Bannière du site
Au service de sa majesté Palpatine
Diriger un Empire n’est pas facile, servir son Empereur ne l’est pas non plus. Alors que certains s’exclament devant la témérité de rebelles, ils feraient mieux d’acclamer les vrais héros, comme le valet de chambre de Palpatine.
Créé par Zil Turn. Dernière modification de l'histoire le : 8 Juin 2012

Sommaire
 
  1.   Encore un matin...
  2.   BIUBU!
  3.   God save the Palpatine.
  4.   Suite...
  5.   Un nouvel invité...
  6.   Palpatine : l'EDF de Star Wars...
  7.   Un peu de mascara ne serait pas de trop... juste histoire de cacher la misère quoi...
  8.   La vieille peau de chagrin...
  9.   Vive les après-midi de pluie...
  10.   Quel boulot ingrat...
  11.   The palpy strikes back ...
  12.   Et le valet?
  13.   yam cherche la planete du maitre jedi
  14.   Palpy fait de la résistance
  15.   Une âpre négociation...
  16.   objectif : se distraire !
  17.   Un truc pour changer (de valet, et d'activité)
  18.   Le discours
    > Actions
 




1. Encore un matin...
A l'époque, il était encore présentable
La journée allait s'annoncer difficile, comme moultes journées depuis que Ton’Ymitchelli avait été engagé comme premier valet de chambre de l’Empereur, il y a de cela plusieurs années standards. Ton avait pris le rythme de vie du vieil homme puant (tant d’orgueil qu’olfactivement), il dormait peu et mais bénéficiait de longues périodes d’inactivité dans la journée pendant les méditations de son maître.
La plus insupportable des tâches était de faire la toilette de l’Empereur. Régulièrement, un doigt vous restait dans la main pendant que vous lui coupez les ongles, de petites créatures insoupçonnées nichaient dans une joue, sans parler de l’haleine fétide à laquelle il fallait s’accoutumer, et ce, sans succès. « Beurk ! S’il n’y avait que moi, je te le mettrai dans une cuve à bacta pour qu’il redevienne présentable ! ! ! » se disait à chaque fois Ton.
Palpy recevait aujourd’hui. Nul doute que beaucoup de parasites viendraient encore quémander une quelconque faveur, comme obtenir un poste de gouverneur dans un système reculé où rien ne se passera jamais afin de paresser toute la journée, comme Tatooine par exemple.
Ton’Ymitchelli n’eut pas besoin de se retourner pour reconnaître la respiration bruyante du premier invité. « V’là encore l’asthmatique ! » pensa-t-il. Décidément, ils avaient tous un problème de santé dans cet empire…

Ecrit par Zil Turn le 9 Avril 2001
 




2. BIUBU!
Kof Kof!
Le Seigneur noir de Sith entra donc dans la pièce. L'Empereur était assis sur son trone, comme d'hab.
- Je vous salue mon maitre, soufla-til en s'agenouillant.
- Minuuuuuuubbbbbbbbbbiiiiiiiuuuuuuuu! répondit l'Empereur.
- Je vois... dit le seigneur de Sith en regardant Yoni. C'est pas le moment c'est ça?
- J'ai bien peur que oui M'sieur Dark, vous savez quand il commence une crise de démence, c'est pour toute la journée!
- IIIDIIIBUUUU!!! Cria Palpatine en levant sa canne.
- Vous voyez.
- Mince àlors, moi qui était venu lui annoncer une mauvaise nouvelle.
- Que se passe-t-il M'sieur Dark.
- Le jouet préféré de sa majesté à été détruit par les rebelles.
- Chut! Moins fort! Vous savez très bien qu'il s'énerve quand il entend ce mot.
- IGIABU.... la rébellion....bidibu!
- C'a y est, on est bon pour entendre ca un bon moment!
- Je n'aurai pas du venir.
- Oh vous étiez pas au courant, c'est pas de votre faute.
- Noooooooommmmmmmm Biiiiiiiiuuuuuu.

Ecrit par Cesba le 9 Avril 2001
 




3. God save the Palpatine.
Trop de Côté Obscur ? Attention à l'abus...
- Il m'a l'air contrarié là, non ? s'interrongea Vador.
- Hum, oui m'sieur Dark... mais ce n'est que passager, rassurez-vous.
- Au fait, vous ai-je dit qu'on m'appelle Seigneur Vador ?
- Seigneur Vador ?...ainsi soit-il...
- Gniiiiiiiiiiii gna gan gnnnnnnnnnnnnniiiiiibuuuuuuu !
- Heu... heu... oui vôtre Sérénissime Supra Altesse ?
- Gniii ! Gn ddd.. reb-reb-rebelles ont détruit mon Etoile ?
- Il reprend enfin ses esprits, soupira Vador.
- Je ne puis le supporter. Ils me le payeront ! Qu'on construire un destructeur de galaxie, sur le champ !
- Mais vôtre Haute et Magistrale Majesté...
- Taisez-vouuuuuus !! gnnnnnnnn...
- C'est pitoyable, marmonna Vador. Et pourtant il a une telle maîtrise du Côté Obscur...
- Je vais faire p-p-p-payer ces rebelles. Ils commencent à m'exaspérer ! J'en ai assez !!
Soudain, dans un tonerre de bégaiement, Palpatine lança une salve d'éclairs sur son valet, pour se défouler, comme d'hab'.
Le tout dura plus de dix minutes. On ne savait pas si l'Empereur y prenait du plaisir ou si il perdait une fois de plus le contrôle de ses mains branlantes, mais le pauvre Ton'Ymitchelli y laissa sa peau.
Son corps grillé et fumant gisait au sol.
- Quel est cette agréable parfum ? demanda Palpatine. Est-ce l'heure de mon repas ?
Même Vador, sous son masque, sentait l'odeur putride du cadavre.
- Il s'agit de vôtre ex-valet, mon maître.
- Bien. Bien. Qu'on m'amène alors un nouveau valet !
- Je crois bien qu'il n'y en ai plus un seul, mon maître.
- Et bien je prendrais un de mes gardes personnels.
- A votre guise. Souhaitez vous qu'on évacue le cadavre ?
- Non... Laissez le. Je me sens seul en ce moment. Maintenant, laissez moi.
- Oui, mon maître.
Vador tourna les talons. Il devait régler quelques affaire personnelles dans le secteur de...
- GGGGGGGGNNNNNNNNNIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!!!!!!!!
Vador sursauta, ce qui est avouons-le assez inhabituel. Il se retourna promptement vers l'Empereur.
- O-oui ? qui y'a t-il mon maître ?
- Que faîtes vous encore là Seigneur Vador ?
- Rien mon Excellence, répondit Vador, encore plus surpris... quoique.
- Bien.

Plus ça va et pire ça devient, pensa Vador. Il me tarde de prendre sa place.

