StarWars-Universe.com utilise des cookies pour faciliter votre navigation sur le site, et à des fins de publicité, statistiques, et boutons sociaux. En poursuivant votre navigation sur SWU, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires. Pour plus d’informations, cliquez ici.  
1. Quels sont les dérivés ou proches parents du JDR ?
 
  • Les jeux de roles sur ordinateur ou MMORPG (Massive Multiplayer Online Role Playing Game*)
Au vu du succès des jeux de rôles "normaux", nombreux sont ceux qui y ont vu une occasion à ne pas manquer pour s'implanter sur un marché encore jeune. C'est le cas des éditeurs de logiciels qui ont conçu des jeux dans lequel le joueur gère un (dans ce cas il s'agira souvent des MMORPG) ou plusieurs personnages(Jeux de rôles solo), l'univers et les ennemis étant gérés par l'ordinateur. Même s'ils donnent une visualisation inégalée par le jeu de rôle "plateau", ils pêchent par leurs possibilités réduites quand il s'agit de répondre à l'imagination illimitée du joueur. C'est un peu comme jouer à la belote ou au football sur ordinateur, cela ne remplace pas une vraie partie avec de vrais partenaires, mais on s'amusera bien tout seul ! Le MMORPG se distingue par le fait que le héros principal n'est, au contraire du jeu Solo, pas unique, mais que chaque personne rencontrée dans le jeu est en fait un autre joueur. Ceci amène les joueurs à devoir interagir entre eux constamment et donc à terme de créer une véritable communauté de passionnée du même univers. 

Le jeu Starwars Galaxies


*Jeux de Roles massivement multi-joueurs se jouant en ligne

  • Les jeux de plateau
Ce sont des jeux qui, dans leur représentation globale, sont similaires aux jeux de société. Cependant, ils traitent de thèmes bien précis, dans des univers de jeux tel que le médiéval fantastique ou futuriste. Comme son nom l'indique, il se présente sous la forme d'une boite comportant un plateau de jeu et du matériel tel que dés, cartes, pions, voire dans certains cas figurines. Ces jeux ont également une durée de partie plus courte que le JdR ou le Wargame. En outre, un autre avantage de ce jeu est que tout se trouve dans la boite donc vous pouvez jouer tout de suite.

Un jeux de plateau de Games Workshop

  • Les Wargames

N'avez-vous jamais eu envie de mener une bataille à la tête d'une armée d'un millier d'hommes ? C'est ce que proposent les Wargames. En tant que chef de votre armée, vous devrez gérer ses effectifs et donner des ordres réfléchis pour gagner la bataille. Ce jeu permet de reconstituer, soit des batailles historiques, soit d'en imaginer de toutes pièces. Le tout s'intègre dans des thèmes réels, comme les reconstitutions historiques, ou imaginaires (médiéval fantastique ou le futuriste voire le space-opéra). On trouve le Wargame sous la forme de boites contenant une ou plusieurs cartes de jeux, un lot de figurines représentant les armées et bien évidemment les règles pour gérer le tout. Les Wargames font appel à la stratégie, à la diplomatie et comportent une part d'inattendu. Ils se jouent généralement à 2 joueurs mais il arrive de voir 3, 4 joueurs s'affronter.

Un exemple flagrant

  • Les CCG ou jeux de cartes
Il s'agit ici de jeux de cartes un peu particuliers. Contrairement au tarot ou bridge, ces jeux ont 2 originalités : d'une part, ils disposent de thèmes propres aux univers de jeux de rôle, donc des règles reflétant ses spécificités. D'autre part, au sein de ce type de jeu, chaque type de carte a ses avantages et inconvénients. Il n'est bien sûr pas nécessaire de toutes les avoir pour jouer. Le joueur sélectionne son paquet de cartes avant chaque partie, ce qui, de ce fait, détermine son style de jeu et sa stratégie. Il se joue en général à 2-3 joueurs.


  • Le livre dont vous êtes le héros
Un livre "dont vous êtes le héros" est clairement un dérivé du JdR. Il en reprend certaines règles, le fait de quantifier les caractéristique du personnage par des chiffres et les dés. Toutefois, on y joue bien souvent une unique aventure, seul (pas de possibilités d'évolution pour le personnage), et les actions sont résolues par un système de choix multiples donc limités.


