 13 fois.
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Messagepar Hiivsha » Dim 13 Jan 2013 - 21:57   Sujet: Re: [Roman] Les aventures d'une jeune Jedi - Tome 2

Finalement, j'ai enlevé le "cliché" du chapitre précédent. :ange:
Hiivsha
Staff SWU
Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 2818
Inscription: 04 Juin 2011
Localisation: Villenave d'Ornon (33)
 

Suivante

Retourner vers Fan-Fictions


  •    Informations