Ecrit par Koor Oragahn le 10 Avril 2001
 




4. Suite...
Je veux !
Le seigneur Vador se rendit le lendemain dans les appartement de Palpatine pour lui faire part de leur contre-attaque contre les rebelles.
Après avoir passé les 15 postes de gardes, les 10 tests, vocaux, oculaires, digitaux et autre dont bien sûr il était dispensé (heureusement) et les 20 mots de passe a donner il acceda à la salle du trone.
Et dire que tout le monde croyait que toutes ces protections étaient là pour empécher une intrusion vers la salle du trone, c'était plutot pour éviter que l'Empereur ne s'échappe!imaginez ce qu'il pourrait faire une fois ariver en ville ! pensa vador.
Le Seigneur noir s'agenouilla et attenda que son maitre lui dise de se relever. Et pour attendre, il attendi! 27 minutes plus tard, il leva lentement la tête pour voir que l'Empereur dormait avec un filet de bave sur son menton. Il appercut également un jeune homme droit comme un I qui attendait contre le mur de gauche.
- Qui êtes vous?
- Mes respects Seigneur Vador, je suis Yario'Ymitchelli le frère de Yoni.
- AH, félicitation pour votre ... promotion.
- Merci, je faisai parti des commandos quand j'ai apprit la mort de mon frère, j'ai donc postulé pour avoir sa place et j'ai été choisi.
Quelle chance!
- N'est-ce pas!
- Il est comme çà depuis combien de temp?
- Ben tout de suite après son déjeuner!
- Mouais, bon faut le réveiller paske sa peut pas attendre.
Vador dis donc tous bas : rebelle.
- Niiiiiiiiooooooooouuuuuuuu... la rebélliiooooonn !!!
cria le viellard, levant sa canne qui lancait des éclairs vers la direction de Yario qui se baissa à temps pour éviter la foudre.
Peut-etre que celui-là durera plus longtemp, déjà que son frangin avait le record !
Après que l'onde de choc disapparaisse vador s'agenouilla de nouveau.
- Kéki ya!
- Je vous salue mon seigneur. Je voudrai vous parler de vos projets vis-a-vis de la... heu... de nos ennemis.
- Niiiiiiuuuuuu...Toile Noire!
- Encore une!
- Voui! Je veut

Ecrit par Cesba le 10 Avril 2001
 




5. Un nouvel invité...
Et une Etoile pour Palpy, une !
Vador partit exécuter sa nouvelle tâche : construire une nouvelle Etoile Noire. Il faudrait qu’il demande à Lemelisk de prévoir un modèle de série… En sortant, le seigneur noir de Sith croisa son ennemi le plus farouche, le prince Xizor. L’envie de l’étrangler vint une fois de plus à l’esprit de Vador, mais il préféra ne rien faire. Un jour…
Xizor demanda audience auprès de l’Empereur. Quelques instants plus tard, un « Vouiiiii ! » lui indiqua que sa requête avait été acceptée par le plus terrible tyran que la galaxie ait connu (on dirait pas comme ça).
- Mes plus humbles salutations, ô Palpatine.
- Pouyou !
- Je venais vous voir afin de solliciter votre avis sur un point précis.
Palpy entreprît de se lever, d’écarter les bras et de jouer au TIE. Il se déplaçait maintenant autour de Xizor.
- Vrouuuum ! Piou ! Piou ! Ze t’ai eu ! ! ! ! (Palpatine décocha quelques éclairs afin de simuler les lasers du TIE)
- J’ai entendu parler de votre offre pour la capture de Luke Skywalker.
L’Empereur s’arrêta soudain.
- En quoi vous intéresse-t-il, prince Xizor ?
Le Falleen fut décontenancé par ce brusque changement d’attitude. Il savait que le Vieux était gâteux, mais à ce point là !
- J’ai à cœur de servir l’Empire et son Empereur. Capturer ce Rebelle va dans ce sens, en plus de l’immense honneur de vous satisfaire.
Palpy resta quelques instants silencieux. Xizor commençait à trouver le temps long et se demandait si l’Empereur n'allait pas désapprouver cette requête. Après tout, s’il avait voulu que Xizor s’en charge, il lui aurait ordonner.
- Faîtes le poirier, prince Xizor.
Le Falleen en resta la bouche grande ouverte d’étonnement. Que voulait donc cet esprit malade ? Ayant peur d’endurer le courroux de Palpatine, qui avait retrouver sa lucidité, du moins, c’est que l’on déduisait de l’intonation de sa voix, Xizor s’exécuta avec habilité.
Palpatine le considéra un moment puis toucha la fesse droite de Xizor en lui criant : « Félynx ! ». Palpy courut tant bien que mal vers son trône, s’y assit, replia ses jambes et dit : « Ze suis perché euuuu, ze suis perché euuuuuu ! ». Xizor en tomba lourdement sur le plancher (voir manga).
« Et dire qu’il faut obéir à ce dégénéré ! » pensa Xizor, « Mais mon heure viendra… »

Ecrit par Zil Turn le 11 Avril 2001
 




6. Palpatine : l'EDF de Star Wars...
BZZZ!
Xizor se releva avec peine et essuya la poussière qui restait sur sa tunique d’un revers de la main.
- Vous avez gagné votre excellence, dit le Prince noir en ce forçant a sourire.
- Hi hi hi ! voui !
- J’aimerai donc vous faire part de mon plan pour capturer ce rebelle.
- Qu’avez vous dit prince Xizor ?
Et en plus il est sourd !
- Je disais votre majesté que j’avais un plan à vous soumettre pour capturer ce rebelle.
- C’est bien ce que j’ai entendu, reprenez je vous prie.
-Et bien en fait je sais que votre méchanceté à l’intention de…
- NAN ! Reprenez depuis le début !
Un long moment passa, et Xizor reprit…
- Je voudrait soumettre à votre majesté un plan pour capturer ce rebelle qu’est Luke Skywalker, mon seigneur.
L’Empereur le regarda à son tour un long moment.
- Décidément mon amis vous n'apprenez pas très vite, répondit Palpatine enchaînant immédiatement avec une décharge électrique.
- PAS BEAUX REBELLES !
Le fallen commençait à fumer quand Yario entra dans la salle du trône.
- AH non ! Pas encore ! Vous avez déjà exécuter 2 gardes impériaux ce matin, vus avez votre cota de la semaine ! Et de plus c’est l’heure de votre bain de bacta.
- Biu ! dit l’Empereur en croisant les bras, visiblement en train de bouder.
- Y’a pas de biu qui tienne ! Ca va, dit le domestique a l’attention de Xizor qu’il aidait à se relever.
- Mer…ci… dit le fallen.
- Puis tout d’un coup l’holo-console géante s’alluma.
- Ah non, s’écria Yario en laissant retomber le corps du prince, il va m’allumer la Playstation 9 !
Il était parti débrancher la prise de courant quand la silhouette de Dark Vador apparut. Il se figea.
- Oui mon maître ?
- Il ya un grand trouble dans la force.
- Je l’ai sentit, maître.
- Nous avons un nouvel ennemis…
- Luke Skywalker? avança le Seigneur de sith.
- Qui est ce Skywalker ? Non, je veux vous parler de Qui-Gon Jinn et Son Apprenti Obi-Wan Kenobi. Ils sont nos principaux obstacles pour conquérir la république !
- Vador regarda longtemps son maître puis soupira. Il jeta ensuite un oeil à Yario qui avait un air désespéré.
- Qu’ y a-t-il Seigneur Maul ? dit Palpatine…