Souvenir pour certain d entre nous
Mais connaissez vous celui-ci

  • Le grandeur-nature (GN)
Le grandeur nature est une adaptation du jeu de rôle où on joue réellement son personnage dans un cadre en rapport avec leur aventure (château, forêt,...). Bien entendu, il est exclu de subir les périls qu'on peut faire "vivre" à son personnage sur la version plateau, mais plutôt de reconstituer une sorte de pièce de théâtre. On se costume, on improvise ou lit des répliques de son personnage et on y simule des combats. Cela nécessite un sens de l'improvisation, et de l'organisation pour éviter de dégénérer en totale cacophonie. C'est donc une approche "nouvelle" du jeu de rôle, et de nombreux joueurs du GN s'adonnent généralement aussi au JdR. Il est important de noter que quand la télévision parle du JdR, elle l'illustre à l'aide du GN, celui-ci étant plus visuel.


Journée originale
2. Ce que n'est pas le Jeu de Rôles !
 
  • Le jeu de rôle en formation professionnelle
On sort complètement du caractère purement ludique pour une application davantage orientée vers la formation et l'entrainement. Ici, l'animateur de la formation professionnelle met une ou plusieurs équipes face à une situation nouvelle ou familière. Selon le cas, cela pourra servir à créer/retrouver la confiance entre les membres de l'équipe, critiquer leur façon d'agir afin qu'ils soient plus dynamiques ou productifs et qu'il y ait une meilleure communication au sein du groupe.


  • Le jeu de rôle en psychothérapie
Cas vraiment spécial amenant à des erreurs du public dues à l'homonymie. Ici, le psychothérapeute réunit ses patients autour d'une table afin de les amener, via le récit et des situations imaginaires, à révéler ou se heurter à leur blocage. Ici, la thérapie doit être bien dosée, attendu que le psychothérapeute doit savoir maitriser la tension qu'il a lui même provoquée.
3. Durée de jeu
 
A vrai dire, une partie seule peut durer de 6 à 8 heures. Ceci comprenant la mise en route du jeu, les pauses diverses pour se restaurer ou vérifier un point de règle, le débriefing avec les éléments supplémentaires racontés par le MJ, et bien sûr l'aventure.

Ca peut paraître long mais une fois dans le jeu, les choses ne semblent plus si longues que ça. De plus, il est toujours possible de couper la partie en cours pour la reprendre plus tard et ainsi gérer les disponibilités de chacun. Toutefois, lorsque la fin de la partie est atteinte, la vie du personnage ne s'arrête pas pour autant (comme dans la plupart des films où on ne sait pas ce que deviennent les héros après le "THE END") et d'autres parties peuvent s'enchainer et former des morceaux séparés (comme dans la série STAR TREK) ou un ensemble cohérent (comme la série X-Files où la recherche de présence Extra-Terrestre sur Terre reste le fil d'Ariane de la série) et l'on nomme alors ceci une "campagne". Libre aux joueurs ensuite de décider s'ils souhaitent connaître la suite des aventures de leur héros.
4. Jeu et imagination
 
Elle n'est que peu nécessaire, contrairement à ce que l'on pourrait croire au premier abord. Pour les joueurs, il n'est pas nécessaire de se torturer continuellement les méninges, mais surtout de savoir comment réagir. Ainsi, votre personnage peut se trouver obligé de se rendre à un rendez-vous urgent alors qu'il y a un bouchon ou une grève de métro. Votre "imagination" va alors se cantonner à décider si vous allez lui faire prendre un taxi, un bus, aller à pied, annuler le rendez-vous, etc...

Pour le meneur de jeu, le problème est un peu différent. S'il écrit ses propres scénarios, il devra effectivement avoir de l'imagination (pour créer des aventures palpitantes et à rebondissements). Mais lors de la session de jeu, il se contente généralement d'agir ou de réagir en fonction des actions qu'entreprennent les PJ.
<< Page précédente
Publicité