Ecrit par Cesba le 22 Avril 2001
 




7. Un peu de mascara ne serait pas de trop... juste histoire de cacher la misère quoi...
Paraît que les poils c'est viril...
Vador fit la grimace... avant d'avoir ses restes de joues coincés par les rebords du casque, immobilisant ses muscles.
- Mon maître, vous... vous êtes, si je puis me permettre, dans l'erreur.
- Où ça ?
- Non, pas où mais quand. Nous sommes à... enfin VOUS êtes à la tête de l'Empire, mon maître. Il n'y a plus de Jedi... ou presque.
- Je le sais... ah oui... cela me revient. Je disais donc qu'Il y a eu soudain un grand truc trouble qui m'a gêné dans le Froc.
- Vous voulez plutôt dire un trouble dans... la Force ?... hésita Vador.
- Oui. C'est exact. Il s'agit d'un certain Duke Skycrawler.
Vador serra ses dents, écoeuré que son nom puisse être ainsi écorché, puis se dit que de toute façon, Skywalker ou Sky-ce-que-tu-veux, qu'importait maintenant, ce nom ne signifiait plus rien pour lui, mais alors plus rien du tout du tout du tout du tout du tout, que dalle, niet, nada ! Puis il commença à répéter dans sa tête "ce nom ne signifie plus rien pour moi, ce nom ne signifie plus rien pour moi, ...", ceci une quarantaine de fois avant d'être interrompu par un Palpatine qui commençait à avoir les yeux qui tombaient derrière les orbites.
- Seigneur Vador !
- Oui ? Que disiez vous, mon maître ?
- Ce Duke Skycrawler pourrait nous détruire. Il ne devra jamais devenir un Jedi !
- Il est tout jeune.
- Cela m'intéresse...
- Pas si jeune que ça, mon maître.
- Je ne suis pas difficile.
- ... j'ai une alternative, puis-je la proposer ?
- Je vous écoute.
- Si nous pouvions le convertir, il deviendrait un allié très puissant.
- ...oui.... oui... ce serait même un toutou très précieux... cela peut-il être fait ?
- Il sera nôtre allié ou il mourra, mon maître.
L'hologramme de Vador disparut.

Xizor prit la parole.
- Alors, cela vous intéresse toujours ? Je peux le retrouver.
- Effectivement, il serait un valet très précieux, répondit Palpatine. J'ai besoin d'un nouveau toutou !
Yario frissona sur ces mots. Il savait maintenant que ses jours étaient comptés et qu'il devait se débarasser de ce Skycrawler au plus vite.
Il ne réussirait pas éviter les éclairs indéfiniment...

Palpatine entreprit de descendre quelques marches... puis se ravisa en haut de la première, et retourna vers son fauteuil tout en ronchonnant.
- Quelque chose ne va pas vôtre Sublissimiesque Altesse ? demanda Yario d'une voix mal assurée, encore tout pâle.
- J'avais demandé que l'on m'installe un fauteuil automatique pour descendre le long de la rambarde !!!
- Mais vôtre Magnifiquissimiesque Alt...
- Assez !
Yario vit quelques étincelles crépiter au boût des doigts de l'Empereur et dut se retenir de libérer le fardeau imposé à sa vessie, soudain si lourde.
- Prince Xizeaux !
- Mmm ? Puis-je me permettre de vous rappeler que mon nom est Pr...
- Chut !... laissez moi trouver... Prince Lu ?
- Non.
- Chut chut chut ! Ne dites rien... mmm.... je sais ! je sais ! c'est Prince Luxor !
- Pas vraiment, vôtre Altesse. Mon nom est Xizor, Prince Xizor.
- Qu'importe !.... ... ...dites... j'ai une petite question...
- Je suis à vôtre écoute, répondit Xizor.
- Comment me trouvez vous ?
Xizor resta bloqué, ne sachant quoi répondre.
- Est-ce que ma robe noire vous plaît ?
Xizor ne parvint pas à sortir un seul mot. Il ouvrit la bouche... en vain.
- Préferiez vous que j'enlève seulement ma capuche ou toute ma robe noire ?
- J-je... heu...
- Aimez-vous mon visage ? Ai-je de beaux yeux ?
Xizor faillit vomir. Mais à peine avait-il réussit à se retenir qu'il se mit à changer de couleur. Il vira au rouge et tout aussi étrange que cela puisse paraître, il libéra une pleine volée de phéromones sexuelles de Falleen qui volèrent tout autour de lui, avant qu'il ne s'éfondre au sol, la chaleur lui montant à la tête.
Un groupe de phéromones arriva jusqu'à Palpatine...
Yario contemplait la scène, redoutant le pire. Il partit se cacher derrière une console de commande, pendant que Xizor tentait de reprendre son calme et ses esprits.
Le servant réussit à éviter le nuage de phéromones en enclenchant la ventilation grâce au panneau de commande derrière lequel il se trouvait.

- Oh... il fait chaud vous ne trouvez pas ? dit Palpatine d'une voix suave mais brelotante.
Puis il s'affaissa dans son fauteuil, levant sa jambe gauche par dessus l'accoudoir situé du même côté, pivota sur sa gauche, se pencha légèrement en arrière par dessus l'accoudoir droit et lança subitement sa tête en arrière en lâchant un "Haa..." aguicheur, laissant sa capuche tomber derrière sa nuque, dévoilant ainsi le visage à demi digéré de l'Empereur.
Il resta ainsi pendant plusieurs minutes, ses orbites fixant Xizor, invitant le Prince en battant de ses paupières gris-jaunes, avant de prononcer quelques mots bien placés :
- Pou pou pi dou... pouh !

Yario se dit qu'il fallait mieux arrêter cela tout de suite sinon le pire serait à venir. Mais il était déjà trop tard.
Palpatine lévitait en position allongée jusqu'au Prince encore étendu par terre, en étant de choc.
L'Empereur se posa à juste côté, passa une jambe sur le Falleen et commença à glisser un doigt crochu et rabougri sur les abdominaux de Xizor.
- J'adore vôtre parfum, suçura Palpatine à l'oreille de Xizor, encore tout grillé de la dernière décharge électrique de tout à l'heure.
- Vous savez, j'ai un faible pour les Princes, rajouta t-il.
Yario se dit que les choses prenaient franchement une mauvaise tournure. Il hésitait entre rester là et aider le pauvre Xizor ou sortir et partir en mission pour trouver ce Duke Skycrawler. Il opta pour cette dernière option, se disant que de toute façon Palpatine trouverait bien un autre servant provisoire le temps qu'il revienne pour reprendre sa place. Il se leva, jeta un dernier regard aux deux êtres allongés par terre... l'un presque enlacé par l'autre truc tout gris-jaune, puis tourna les talons et fuya vers la porte, retenant sa respiration pour ne pas être contaminé par le nuage de phéromones sexuelles.

Pauvre Prince Xizor... ...eurk...

Ecrit par Koor Oragahn le 23 Avril 2001
 




8. La vieille peau de chagrin...
Je veux bien que ça soit très tendance comme design mais les visières rouges ça me fatigue le nerf optique...
Le tout dura encore quelques minutes ( qu'on ne décrira pas bien sûr ), puis Xizor reprit petit à petit ses esprits. Pendant ce temps l'effet des phéromones commençait à se dissiper.
Les deux hommes se relevèrent, quelque peu gênés.
- J-je... je suis navré Prince Xizor, dit Palpatine en réajustant sa robe.
Xizor ne parvint toujours pas à articuler le moindre mot. Décidemment cette expérience l'avait assez secoué.
- Désirez-vous autre chose Prince ?
Xizor respira un bon coup et trouva enfin l'énergie nécessaire à libérer les précieuses ondes vocales qui semblaient l'avoir quitté.
- Non merci, ça ira. Je... dois vous laisser maintenant.
- Oh noooon...
- Je reviendrai.
Puis Xizor retrouva une posture plus noble, pivota sur ses talons et fit quelques pas vers le turboélévateur avant de s'arrêter net. Il se retourna vers l'Empereur.
- Excusez-moi mais j'ai une faveur à vous demander.
- Faîtes.
- Pourriez-vous effacer les enregistrements des caméras de surveillance s'il vous plaît ?
- Je m'en occuperai moi-même. Par ailleurs j'éliminerai les techniciens de vidéo-surveillance... yéhein...
- Ah ?... soit...
Xizor sentit un léger frisson parcourir sa crête. Il pressa le pas et quitta cet endroit le plus vite possible.

L'Empereur était désormais tout seul, assit sur son trône. Il se mit à penser... puis se rendit compte qu'un petit tas de phéromones s'était aglutiné sur la manche droite de sa robe. Il les chassa d'un revers de la Force.
Palpatine enclencha le communicateur de son siège et appela ses gardes.
- GAAAAAAAAAAAARDES !!!!!!!!!!
La haut parleur résonna dans toute la salle. Deux gardes royaux de rouge arrivèrent au trôt. L'un deux avait ôté son casque et se grattait le fond de l'oreille droite, son tympan ayant visiblement peu apprécié le flôt soudain de décibels qu'il avait ingurgité.
- Oui, Vôtre Majesté ?
- Ammenez-moi mon servant !
Le garde qui tenait son casque sous son bras prit la parole.
- Je suis désolé Majesté mais vôtre... esclave... s'est enfuit.
- COMMENT CA ENFUIT ???????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
- Il-il... argh...
L'Empereur usa de la Force pour appuyer sur les yeux de ses deux gardes.
- Mmouiiiii... alors il s'est enfuit ?
- Arrghh... aaaaaaarrrrrhhh !
- Et vous n'avez rien vu ?
Le garde ne put répondre, paralysé de la glotte jusqu'à ses verrues plantaires par la douleur.
- Dans ce cas là, vous n'avez plus besoin de vos yeux.
Palpatine fit un mouvement de la main. La tête du garde vola à travers la pièce et s'éclata sur le mur du fond.
- ...oups.... se permit Palpatine d'un ton désinvolte. Puis il rappela sèchement son autre garde.
- .... O-o-oui ? fit l'autre garde, très choqué de la scène qu'il venait de voir.
- Retrouvez le moi.
- Il est sûrement très loin à l'heure qu'il est.
- Il semblerait que vous n'ayez pas compris, lança Palpatine d'un ton hypothermique.
- J-je suis désolé Vôtre Altesse.
- Vous ne pensez pas pouvoir le rattraper ? A quoi vous servent alors vos jambes ?
Le garde sentit des picotements dans ses cuisses.
- A..c-courrir monsieur...
- QUOI ??!!
- Heu-heu... à courrir Vôtre Amplitissimement Magnifiquement Suprême Altesse...
Le garde sentit la douleur monter dans ses jambes. Il perdait le contrôle de la situation.
- Voyez-vous, j'ai bien l'impression que vous ne comprenez pas le sens profond du mot "ordre". Etant donné que vous doutez de vos capacités et surtout de vos propres membres antérieurs, je vais me permettre de vous en déposséder...
- NNNNNNNNOOOOOOOOON !!!!!! cria le garde, avant d'être projeté au sol et trainé sur une dizaine de mètres par les nerfs et les tendons de ses jambes qui fonçaient droit vers le vide ordure.
Palpatine activa la grille grâce à la Force et ouvrit le sas. Les jambes passèrent les premières, suivies du garde quelques secondes plus tard. Puis l'Empereur referma le sas. Les cris du garde se perdirent dans le silence quand auelque chose au fond du conduit du vide ordures rota. Palpatine leva un sourcil, grâce à la Force.
- Voilà qui est fait... gnibuiiiiiiii....
L'Empereur essuya du dos de sa main le filon de salive mousseuse et nauséabonde qui ruisselait le long de sa quatre-cents vingt-neuvième ride.
- Il est temps pour moi de prendre un bain bien mérité. Gardes !.... Gaaaaaaaardes !........ riiiiiiiiiiiiiiiiihhhhrr...
Palpatine toussota puis se reprit une deuxième fois.
- GAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARDES !!!
Le turboélévateur fit un *ting !*, deux gardes en sortirent et s'approchèrent du trône.
- Trouvez-moi un servant. Je dois prendre mon bain.
- Oui Vôtre Altesse. Où devons-nous chercher ? Avez-vous une préférence ?
- Laissez moi faire... bui et bui et hologramme, am stram gram !... C'est vous !
Palpatine désigna un de deux gardes de son doigt vouté.
- Bien Vôtre Altesse.
Son voisin ricana doucement, mais pas assez.
- Ainsi donc cela vous amuse...
- Heu... non Vôtre Altesse.
- Tant mieux. J'ai changé d'avis et vous allez m'aider à prendre mon bain ! vous êtes désormais mon servant en attendant que je vous trouve un remplaçant.
- Que dois-je faire ? demanda l'autre garde, soulagé d'être aussitôt débarassé d'un rôle qu'il n'eu même pas l'occasion de jouer.
- Vous pouvez nous laisser.
Le garde retourna au turboélévateur, pénétra le palier de la cage mais fut coupé en deux par la porte qui s'actionna plus tôt que prévu.
- J'ai mentit ! hé hé hé hé hé... bbbbbuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!!!!!
Le nouveau larbin regarda avec dégoût la scène. Décidemment les Seigneurs de Sith étaient et sont des êtres très cruels, ce à un point iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinimaginable.
- Quel est vôtre sobriquet ? enchaîna Palpatine.
- M-m-mon nom est Yob Sep, articula difficilement le garde.
- Je vous appellerait Yop. Maintenant aidez-moi à prendre mon bain.
Palpatine se leva dans une tumultueuse et disgracieuse symphonie de craquements d'os. Il prit la direction de la porte menant à ses appartements privés, suivi de son nouveau larbin, Yob Sep, enfin Yop, puis s'arrêta et retourna sur son trône.
Yop risqua une question :
- Qui y'a t-il mon maître ?
- Amenez-moi ma baignoire ! Et n'oubliez pas mon zgouizgoui qui fait du bruit quand on le presse sinon c'est vous qui ferez du bruit quand je vous presserai !
- Oui, mon maître. Certainement, mon maître. J'y vais de ce pas, mon maître.
- Vous êtes encore là ??!!
- Non non...

Ecrit par Koor Oragahn le 5 Décembre 2001
 




9. Vive les après-midi de pluie...
Le jouet préféré de son Altesse
Le pire était passé. A présent, il ne restait plus qu'à rincer la baignoire des morceaux de peau et de chair incrustés au fond, qui témoignaient du passage de l'Empereur. Yop frottait avec toute son énergie, mettant à profit sa formation de soldat pour venir à bout de ces immondices impériales.
Palpatine était resté un bon moment à faire sa toilette annuelle, puis Yop s'était aperçu que son Maître s'était endormi dans l'eau crasse, tenant dans ses bras flétris son jouet préféré : une Etoile Noire en plastique qui riait sadiquement quand on la pressait. Le tyran avait joué à la destruction de la galaxie, avant de s'assoupir en gargouillant.
- Veu à folonté grommandant !
Yop avait patiemment attendu que le Maître se lasse, puis n'avait pas osé le réveiller, trop heureux de ce répit dans sa pénible journée de travail.
Et quand il repensait à son salaire de misère, cela le rendait malade (encore plus que de nettoyer la baignoire de Palpatine). Un solde dérisoire, qui était soi-disant compensé par des avantages sociaux. Tu parles ! C'était tout juste s'il avait le droit de participer aux exécutions quotidiennes de Rebelles.

Une fois sa tâche ingrate terminée, le brave Yop retourna dans la salle du trône.
- Encore… songea-t-il en avisant les cadavres de gardes rouges que Palpatine avait dû exterminer pour passer le temps.
- Vous voilà enfin Poy ! tonna Palpy.
- Yop, grogna le soldat entre ses dents. Que puis-je faire pour vous, Sublimissime Grandeur Cosmique ?
Le tyran réfléchit une bonne demi-heure, se grattant le menton et en arrachant des plaques grosses comme ses doigts. Puis il tapa des mains joyeusement, sautillant sur son trône.
- Amenez-moi un Jedi, et un bien dodu ! Un non-humain de préférence !
Yop secoua désespérément la tête.
- Nous sommes en rupture de stock, déplora-t-il. Le Seigneur Vador a tué les derniers il y a un moment…
Palpatine roula par terre, tapant du poing en sanglotant.
- C'est pas zuste, Vador il garde tout pour lui ! Méchant Vador !
Avec toute la patience de la galaxie, Yop attendit que la crise de larmes se calme. Il détourna le regard quand Palpy se moucha dans sa cape, étalant sa morve sur le tissu noir et sur le trône.
Puis soudain il se redressa, et Yop crut voir danser une lueur de joie dans ce qu'il restait de ses yeux.
- Ca y est, j'ai trouvé…
Yop fut curieux de savoir ce que le despote allait bien trouver pour occuper son mercredi après-midi.
- Yop, on va se marrer aujourd'hui !
Le soldat était méfiant, conscient que Palpy serait très certainement le seul trouver cela drôle. Avec un peu de chance, ils feraient du tir au wookies, mais ce serait trop beau.
- Allez donc me chercher mes cylindres de clonage !

Ecrit par Kano le 16 Mai 2001
 




10. Quel boulot ingrat...
"C'était l' bon temps !"
Yop Seb ne bougea pas d'un pouce, tout comme Palpatine qui était penché en avant dans son fauteuil, les yeux vides (à tous les sens du terme), le sourire béat d'un Michael Jackson après sa 1587ème opération déchirant le bas de son visage ridé comme un raisin sec.
- Excusez-moi, Votre Souverainneté Galactissime, mais je vais être dans l'impossibilité de vous amener vos cylindres de clonages étant donné que : 1) Les cylindres sont reliés à tout un appareillage qui pèse plusieurs centaines de tonnes et 2) Les-dits cylindres ne se trouvent pour le moment qu'à Wayland, dans une montagne, ou à Byss, dans les Mondes du Noyau, là où vous les avez cachés.
Yop aurait voulu dire "par pitié, ne m'arrachez pas les bras" mais il s'en abstint pour ne pas donner de mauvaises idées à Palpy.

Comme on aurait pu s'y attendre, il fallut un certain temps à l'Empereur pour assimiler les paroles du Garde Impérial. Et quand je dis "un certain temps" ça avoisine tout de même les 1 heure et demi.
Yop eu le temps de se passer 17 fois le tube "In the Imperial Navy" des Tatooine People grâce au lecteur MP3 intégré à son armure avant que Palpy n'esquisse un mouvement. Et quand il le fit, se fut pour se moucher sur la manche de sa robe. Peu de temps après (une bonne demi-heure), des changements des muscles faciaux semblèrent se produire; Yop en profita pour se diriger vers son Empereur afin de bouger ses jambes endolories par l'immobilité et de constater si le changement avait eu lieu : non, il avait rêvé.
Il s'approcha un peu plus de la face de Palpy, le regarda dans les orbites, passa sa main gantée de rouge devant ce qui restait de ses yeux : pas de réaction.
Yop, qui commençait à avoir des ampoules, décida de s'assoir sur le bras gauche du trône de Palpatine. Ce dernier ne réagit pas.

Après une durée de temps indéterminée, une expression d'incrédulité finit enfin par se peindre à gros traits sur le visage de Palpy. Il s'écria :
- Bon sang, Yop, où êtes-vous ?
Le garde se réveilla en sursaut, se redressa et défroissa rapidement sa robe rouge.
- Je suis à côté de vous, Votre Omnipotente Sérénissime... euh... Truc...
Avec un cri d'effroi, Palpy, qui fut surpris de trouver son garde à côté de lui alors qu'il se tenait il y quelques heures devant lui, bondit hors de son siège, tomba sur le sol, dévala les marches menant à son trône, atterrit plusieurs mètres plus bas, glissa sur le sol ciré pour aller se cogner contre un panneau de contrôle, rebondit comme une balle de flipper, roula, tournoyant, tout en balançant des rafales d'éclairs bleus, alla buter contre une rambarde de protection qui céda sous le choc puis tomba dans un puits d'aération des cuisines de son palais de Coruscant.

Yop Seb, ahuri, n'osa pas bouger :
- Oh mon Dieu, j'ai tué Palpy !!!
D'autres Gardes Impériaux, qui avaient assisté à la scène par les caméras de surveillance, déboulèrent dans la salle :
- Espèce d'enfoiré !!!

Ecrit par Sed Firrtyg le 6 Novembre 2001
 




11. The palpy strikes back ...
et un et deux et trois zéro !
Pendant que le pauvre Yop reculait contre le panneau de commande, Palpy était perplexe...
Mais où donc était passé son corps sublime qui avait tellement séduit Xizor ? Intrigué, il décida d'appeller ses gardes... Mais, d'abord, pourquoi, était il en suspension dans un tuyau ? Et quel était cet immonde tas gris qui gisait dans un des renfoncements ? Il s'approcha persuadé de trouver un Dewback décomposé. Cependant ce ... ce .... cette forme disons, lui était étrangement famillière... Un rebelle grillé ? Non pourquoi porterait il une cape noire ? Un jedi alors ? Mais non il n'en avait pas tué depuis longtemps ! Il s'approcha encore et eut un mouvement de recul d'abord parce que le spectacle était particulierement horrible, même pour Palpy, le mort s'était fendu le crane en répendant un jus vert et visqueux et un de ses yeux était tombé de son orbite, rongé par des vers. Ensuite parce que ce crane mutilé était LE SIEN !! Pendant un moment il pensa : qu'est ce que je suis mal fichu mais après un moment de reflexion, il se ressaisit : moi je suis mal fichu ???Enfin ca n'avait plus d'importance puisque...Ben merde! Il était mort ! Il lui fallait trouver un autre corps ....
Soudain il eut une idée (peut etre n'était il plus gêné par son cerveau moisi pour reflechir ...), et il decida de se rendre dans la salle des cylindres de clonages ...Il voulait, plan simple pour tout etre normal, se cloner grâce à l'oeil qu'il avait eu l'intelligence, pour une fois, de faire voler avec la Force. Il commenca donc à programmer sa resurection mais après maintes pannes d'ordinateur, de courant, de Force et ouais ca arrive aussi ! il réussit a entrer dans un corps mais immédiatement , il senti un grand trouble dans la Force (ben non il était plus en panne !), il avait encore de nouveaux ennemis (on se demande pourquoi d'ailleurs ! il est si sympatique !) : ses clones ! (et ouais meme eux ils peuvent pas se le voir !)

Ecrit par Cesba le 22 Septembre 2012
 




12. Et le valet?
Ou se cache-t-il?
Yario Ymitchelli trainait dans les bas fond de Corruscant, comment pourrait-il trouver se Duke Skycrawler avant le seigneur Noir ou le prince Noir? Dans le dédale des rues il finit par arriver fâce à un bar du genre peu commun pour la capitale impériale. L'enseigne clignotante du bar indiquant "Le Café Des JEDIS", Comment un tel établissement pouvait-il encore etre debout de nos jours? s'interrogea Yario.
En bon soldats impérial il s'apprétait à signaler les lieux, lorsqu'une idée germat dans son esprit Peut etre que les tenancier on encore des contacts avec des survivants Jedis, qui pourraient lui dire ou trouver ce Skycrawler!

La salle principale était propre, aussi profondément enfoncé dans les bas fond de corruscant on n'aurait jamais pensé trouver de lieu aussi propre. Le tenancier, un non humain, resemblais à un gigantesque mille-pattes. Yario était visiblement le seul client, "pas étonnant quand on vois le barman!". Usant d'une partie non définie de son corps la créature s'adressa à notre valet :
-Kessss que ce ssserat?
-Je suis à la recherche d'un Jedi, heu...., ce serait pour retrouver un ami.
-Les Jedis sont une denrée rare de nos jour!
-Ben, oui! Mais vous en connaitriez pas un qui soit encore en vie?
-Sssssi, peut etre...., un vieux nain vert qui vit dans les marais du commerce de racine. Mais je doute que ça vous soit utile...
-Mouais, mais si c le dernier Jedi que M'sieur Dark ait pas tué....
-Pour sur! le vieux ne doit pas interresser grand monde!
-On peut le trouver où?
-Une planète perdue, Dagoquelquechose!
-Merci.
Sur ces mots Yario tua la créature et signala l'endroit aux authorité, "il ne me reste plus qu'à me rendre sur cette dagoquelquechose, et peu etre que l'empereur le récompenserait...

Ecrit par Ced De Szym le 25 Octobre 2001
 




13. yam cherche la planete du maitre jedi
On a une sacre vue de la haut !
Yami se dirigea vers une grande salle D' HOLONET. Il activa l' ordinateur et tapa le mot jedi. La reponse fut:les jedi furent assassines par ...Yam connaissait la reponse. C'était le seigneur Vador qui les avait tuer. yam avoua qu il ne comprenait pas grand chose au sujet du pouvoir que detenait ces fameuts jedi. Une idee lui traversa l'esprit : "Pourquoi ne pas ecrire : planète commencant par d, il doit pas en avoir beaucoup! "Il se trompais : pour en avoir beaucoup, il y en avaient, au moin 100! Il prefera aller voir palpy
"Oui,pensa-t-il, avec la pretention que c'est pour faire un rapport ,c'est une idee."

Ecrit par quepa jeche le 17 Février 2002
 




14. Palpy fait de la résistance
"Si on attaque l'Empire, l'Empire contre-attaque"
Pendant ce temps-là, à Coruscant : « L’inconvénient des résurrections et du transfert de la conscience dans un nouveau clone, c’est qu’on oublie tout le temps que le corps flotte dans du bacta et qu’on manque à chaque fois de se noyer… » A chaque fois, Palpy se faisait cette réflexion, se jurant qu’il ne s’y ferait pas reprendre. A moins de prévoir la conservation des clones dans du whisky corellien…
Une fois sorti de sa cuve, l’Empereur réalisa deux autres choses : il était à poil et les autres clones le reluquaient ! Il se remémora aussitôt les histoires qui couraient sur les douches de Kessel… Brrrr ! Plutôt sauver la vie de quelqu’un que de subir ça ! Quoique…
S’habillant à la hâte avec son manteau Sith signé Paco Rabanne, lequel prédit la destruction de l’Etoile Noire près d’une lune forestière, chaussant ses sandales antigrav du regretté couturier alderaanien Mephisto, l’Empereur toisa du regard ses clones. D’une voix forte et assurée, il harangua ses semblables : « C’est qui le plus beau et le plus fort maintenant ? Hein ? ». Découragés, les autres clones retournèrent faire trempette dans leur cuve. « Ce qu’il a comme répartie ! » se disaient simultanément les clones.
C’est à ce moment-là que Yario entre dans la salle de clonage et s’adresse à l’Empereur : « O Maître, votre rétablissement a été spectaculaire… » Yario pensa : « Ce vieux con est plus rap…. Urgggg » Il ne pouvait plus parler, une main invisible écrasant son larynx. Palpatine s’approcha de lui et lui murmura : « Je lis dans tes pensées comme dans un databloc ouvert ». Yario supplia : « Tuez-moi mais par pitié, fermez la bouche ! » Palpy relâcha sa mortelle étreinte et partit vers son véhicule énervé. Passant devant un stormtrooper en faction devant la salle de clonage, l’Empereur s’arrêta et se dirigea vers le soldat. Ce dernier eût le temps de dire à son correspondant par comlink : « Attention chérie, ça va couper ! ». Palpatine sortit un sabre laser de son manteau et coupa en deux le storm. D’un air dédaigneux, Palpy dit : « Meurs, pourriture rebelle ! ». Il ne savait pas pourquoi, mais il reverrait bien l’holofilm « La cité impériale de la peur »…

Ecrit par Zil Turn le 4 Mars 2002
 




15. Une âpre négociation...
Vas-y ! T'en veux combien ?
Confortablement installé dans son palais de Coruscant, l'homme qui avait mis fin à l'éternelle République, qui avait pour disciple l'Elu, qui dominait toute la galaxie, était en train de faire tourner son trône à la vitesse maximum, comme une toupie. Il poussa un POUYOOOOO de pur bonheur.
Yario entra dans la salle du trône et dit : "Votre Altesse, Ysanne Isard demande à vous voir."
Palpatine tenta de se lever mais, la force centripète aidant, il fut éjecté près d'un puits d'aération d'un réacteur (décidément, les architectes ont des manies tenaces). Se relevant difficilement, il marmonna : "Il faudra que j'y fasse attention à l'avenir..."
Coeur de glace entra : "Salut vieux débris !"
- "Pouyou pouyou ! Comment que c'est y que ça va ?"
- "Bien. J'ai besoin de 6 milliards de crédits."
- "Dis, tu vois bleu d'un oeil et rouge de l'autre ?"
- "J'ai besoin de cette somme pour placer des ailerons aérodynamiques à double diffraction sur le Lusankya. Ca va jeter d'enfer !"
- "Comment il fait ton coeur pour battre alors qu'il est tout froid ?"
- "Vieux gâteux ! File-moi les 6 milliards sinon je dis à tout le monde que t'es même pas cap' de détruire une planète."
Palpy, vexé, appuie sur un bouton et dit : "Tarkin ! Détruisez-moi une planète !!!" Se tournant vers Isard, il lui tire la langue, hausse les épaules et maugrée : "Comme si j'étais pas cap'... Oh ! J'suis empereur moi ! J'fais ce que je veux avec mes cheveux"
Isard, reconnaissant la toute puissante de l'Empereur, s'inclina et lui susurra à l'oreille : "Exterminateur de Jedi, quand je regarde ton gros sabre-laser, mon coeur se dégèle et me rappelle que je suis avant tout une femme..."
Palpatine, visiblement gêné, lui dit embarrassé : "Euh, les voilà tes 6 milliards ! Maintenant, va-t-en !"
Satisfaite, Isard s'en alla.
Seul, l'Empereur médita sur son terrible secret : il était timide avec les filles !

Ecrit par Zil Turn le 8 Mars 2002
 




16. objectif : se distraire !
c vraiment pas de bol...
Se remettant avec peine de cette affreuse découverte, Palpy était de fort mauvaise humeur. Et n’ayant que Zop sous la main, ce fut lui qui en fit les frais.
-"Liberez mon valet... je le garde à mon service..." Gnarf Gnarf, songea il, on va rigoler un peu. le soldat éfrayé entra dans la vase piece.
-« ZOP ! » hurla le puissant dégénéré
-« oui votre splendeur ? » l’ancien soldat trembla de la tête aux pieds lorsqu’il fit cette réponse.
-« Donnez moi mon sabre... »
-« votre... votre sabre seigneur ? » le doute se changeais peu a peu en certitude : il allait finir en brochette !
-« il m’avait pourtant sembler avoir été clair !!!! Mon sabre, crétin de wookie rasé !! »
s’exécutant avec peine, Zop rapporta l’objet en question. Tandis qu’il s’avançai vers le trône, devant ses yeux repassait les images gravé dans sa mémoire des quelques rares moments heureux de son insignifiante existence : Quand, à l’age de 5ans il avait reçu son premier uniforme de stormtrooper : émotion enfantine du décérébré qui avait vu dans ce geste la reconnaissance de son existence ( ben oui, 5ans, ça fais jeune mais avec la croissance accélérée...) ;
Quand il avait rencontré, lors de sa première permission, Lyaï tsaï, jeune humanoïde charmante et désirable, qui moyennant finance lui avait appris plus sur la vie en deux nuit que son adjudant chef sur la guerre en 2 ans ;
Quand enfin il avait été muté au service de nuit, chargé de surveillé et de patrouiller dans les bas fonds de Coruscante. Quels débauche cela avait été...
Lorsqu’il eu fini de voire défiler sa vie devant lui, il se rendis compte combien elle était courte, et qu’en fait il n’avait du tout envie de mourir... (chose compréhensibilité !) C’est alors qu’il fit la seule chose qui lui restai a faire pour sauver sa peau : (Embrasser palpatine!!! non, jdéconne ... quand même pas déshesperer à ce point...)
Saisissant le sabre à deux maints, il ouvris la lame luisante, et, la levant au dessus de sa tête il poussa un cris terrible, comme pour se donner des forces...
-« Yeeeeeeehaaaa !!!!!!!!! » Et bondissant , il tenta de se jeter sur l’empereur.
Mais ne deviens pas guerrier sith qui veut, et le croulant l’avait vu venir, et s’était amuser de lire dans son esprit le trouble et la peur... ( forcément, c’est le chemin qui mène au coté obscur ! Mais que le coté obscur s’infiltrant lui même, c’est fort je trouve ! enfin passons) Sans bouger d’un Iota son corps décrépi , il remua les doit et le solda roula a terre, terrasser par de joli éclairs bleu
-« Qu’est ce qu’on s’amuse ! » s’écria le papy !
Ce qui réjouissait le schnock à ce point n'était pas tant son pouvoir éléctrique, qui etait un peu lassant faut l'avouer, que les mouvement spasmodiques des restes du clone. En effet le soldat déjà tous grillé, ne possédant pas les qualité nécessaire pour manier une arme tel que le sabre lazer, s’était lui même trancher la tête dans sa chute.
-« Bon c’est pas tout mais j’ai faim moi... » transition assez evocatrice!
Et sans un regard a la carcasse traitant au sol, l’empereur sonna un nouveau valet
-« et plus solide cette fois ci !!! j’en ai marre de ces valet qui ne supportent pas qu’on s’amuse un peu avec eux »

Ecrit par Kilma Kenobi le 1 Juillet 2002
 




17. Un truc pour changer (de valet, et d'activité)
Jean Palpatine 3eme clone
Palpatine fini par baisser les yeux sur les restes fumants de Yop, et il se dit que tout compte fait, ça doit pas être mauvais comme truc ça... Sur ce, un garde apparut devant lui.
- Je suis à vos ordres Votre Altesse Siblimissimmalle, dit-il et s'agenouillant devant le trône.
- Bidibuu... C quoi votre nom ?
- Yub Seb. Repondit il.
- Doubiou..... (un frémissement parcourut le visage du tyran). Dorénavant, vous vous appelez Yup !
Yub, qui n'avait pas du tout envi de finir comme son cousin (quelle famille !), acquiesça immédiatement.
- Bien, que puis-je pour vous, Altesse ?
- Vous allez me servir mon ancien valet pour mon déjeuné ! Un filet de bave coula sur le menton de Palpatine. Il doit être à point !
Sur ce, Yub pris son ex-cousin, et s'en alla vers les cuisines. L'Empereur, quant à lui, essaya de réfléchir sur la sortie qu'il devant faire dans quelques heures. Il devait réciter un discourt devant un certain nombre de personnes dans une grande sale des immeubles de Coruscant. Malheureusement, les restes du cerveau entravaient les idées (si tant est qu'il y en ai eu), et un horrible claquement se fit entendre dans la sale du trône.
- Boudioudboudiou ! Vous que j'arrête de réfléchir moi... VAAAALLLLEEEET !
Yub apparut au bout d'un moment. Il était tout essoufflé.
- Oui... Votre... Altesse ?
- Je n'ai plus faim. Ramenez moi mes patins à glace ! Je vais faire du Palpatinage artistique ! Hihihihi..... (la fin du rire sadique se perdit dans un flot de gargouillis immondes) Un autre claquement se fit entendre.
Yub, bon valet (pour un Palpatine), le laissa prudemment dans cet état. Et, pour éviter les évènements dut à Yario, partit de la pièce.
En chemin, il croisa Dark Vador.
- Tient ! Salut Yub ! Comment ça va ? Dit Darky joyeusement.
- Ben... ça va, en ce moment je suis à peut près tranquille, il à encore claqué.
- ENCORE !! Pffff.... Va falloir encore le réparer, j'ai pas que ça a faire a la fin ! En plus il a un discourt ce soir ! Bon, viens, on va s'en occuper.
Apres discutions, Yub alla s'occuper du véhicule que le tyran utilisera le soir même, tandis que l'Asmathique s'occuperait de remettre d'aplomb le vieux. C'était un travail fastidieux, car il fallait faire un nombre inimaginable d'injections en tout genre : Dopants (truc très dur car tout ce qui rentrais dans le palais était contrôlé), stimulants, revivifiants, remisesurpiedants, bonnemamant et tout un tas d'autres choses tout aussi dangereuses.
Yub pendant ce temps, s'occupait de la PalpaMobile. C'était un tout petit speeder noir entièrement vitré. Il était tout équipé : Sièges rembourrés, contrôle à distance, protection et tout le bazar. Il y avait même un bouton "Puissance de cuisson" pour quand il faisait soleil. Il astiqua les vitres blindées, les pare-chocs blindés, les phares (blindés), remis les contrôles (blindés) à jours, enfin, tout quoi.
Le soir, Darky arriva devant la PalpaMobile avec le vieux débris. Avec l'aide de Yub, il le mirent dans le véhicule. Malheureusement, Darky toussa et il laissa tomber le tyran.
Il y eu un craquement, et :
- BIDDDIIIIOOOOOUUUUUUUUUU ! Cria de douleur le débrit.
- M***e ! Va falloir le bricoler pour qu'il tienne !
Ils mirent des cales, des clous et des agrafes pour faire tenir l'ensemble de façon satisfaisante.
Et, enfin, le machin fut assis dans le speeder. Yub vérifia le module vocal (ils utilisaient ce stratagème pour les discourt de ce genre). Tout était en ordre, ils pouvaient partir.

Ecrit par Tigris le 31 Août 2002
 




18. Le discours
"Mes chers compatriotes..."
Les pauvres gardes impériaux, accablés par l'odeur insoutenable du tas d'immondice rapiécé qui servait d'empereur à la galaxie, hissèrent tant bien que mal le vieillard endormit, sur son siège de seigneur noir.
Le discours allait commencer...
Les invités commencèrent à pénétrer timidement dans l'immense salle, sous les eclats de rires difficilements contenus des stormtroopers qui gardaient celle-ci( tous le monde n'a pas la chance de posséder un casque muni d'un filtre olfactif...)
Les dignitaires ne paraissaient pas très préssés de prendre place; dont la vue panoramique était centrée sur le vieux débris, mais les fusils blasters des gardes, tournés vers eux pour plus de sécurité, les invitaient fermement à ne pas prendre leurs jambes à leur cou et à s'enfuir une bonne fois pour toutes de cette galaxie de cinglés...
Ils se contentèrent de placer avec fatalisme une pince à linge sur leur nez, protection malheureusement dérisoire...Ah ! mais chut, ça commence...
-Impériales, impériaux, mes chers compatriotes...
Si nous sommes tous réunis ici ce soir, c'est bien sur dans le but de discuter des problèmes qui vous tiennent à coeur, des problèmes si insignifiants pourtant à l'echelle d'un empire si glorieux...
Les techniciens respiraient derrière leurs ordinateurs de control : le module vocal fonctionnait à merveilles et l'Empereur récitait comme prévu le long et fastidieux discours préparé pendant des mois par des experts et conseillers de toutes sortes, afin bien sûr, d'éviter à l'auditoire un récital aussi inutil que pathétique...
...Ainsi l'élévation de 0,025% supérieure au taux autorisé par la convention interstéllaire des producteurs de fromages de chèvres des taxes agricoles concernant les systèmes classés...
Les invités étaient enfin
parvenus à trouver le sommeil, malgré l'odeur insoutenable qui régnait dans la pièce, et l'innefficacité de leurs pinces à linge. Mais lorsque le module vocal prononça le mot "rébellion", Palpy se réveilla en sursaut :
yougiiiiii ! méchants rebels ! pas les méchants rebels ! vai tous les trucider ! gouiiii ! Il se mit à lancer des gerbes d'étincelles dans toute la pièce, foudroyant une bonne partie de l'assistance endormie, dont les survivants se réveillèrent en sursaut et se ruèrent vers la sortie. Mais une autre déflagration retentit, et le plafond de la salle s'écroula. Un homme apparut alors...
Palpatine le reconnut : c'était Duke Skycrawler !
-Oui ! s'écria le vieux débrit, ayant retrouvé ses esprits : mon nouveaux toutou ! On va faire joujou !

Ecrit par sith lord le 19 Septembre 2004
 




Réservation de la suite de l'histoire
Suite de l'histoire non réservée.

Vous devez vous identifier pour pouvoir réserver ou écrire une suite à l'histoire.
 


 

Les actualites les plus consultées ce mois-ci :
[Postlogie] Episode VII : une partie du film se déroulerait sur Tatooine ! | [Postlogie] [MAJ] Episode VII : des photos du plateau de tournage à Abu Dhabi ? | [Postlogie] Episode VII : Jesse Plemons ne serait plus candidat pour le rôle principal | [Postlogie] [Poisson d'Avril] Des acteurs français dans l'Episode VII ? | [Postlogie] Disney confirme que le tournage de l'Episode VII a déjà commencé ! | [Postlogie] Episode VII : un rôle attribué à une actrice anglaise inconnue ? | [Postlogie] Rumeur : l'Episode VII déjà en tournage au Caire (Egypte) ? | [Rebels] [Poisson d'Avril] [Rebels] Un nouveau personnage... Pas si nouveau que ça ! | [SWU] SWU et les spoilers | [Postlogie] [MAJ] Episode VII : Peter Mayhew de retour pour jouer Chewbacca ? |
Dites, ne le dites surtout pas aux autres staffeurs SWU, mais c'est MOI le boss ici :op
Éditions Delcourt Edge Entertainment La Geekerie Star Wars En Direct Bragelonne.fr Geekmemore Lego Kotobukiya France Bioware